Ce chirurgien veut connecter votre cerveau à Internet

Des films comme Blade Runner 2049 ont tendance à donner à l’avenir de la technologie un aspect dystopique.

En tant que conteurs, nous ne sommes plus seulement intéressés par des voitures volantes, mais aussi par des changements biologiques tels que les réplicants. Cependant, selon Eric C. Leuthardt, neurochirurgien à l’Université de Washington, nous n’avons pas pensé à un aspect très important : la prothèse neurale.

C’est un concept que M. Leuthardt a longuement exploré au sein de son roman RedDevil 4 dans lequel la grande majorité de notre race a décidé d’obtenir un implant cérébral qui les relie entre eux et à leurs ordinateurs. Il voit cela se produire dans un avenir proche, d’autant plus que sa spécialité est l’intervention chirurgicale pour les patients atteints d’épilepsie irréductible. Avant la chirurgie, ils doivent avoir des implants d’électrodes dans leur cortex afin que les ordinateurs puissent enregistrer les schémas neuronaux qui mènent aux crises. Il y a plus d’une décennie, M. Leuthardt a décidé d’utiliser le temps que les patients passaient au lit pour les expérimenter avec leur permission.

Après leur avoir donné certaines actions à effectuer, M. Leuthardt étudierait leurs signaux neuronaux pour comprendre si la façon dont le cerveau code ces idées peuvent également être étendues au contrôle des dispositifs externes. Bien qu’il n’ait pas été en mesure de trouver toutes les réponses, les résultats ont été suffisamment convaincants pour le convaincre que la prochaine étape de l’évolution humaine se fera avec des implants au cerveau.

Il y en a aussi d’autres qui suivent cette théorie avec ferveur. Ce n’est que l’année dernière qu’Elon Musk a lancé Neuralink, un projet axé sur l’intégration de l’esprit et de la matière. Même Zuckerberg travaille sur un logiciel qui peut traduire les pensées en texte. Mais tous ces projets ne font que commencer et ils ont tous été tenus secrets. Ces machines devront être assez puissantes pour calculer les énormes quantités de données que le cerveau peut traiter en une seconde et les êtres humains n’ont pas encore compris le code réel derrière son fonctionnement.

Comprendre notre esprit

Ce mouvement a commencé dans les années 1980 lorsque Apostolos Georgopoulos, un ingénieur de John Hopkins, a découvert les neurones qui s’enflamment juste avant que nous fassions une action spécifique. Il était capable de prédire les mouvements corporels des singes en enregistrant ces signaux. Son protégé, Andrew Schartz, a fait un pas de plus au cours de la décennie suivante en implantant des électrodes dans le cerveau d’un singe et en prouvant qu’on pouvait les entraîner à déplacer des membres robotiques en utilisant seulement leurs pensées.

M. Leuthardt s’est inspiré de ces projets pour son propre travail. En travaillant sur des patients qui avaient déjà des électrodes implantées pour traiter l’épilepsie, il a pu progresser rapidement et ses patients ont pu jouer à des jeux comme Space Invaders en déplaçant les contrôles avec leurs pensées.

En 2006, Gerwin Schalk, qui avait travaillé sur ces expériences avec M. Leuthardt, a reçu une offre passionnante d’Elmar Schmeisser du U.S. Army Research Officer. Le rêve de M. Schmeisser était de créer une coiffe qui pourrait décoder les pensées d’un soldat et les envoyer sur le propre appareil d’un autre soldat. Pour cela M. Schalk s’est tourné vers M. Leuthardt qui a demandé à ses patients de vocaliser et de penser à des mots simples avant d’envoyer leurs données à Gerwin Schalk.

En analysant cette information, M. Schalk pouvait voir les zones du cortex moteur qui étaient activées lorsque les mots étaient prononcés à haute voix. Le cortex auditif a également été activé au même moment. Ces schémas n’ont montré qu’une légère différence lorsque les patients n’ont pensé qu’aux mots. En gros, ils ont trouvé la source de cette petite voix que nous avons tous dans le dos de nos esprits. Au fur et à mesure que leur travail a progressé, ils se sont concentrés sur le décodage de modèles de parole plus complexes.

Vers le futur

Aujourd’hui, Eric C. Leuthardt s’efforce de nous préparer aux changements à venir. Avec suffisamment d’argent, il est confiant de pouvoir fabriquer une prothèse neurale qui permettrait aux utilisateurs de contrôler un curseur d’ordinateur. Dans la poursuite de ces objectifs, il a lancé NeuroLutions pour démontrer qu’il existe un marché pour ces dispositifs d’intégration neuronale. Jusqu’à présent, leurs produits se sont concentrés sur l’aide aux patients qui ont subi un accident vasculaire cérébral ayant entraîné la perte de certaines fonctions cérébrales et la paralysie d’un membre.

Chaque année, 700 000 personnes subissent des accidents vasculaires cérébraux rien qu’aux États-Unis, et le travail de M. Leuthardt a été révolutionnaire pour eux. En rendant ses appareils plus efficaces et en les aidant à retrouver des fonctions dans leurs membres paralysés, il prouve que ces machines d’intégration neuronale sont puissantes et aussi nécessaires.

Cependant, il n’y a pas beaucoup d’investisseurs, car les scientifiques travaillent déjà sur ces technologies depuis des décennies sans se limiter à des solutions viables. M. Leuthardt et M. Schalk ont réduit leurs objectifs et ont atteint leurs premiers succès. Ils espèrent que cela encouragera également les patients à être plus ouverts à ces procédures. Bien qu’ils soient tous deux confiants que d’énormes changements sont imminents, personne ne peut déterminer où et quand ils auront lieu. À tout le moins, ces projets ont suscité l’enthousiasme et de plus en plus de scientifiques s’investissent dans ce domaine de recherche. Les êtres humains vont évoluer comme jamais auparavant et si nous sommes assez chanceux, cela peut arriver dans notre vie.

Espérons que cela se produira !

Lire aussi : Les implants cérébraux de Google devraient mettre fin au système éducatif tel qu’on le connait aujourd’hui

Source : TruthTheory – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *