Des animaux sauvages repeuplent les forêts radioactives abandonnées près de Fukushima


Les régions entourant Fukushima, au Japon, connaissent un “réensauvagement” de populations animales abondantes près d’une décennie après la catastrophe nucléaire ayant provoqué l’évacuation de plus de 100 000 personnes, selon de nouvelles recherches.

À la suite du séisme dévastateur de 9,0 en 2011, un tsunami de 15 mètres a mis hors service l’alimentation électrique de trois réacteurs de l’installation nucléaire de Fukushima Daiichi. En trois jours, les trois noyaux ont fondu et les responsables ont évacué une zone de 1 150 kilomètres carrés. Les chercheurs pensent que c’est en grande partie à cause du manque de présence humaine que des animaux sauvages ont repeuplé la région maintenant connue sous le nom de zone d’exclusion de Fukushima (FEZ).

“Nos résultats représentent la première preuve que de nombreuses espèces d’animaux sauvages sont maintenant abondantes dans toute la zone d’évacuation de Fukushima, malgré la présence de contamination radiologique”, a déclaré James Beasley, professeur associé au Savannah River Ecology Laboratory et à la Warnell School of Forestry and Natural Resources, dans un communiqué.

Pour arriver à leurs conclusions, les chercheurs de l’Université de Géorgie ont placé 106 caméras sur trois zones de recherche : une région dans laquelle l’entrée des humains est interdite en raison de niveaux élevés de contamination, une autre dont l’accès est restreint à partir de niveaux intermédiaires de contamination, et une troisième dont les niveaux de radiation sont faibles et où les humains sont autorisés à vivre. En 120 jours, plus de 267 000 photos ont permis de capturer 20 espèces, dont des singes macaques, des lièvres japonais et des martres, ainsi que le chien-raton laveur apparenté au renard – mais c’est le sanglier qui était le plus gros jambon pour l’appareil photo. Au total, 46 000 images ont été prises pour le sanglier, également connu sous le nom de cochon à moustaches blanches, dont la moitié a été vue dans des zones inhabitées.

De façon générale, les aires de répartition des animaux étaient influencées par le terrain et l’écosystème, ainsi qu’alignées avec les modèles de comportement. Par exemple, les ratons laveurs nocturnes étaient les plus actifs pendant la nuit, tandis que les populations de sangliers modifiaient leur territoire en fonction de la présence des humains. Une exception était le saro du Japon ressemblant à une chèvre, qui vit normalement loin des humains, mais qui était fréquemment vu à la caméra dans les zones rurales habitées, dans un comportement que l’on croit être lié à l’aire de répartition des sangliers nouvellement établie.

Les résultats aident à répondre aux questions sur la façon dont la faune peut repeupler des terres abandonnées à la suite d’un accident nucléaire comme ceux qui se sont produits à Fukushima et dans la zone d’exclusion de Tchernobyl (CEZ) dans le nord de l’Ukraine. Des recherches antérieures menées par l’UGA ont montré que la CEZ connaît une résurgence de la faune, notamment des chevaux sauvages menacés qui ont élu domicile dans des structures désertes. Dans les deux cas, le paysage entourant une zone d’accident offre “une rare occasion d’étudier les effets confondants de la contamination radiologique et de l’abandon humain sur les communautés écologiques”, écrivent les auteurs dans Frontiers in Ecology and the Environment. Les chercheurs notent que leur analyse ne constitue pas une évaluation de la santé, mais ils soupçonnent qu’il pourrait y avoir des effets de rayonnement au niveau moléculaire.

Les populations de chiens viverrins étaient généralement plus élevées dans les zones habitées, bien que l’utilisation des terres (c.-à-d. Les rizières) ait été le facteur prédominant influençant son nombre. UGA

Le saro du Japon (Capricornis crispus) était la seule exception notable aux schémas de distribution, cette espèce étant la plus abondante dans la zone habitée par l’homme. UGA

L’occupation dans la zone était la plus élevée pour le sanglier. UGA

Les abondances du blaireau japonais (Meles anakuma) étaient les plus élevées dans les zones dominées par les rizières. UGA

Le lièvre japonais (Lepus brachyurus) et le chien viverrin étaient les plus abondants dans les habitats de plaine. UGA

Lire aussi : La plage de Fukushima ré-ouverte 8 ans après la catastrophe !

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *