L’ancienne “Cité perdue” de l’Empire khmer redécouverte cachée sous la jungle cambodgienne


Les scientifiques ont redécouvert une ancienne ville de l’Empire khmer, cachée depuis des siècles par la topographie luxuriante de la jungle du Cambodge moderne.

Mahendraparvata, parfois surnommée la cité perdue du Cambodge, était l’une des premières capitales de l’Empire khmer, un régime bouddhiste hindou d’Asie du Sud-Est qui a duré du IXe au XVe siècle de l’ère commune.

Les archéologues et les historiens connaissent l’existence de Mahendraparvata depuis des décennies, mais les vestiges archéologiques de cette ville angkorienne ont été rares jusqu’à présent.

Dans un nouvel article – recueillant les résultats d’une ambitieuse campagne de recherche de plusieurs années – une équipe internationale a publié ce qu’elle considère comme l’identification la plus définitive du capital de la première période angkorienne, grâce au balayage laser aéroporté (Lidar).

Les axes grillagés du réseau urbain. (Chevance et al, Antiquity, 2019)

En conjonction avec une étude au sol, l’équipe de recherche a cartographié un réseau urbain étendu qui, selon elle, date du IXe siècle, situé sur le plateau du Phnom Kulen, au nord-est de la ville d’Angkor (la capitale prédominante de l’Empire khmer, comme l’histoire le montre).

“La région montagneuse du Phnom Kulen a jusqu’à présent attiré très peu d’attention”, expliquent dans leur article les chercheurs, dirigés par le premier auteur et archéologue Jean-Baptiste Chevance de l’Archaeology and Development Foundation au Royaume-Uni.

“Elle est presque entièrement absente des cartes archéologiques, à l’exception d’une dispersion de points indiquant les vestiges de certains temples en briques.”

Vue aérienne de Mahendraparvata. (Fondation pour le développement de l’archéologie)

Dans le cadre d’efforts de recherche qui ont débuté en 2012 et se sont poursuivis jusqu’en 2017, l’équipe a entrepris une série de vols de relevé Lidar au-dessus de la région, dressant une carte exhaustive des milliers d’éléments archéologiques nouvellement détectés qui avaient auparavant échappé à la surveillance sur le terrain – en raison de siècles d’empiétement de la nature.

“Les anciens Khmers ont modifié le paysage en façonnant des éléments à très grande échelle – étangs, réservoirs, canaux, routes, temples, rizières, et cetera”, a dit M. Chevance à Newsweek.

“Cependant, la forêt dense qui couvre souvent les zones d’intérêt est une contrainte majeure pour les étudier.”

Un site de temple nouvellement documenté. (Cambodian Archaeological Lidar Initiative)

Grâce à l’étude aérienne, l’équipe a pu voir au-delà des couches de végétation et de terre qui cachaient Mahendraparvata à la vue, découvrant un réseau urbain complexe d’éléments urbains conçus selon un réseau d’axes linéaires en forme de grille et couvrant jusqu’à 50 kilomètres carrés en tout.

“De nombreux autres éléments du paysage anthropique sont liés à ce réseau plus vaste, ce qui suggère l’élaboration d’un plan d’urbanisme global”, expliquent les chercheurs.

“Les barrages, les murs du réservoir et les murs d’enceinte des temples, des quartiers et même du palais royal sont adjacents ou coïncident avec les éléments linéaires à berges.”

Malgré la conception élaborée et la sophistication de l’empreinte technique de la ville perdue, elle n’a pas survécu longtemps.

Dans les années à venir, l’Empire khmer a déplacé son centre d’opérations vers la nouvelle capitale, Angkor, peut-être en raison de meilleures conditions pour cultiver la nourriture dans un environnement moins montagneux et moins difficile.

“La ville n’a peut-être pas duré des siècles, voire des décennies”, a déclaré à New Scientist l’un des membres de l’équipe, Damian Evans, de l’école française d’Extrême-Orient.

“Mais l’importance culturelle et religieuse du lieu a duré jusqu’à nos jours.”

Les résultats sont rapportés dans Antiquity.

Lire aussi : Une expédition scientifique à la recherche d’une cité maya perdue connue sous le nom de “Jaguar Blanc”

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *