Un plongeur fait une incroyable rencontre face à face avec un anaconda au Brésil


L’anaconda n’avait visiblement pas trop faim à ce moment-là.

Ce vidéaste sous-marin italien a évidemment une passion pour les créatures aquatiques. Non seulement c’est un plongeur professionnel habitué des requins, mais Bartolomeo Bove voyage aussi de loin pour filmer les requins dans leur habitat naturel et partage cette expérience sur sa chaîne YouTube pour le plus grand plaisir du monde.

En juillet dernier, Bove s’est rendu au Brésil où il a filmé et nagé avec le plus grand serpent du monde, le légendaire anaconda vert géant.

L’habitat naturel de l’anaconda se trouve dans les rivières et les marécages des forêts tropicales et des marais d’Amérique du Sud où le feuillage dense et les eaux peu profondes offrent un camouflage parfait. Ce ne sont pas exactement les conditions idéales pour que Bove puisse nager et filmer. Heureusement, il a trouvé l’endroit parfait – la rivière Formoso au Brésil – le seul endroit avec une eau claire où les gens peuvent nager avec l’anaconda géant.

YouTube/Bartolomeo Bove

Le voyage n’a pas été vain puisque Bove et Juca Ygarape, son partenaire de plongée, ont trouvé une femelle d’environ 7 mètres de long et pesant environ 90 kg. Selon Bove, le boa massif se déplaçait avec grâce et était à la fois joueur et peu intéressé par eux. Cependant, elle s’intéressait à l’appareil photo qu’elle a inspecté avant de nager plus loin dans la rivière.

Bove a parlé de cette expérience :

“L’anaconda nage dans le calme et la paix, complètement indifférent à notre présence. Parfois, elle s’approche, curieuse de mon appareil photo, léchant l’objectif.”

YouTube/Bartolomeo Bove

“Le comportement de l’anaconda démolit le mythe selon lequel il s’agit d’une créature agressive et violente qui peut mettre en danger la vie des gens”, a-t-il ajouté.

L’anaconda n’avait évidemment pas trop faim à ce moment-là, probablement parce qu’il préfère chasser la nuit. L’anaconda vert atteint une telle taille grâce en partie à son régime alimentaire qui comprend souvent des animaux sauvages comme des oiseaux, des tortues, des cochons sauvages, des Cabiaï, des caïmans (alligators) et même, à l’occasion, des jaguars.

Comme tous les boas, les anacondas ne sont pas venimeux. Cependant, ils portent une paire de crocs courbés et pointus qui servent à retenir leur prise tout en enveloppant leur corps autour de leur proie pour amorcer le processus de constriction.

Bill Heyborne, herpétologue et professeur de biologie à l’Université du Sud de l’Utah, a déclaré :

“Il y a quelques idées fausses sur la façon dont cette constriction fonctionne. L’une d’elles est qu’il écrase ou brise les os de la proie. Une autre est que les serpents l’étouffent, serrant les poumons de la proie trop fort pour fonctionner.”

Même les scientifiques le croyaient jusqu’à ce qu’un article récent sur Live Science explique ce qui arrive à la proie pendant la constriction.

“Il s’avère que la constriction submerge le système circulatoire”, expliquait Heyborne. “Le sang ne peut pas atteindre le cerveau, et l’animal meurt en quelques secondes à cause de l’ischémie.” La noyade est aussi une cause fréquente de décès puisque la constriction se produit habituellement dans l’eau.

Lire aussi : Une méduse fascinante aussi grosse qu’un humain a été repérée au large des côtes du Royaume-Uni

Source : The Mind Unleashed – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *