Il s’avère que nous pourrions avoir à nous inquiéter des traînées de condensation des avions

De longues lignes blanches tracées à travers le ciel révèlent les trajectoires en haute altitude que prennent les avions pour se rendre à destination. Mais ce n’est pas tout ce que ces traînées de condensation (contrails) signifient.

La plupart des préoccupations concernant l’impact environnemental du transport aérien se concentrent sur l’empreinte carbone gigantesque de l’aviation, mais de nouvelles recherches nous rappellent de façon alarmante à quel point les traînées de condensation de l’avion sont elles-mêmes nocives.

À ne pas confondre avec la théorie de la conspiration des traînées chimiques (chemtrails), les traînées de condensation sont bien réelles, et elles ont un impact considérable sur les processus de réchauffement planétaire.

Lorsque les avions survolent le ciel, l’humidité des gaz d’échappement de leurs avions à réaction se transforme en cristaux de glace dans les couches supérieures de l’atmosphère. Selon les conditions atmosphériques, ces nuages de cristaux de glace peuvent persister pendant des minutes ou des heures avant de se disperser.

Ce n’est pas parce que ces nuages de vapeur glacée sont froids qu’ils se refroidissent – en fait, leur effet est tout le contraire.

Une étude réalisée en 2011 a calculé que le potentiel de piégeage de la chaleur des traînées de condensation est en fait supérieur à celui des émissions de carbone produites par les avions, en raison de la façon dont les nuages de condensation réchauffent la planète par un processus appelé forçage radiatif.

L’une de ces chercheuses, la physicienne de l’atmosphère Ulrike Burkhardt du Centre aérospatial allemand, est de retour avec une nouvelle étude qui examine comment ce phénomène pourrait se produire à l’avenir.

Les résultats ne sont pas prometteurs. Selon une nouvelle modélisation d’Ulrike Burkhardt et de Lisa Bock, les effets du forçage radiatif attribuables aux traînées de condensation des avions tripleront d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 2006, en raison de l’augmentation du volume du trafic aérien et d’un léger déplacement du trafic aérien vers des altitudes supérieures.

C’est une perspective inquiétante, étant donné que la plupart des efforts déployés dans le monde pour lutter contre les impacts environnementaux de l’aviation sont résolument axés sur la limitation des émissions de CO2, comme le système CORSIA.

“Beaucoup de gens parlent de la nécessité d’arrêter l’augmentation constante du trafic aérien, mais ce[contrail cirrus] n’est pas pris au sérieux”, a déclaré Mme Burkhardt au New Scientist.

“C’est un problème si les effets non-CO2 sont plus importants que ceux du CO2.”

À court terme, ils le sont, mais il est important de noter aussi que les effets des traînées de condensation sont de courte durée comparativement aux effets de réchauffement produits par le carbone atmosphérique.

“Le forçage radiatif des traînées de condensation est en effet plusieurs fois plus important que celui du CO2 provenant de l’aviation, mais comparer le forçage radiatif d’un effet climatique de courte durée à celui d’un gaz à effet de serre de longue durée est difficile car les [effets] du CO2 durent plusieurs milliers d’années en raison de sa longue vie”, explique David Lee, spécialiste de l’atmosphère à la Manchester Metropolitan University qui ne participa pas à cette étude.

“L’effet de réchauffement des traînées de condensation serait de quelques décennies au plus.”

Bien que cela puisse être le cas, dans ces prochaines décennies incroyablement sensibles pour le monde, l’étude montre que nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer une vision globale de la façon dont l’aviation dans son ensemble affecte le climat – et uniquement à son détriment, malheureusement.

Les résultats sont publiés dans Atmospheric Chemistry and Physics.

Lire aussi : Et si on réduisait de 50 % le réchauffement climatique à l’aide de la géo-ingénierie solaire ?

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *