Les Néandertaliens ont fait deux invasions épiques de la Sibérie, selon une nouvelle étude


Des conquêtes défiant le froid remontent à 120 000 ans, lorsqu’ils se sont croisés avec des Dénisoviens, et à 60 000 ans, lorsqu’ils ont recueilli des cristaux étincelants.

De nouvelles découvertes intrigantes sur les Néandertaliens, chasseurs de bisons aventureux, et leur amour du froid sibérien sont révélées aujourd’hui.

Leur capacité à survivre et à s’adapter au froid et à la steppe sèche soulève la question suivante : pourquoi se sont-ils éteints il y a environ 40 000 ans ?

Les traces des Néandertaliens en Sibérie sont visibles dans trois endroits des montagnes de l’Altaï.

Lors de leur première incursion, il y a environ 120 000 ans, ils vivaient dans la célèbre grotte de Denisova, où ils cohabitaient avec la population de Dénisovien, une autre branche humaine primitive qui allait s’éteindre.

Dans la grotte, on a trouvé environ 1 200 outils en os, dont la plupart sont fabriqués à partir de longs os tubulaires de bison. Photo : Institut d’Archéologie et d’Ethnographie SBRAS

Un afflux distinct et ultérieur est noté à la grotte de Chagyrskaya après un voyage de 4 000 kilomètres environ depuis l’Europe de l’Est, une odyssée qui les a vus traverser le district fédéral du Caucase du Nord, la mer Caspienne, puis rétrécie de 1 000 kilomètres, et les montagnes de l’Altaï.

“Les colons de la deuxième vague ont également laissé leurs traces dans la grotte d’Okladnikova”, a déclaré le professeur Ksenia Kolobova, responsable des fouilles de la grotte de Chagyrskaya.

Nous n’avons pas l’âge exact de leur présence, mais l’équipe d’Okladnikova est nettement plus jeune que celle de Denisova.

Les restes de ces colons ont été trouvés dans la grotte de Chagyrskaya – ainsi qu’un grand nombre d’outils similaires à ceux de Miсoquian trouvés en Europe centrale et orientale.

Les deux vagues étaient distinctes : les Néandertaliens de la grotte de Chagyrskaya n’étaient pas liés aux Néandertaliens de la grotte de Denisova.

Les outils en pierre trouvés dans la grotte de Chagyrskaya sont similaires aux outils micoquiens trouvés en Europe. Photos : Institut d’archéologie et d’ethnographie SBRAS, The Siberian Times

Dans la fascinante grotte de Chagyrskaya, les restes d’au moins cinq adultes de Néandertal et de quatre enfants ont été trouvés.

Il s’agissait certainement d’un groupe familial qui visitait souvent la grotte et les recherches se poursuivent pour déterminer comment ils étaient exactement liés.

On sait que ces Néandertaliens chassaient le bison et apportaient des morceaux de carcasses dans la grotte pour les abattre.

Le professeur Kolobova a déclaré : “À l’aide d’outils lithiques, les Néandertaliens ont découpé les carcasses de bisons, qui ont été tués dans la vallée de la rivière Tcharych, près de la grotte, et ont déplacé le butin vers la grotte pour les abattre.

Les Néandertaliens avaient leur propre tradition de fabrication d’outils en pierre et de traitement complet des matières premières de la pierre.”

Ils privilégiaient comme outils le jaspe ou la calcédoine de haute qualité obtenus à partir de galets de rivière.

Quelque 74 fossiles de Néandertal ont été trouvés à Chagyrskaya depuis 2007. Photo : Maria Mednikova

Une trouvaille de 2016 était un morceau de cristal de roche, non typique de la région, donc il a dû être délibérément amené de loin.

Il n’y avait “aucune trace d’utilisation” sur l’échantillon de drusen.

“Nous pouvons donc dire que les Néandertaliens ont délibérément apporté à la grotte un très bel objet et ne l’ont pas exploité à cet endroit”, a-t-elle déclaré.

Grâce à la découverte de cristal de roche dans la grotte de Chagyrskaya, nous pouvons dire que les capacités cognitives des Néandertaliens étaient plus étendues qu’on ne le pensait auparavant.

Les peuples anciens aimaient ce beau cristal.

Et afin de remettre cet objet à sa place, ils ont entrepris une série d’actions, l’ont trouvé, l’ont séparé des grands drus et l’ont apporté dans la grotte.

Récemment, en Europe également, les scientifiques ont commencé à trouver des preuves d’activités non utilitaires des Néandertaliens sous la forme de gravures géométriques ou d’une disposition circulaire de stalactites et de stalagmites dans les grottes.

Une trouvaille de 2016 était un morceau de cristal de roche, pas typique de la région, donc il a dû être délibérément amené de loin.

Quelque 74 fossiles de Néandertal ont été trouvés à Chagyrskaya depuis 2007, ainsi qu’un nombre impressionnant de 90 000 objets en pierre.

Le professeur Kolobova a souligné la façon dont la connaissance des Néandertaliens de l’Altaï s’étend.

“Auparavant, les archéologues avaient le préjugé que les Néandertaliens ne produisaient pas d’outils en os”, a-t-elle déclaré.

“Mais dans la grotte, les scientifiques ont trouvé environ 1 200 objets, dont la plupart sont fabriqués à partir de longs os tubulaires de bison.

Il s’agissait principalement de retouches (outils en os pour la fabrication d’autres outils). Il y a aussi des piercings, des couteaux et des grattoirs.

Il s’agit de la plus grande collection d’outils en os du Paléolithique moyen en Asie du Nord.

Cela modifie considérablement notre compréhension du travail et des capacités mentales des Néandertaliens, car une telle variété fonctionnelle de produits en os est caractéristique du Paléolithique supérieur, mais pas du Paléolithique moyen.”

Vue sur la grotte de Chagyrskaya et la vallée de la rivière Charysh. Photo : Sergey Zelensky

La question sans réponse, cependant, est de savoir pourquoi cette première branche humaine a disparu de la planète.

Le Dr Kolobova est professeur d’archéologie à l’Institut d’archéologie et d’ethnographie, branche sibérienne de l’Académie des sciences de Russie. Ses co-auteurs sont : Richard G. Roberts, Victor P. Chabai, Zenobia Jacobs, Maciej T. Krajcarz, Natalia Rudaya, Alena Shalagina, Bence Viola, Anatoly Derevianko et d’autres.

L’étude a été publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

L’étude a été financée par les projets RNF-DFG (19-48-04107 et UT 41 / 8-1), le Centre national des sciences de Pologne (2018/29 / B / ST10 / 00906) et le Conseil australien de la recherche.

Lire aussi : L’étonnante découverte du fossile de Denisova retracée jusqu’à un moine bouddhiste

Source : Siberian Times – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *