Les neurosciences et l’intelligence artificielle sont plus liées que vous ne le pensez


En établissant un lien entre la dopamine et l’apprentissage par différence temporelle, DeepMind a partagé sa découverte intéressante dans un article de blog.

L’intelligence artificielle (IA) est plus liée à l’apprentissage renforcé par la dopamine que vous ne le pensez. C’est une bouchée, alors pour l’instant, pensez à l’étude des chiens de Pavlov.

DeepMind a publié un billet de blog sur leur découverte que le cerveau humain et les méthodes d’apprentissage de l’IA sont étroitement liés lorsqu’il s’agit d’apprendre par la récompense.

Leurs conclusions ont également été publiées dans la revue Nature mercredi.

L’apprentissage par la motivation

Il est bien connu depuis un certain temps que nous, les humains, et beaucoup d’animaux, apprenons par la récompense. Nous sommes motivés par des facteurs externes et internes pour en apprendre davantage.

Si vous y réfléchissez bien, bon nombre de vos tâches et comportements quotidiens sont guidés par ce que vous ressentirez au bout du compte. Que ce soit un résultat négatif ou positif.

Depuis plus d’un siècle, de nombreux chercheurs s’intéressent à la façon dont les organismes apprennent par expérience à anticiper et à prévoir correctement les récompenses. En fait, cela remonte à Ivan Pavlov.

Le travail psychologique de Pavlov est connu pour ses expériences sur les chiens, ce qui lui a valu le nom de chien de Pavlov.

Dans son expérience, les chiens étaient entraînés à attendre de la nourriture après le déclenchement d’une sonnerie. Très vite, les chiens commençaient à saliver quand le son se déclenchait, sachant qu’ils pouvaient s’attendre à être nourris peu de temps après. Un signe clair qu’ils comprenaient qu’ils seraient nourris quand ils entendaient la sonnerie.

Plus récemment, les scientifiques ont étudié le fonctionnement interne de notre cerveau et la façon dont ils s’attendent à ce genre de récompenses. De façon encore plus moderne, les informaticiens examinent maintenant comment l’apprentissage machine peut également recréer ce type d’apprentissage comportemental.

Il s’avère que les systèmes artificiels peuvent aussi apprendre à prédire ce que sera un résultat, un peu comme les chiens de Pavlov.

Le futur peut être considéré comme une redistribution de probabilités, en rouge les négatives, et en vert les positives, Source : DeepMind

DeepMind a travaillé en étroite collaboration avec un laboratoire expérimental de l’Université de Harvard. Les équipes ont d’abord dû étudier nos réseaux de neurones cérébraux et leur réaction à l’apprentissage du renforcement distributionnel et à nos niveaux de dopamine.

Ensuite, elles ont pu se concentrer sur les conséquences de ces réactions sur l’IA. La conclusion a été que la recherche sur l’IA est sur la bonne voie puisque son algorithme est déjà axé sur notre cerveau humain.

Lire aussi : Une intelligence artificielle peut prédire le risque de décès à court terme, et les chercheurs sont confus quant à son fonctionnement

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *