La sépulture d’un bateau viking dans un bateau plus grand cent ans plus tard est assez déroutant


Les pratiques d’inhumation par bateau des Vikings de Scandinavie du VIIe au Xe siècle sont célèbres.

Mais lorsqu’une femme viking de haut rang mourut dans une ferme de Vinjeøra, au centre de la Norvège, dans la seconde moitié du IXe siècle, les choses furent différentes.

Elle était soigneusement vêtue de beaux vêtements et portait des bijoux et de riches objets funéraires – des broches de bronze doré, un collier de perles, des outils d’artisanat textile, quelque chose qui était peut-être de la nourriture, et une tête de vache. Puis, elle a été couchée dans une chaloupe nouvellement construite.

Mais au lieu de creuser une nouvelle tombe, les habitants de Vinjeøra ont déterré une grande chaloupe déjà enterrée, avec le cadavre et son contenu, 100 ans auparavant.

L’habitant de la plus grande chaloupe était un homme du 8e siècle. Le bateau de 7 à 8 mètres de long de la femme a été soigneusement et proprement placé à l’intérieur du plus grand bateau de 9 à 10 mètres, sur les restes de l’homme, et l’ensemble a été enterré de nouveau.

Les archéologues se grattent la tête. Qui était l’homme ? Qui était cette femme ? Étaient-ils liés d’une façon ou d’une autre ? Pourquoi les enterrer ensemble ?

“J’avais entendu parler de plusieurs tombes de bateaux enterrées dans un tumulus, mais jamais d’un bateau qui avait été enterré dans un autre bateau”, a déclaré l’archéologue Raymond Sauvage du Musée de l’Université norvégienne des sciences et technologies (NTNU).

“J’ai appris depuis que quelques tombes à bateaux doubles ont été découvertes dans les années 1950, à Tjølling, dans le sud du comté norvégien de Vestfold. Pourtant, c’est un phénomène essentiellement inconnu.”

L’inhumation a été trouvée dans le cadre de travaux d’amélioration de la route, et des travaux d’excavation ont immédiatement été entrepris sur le site. Il était en très mauvais état et le bois des deux bateaux était presque entièrement pourri. C’était aussi un sol pauvre pour la préservation des os – il ne restait pas grand-chose des morts non plus.

Cependant, quelques éléments clés ont été laissés de côté. La quille du plus petit bateau est restée intacte et en place, tout comme les goujons métalliques utilisés pour construire les bateaux. C’est ainsi que les archéologues ont pu reconstituer l’emplacement des navires.

Les objets funéraires en métal étaient également intacts avec des fragments de crâne appartenant à la femme. Les scientifiques peuvent être en mesure d’effectuer des analyses sur l’os, comme l’analyse isotopique qui peut révéler où la femme a vécu et comment elle a mangé.

L’analyse de l’ADN pourrait aussi révéler d’autres renseignements, comme son apparence, son ascendance, son âge au moment de sa mort et son état de santé.

(Raymond Sauvage/NTNU University Museum)

Parmi les objets funéraires, une broche en forme de croix est particulièrement intéressante, selon les archéologues. Sa forme et le motif de son visage suggèrent qu’il faisait autrefois partie d’un harnais de cheval fabriqué en Irlande.

Cela nous indique que la femme appartenait probablement à une famille qui a participé à des raids de l’autre côté de l’océan – un aspect important de la culture viking à cette époque.

“Il était courant chez les Vikings de séparer les accessoires décoratifs des harnais et de les réutiliser comme bijoux. Plusieurs attaches à l’arrière de cette broche ont été conservées et ont servi à attacher des lanières de cuir au harnais. Les nouveaux propriétaires scandinaves ont attaché une épingle à l’une des attaches pour pouvoir l’utiliser comme broche”, explique l’historienne Aina Heen Pettersen du NTNU.

“L’utilisation d’artefacts des raids vikings comme bijoux signalait une nette différence entre vous et le reste de la communauté, parce que vous faisiez partie du groupe ayant pris part aux voyages.”

Quant à l’homme, il ne lui restait plus qu’une épée, un bouclier et une lance. Ils n’appartenaient probablement pas à la femme, parce qu’il y avait deux bateaux, et l’épée était dans un style du 8ème siècle.

Qui il était et pourquoi la femme a été enterrée avec lui n’est pas clair, mais il est probable que les deux étaient liés. La famille était très importante pour les Vikings, non seulement pour des raisons de statut, mais aussi pour des raisons juridiques.

“La première législation sur les droits d’attribution au Moyen Âge disait qu’il fallait prouver que votre famille était propriétaire de la terre depuis cinq générations. En cas de doute sur le droit de propriété, il fallait pouvoir remonter jusqu’à haug og hedni, c’est-à-dire jusqu’aux tumulus funéraires et au paganisme”, a dit Sauvage.

“Dans ce contexte, il est raisonnable de penser que les deux ont été enterrés ensemble pour marquer la propriété de la famille à la ferme, dans une société qui, pour la plupart, n’écrivait pas les choses.”

Pour l’instant, on sait très peu de choses sur cette relation familiale possible, mais l’analyse des restes est en cours, ce qui nous permettra d’en apprendre davantage sur cet étrange enterrement.

Lire aussi : Des fragments de 100 épées vikings découverts dans le nord de l’Estonie – La plus grande découverte à ce jour

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *