Internet repose sur de grands câbles sous-marins – et ils sont vulnérables


Récemment, une panne de courant numérique aux Tonga – causée par la coupure du seul câble sous-marin du pays – a suscité une large reconnaissance des systèmes submergés dont dépend notre monde connecté.

Peu de gens savent que les câbles sous-marins transportent près de 100 % du trafic transocéanique de données. Ces lignes sont posées au fond de l’océan. Elles sont à peu près aussi épaisse qu’un tuyau d’arrosage et transportent l’Internet, les appels téléphoniques et même les transmissions télévisées entre continents à la vitesse de la lumière. Un seul câble peut transporter des dizaines de téraoctets d’information par seconde.

En faisant des recherches dans le livre The Undersea Network, j’ai réalisé que les câbles sur lesquels nous nous appuyons tous pour tout envoyer, du courrier électronique aux informations bancaires, à travers les mers, restent largement non réglementés et non défendus. Bien qu’ils ne soient posés que par quelques entreprises – dont la société américaine SubCom et la société française Alcatel-Lucent – et souvent canalisés par des chemins étroits, l’immensité de l’océan les a souvent protégés. Lorsque l’un d’eux est cassé, comme l’a été le câble de Tonga cette semaine, le trafic de données s’arrête.

câbles sous-marins

Surfacing.in est une plateforme interactive développée par Erik Loyer et l’auteur qui permet aux utilisateurs de naviguer sur le réseau câblé transpacifique.

Loin du sans fil

Le fait que nous acheminons le trafic Internet à travers l’océan – au milieu de créatures des grands fonds marins et de cheminées hydrothermales – va à l’encontre de l’imagination de la plupart des gens sur Internet. N’avons-nous pas développé des satellites et le Wi-Fi pour transmettre des signaux par voie aérienne ? N’avons-nous pas déménagé dans le cloud ? Les systèmes de câbles sous-marins semblent appartenir au passé.

La réalité, c’est que le cloud est en fait sous l’océan. Même s’ils peuvent sembler en retard, les câbles à fibre optique sont en fait des technologies de communication mondiales de pointe. Comme ils utilisent la lumière pour encoder l’information et qu’ils ne sont pas entravés par les conditions météorologiques, les câbles transportent les données plus rapidement et à moindre coût que les satellites. Ils sillonnent également les continents – un message de New York à la Californie voyage également par câble à fibre optique. Ces systèmes ne seront pas remplacés par des communications aériennes de sitôt.

Un système vulnérable

Le plus gros problème des systèmes de câblodistribution n’est pas technologique – c’est humain. Parce qu’ils courent sous terre, sous l’eau et entre les poteaux téléphoniques, les systèmes de câblodistribution peuplent les mêmes espaces que les gens. Par conséquent, ils sont tout le temps brisés accidentellement. Des projets de construction locaux creusent des lignes terrestres. Les plaisanciers jettent des ancres sur les câbles. Et les sous-marins peuvent localiser les systèmes sous la mer.

La plus grande partie de la couverture médiatique de ces systèmes a été dominée par la question de la vulnérabilité. Les réseaux de communication mondiaux risquent-ils vraiment d’être perturbés ? Que se passerait-il si ces câbles étaient coupés ? Devrions-nous tous parler d’une panne d’électricité numérique, qu’elle soit causée par un accident ou par des terroristes ?

Tout câble individuel est toujours en danger, mais probablement beaucoup plus que tout saboteur, de la part des plaisanciers et des pêcheurs. Au cours de l’histoire, la plus grande cause de perturbation a été la chute accidentelle d’ancres et de filets par des personnes. Le Comité international de protection des câbles travaille depuis des années à prévenir de telles ruptures.

câbles sous-marins

Un câble sous-marin atterrit à Fidji.

Par conséquent, les câbles sont aujourd’hui recouverts d’une armure d’acier et enterrés sous le fond marin à leur extrémité côtière, là où la menace humaine est la plus concentrée. Cela assure un certain niveau de protection. En haute mer, l’inaccessibilité de l’océan protège largement les câbles qu’il suffit de recouvrir d’une fine gaine de polyéthylène. Ce n’est pas qu’il soit beaucoup plus difficile de sectionner les câbles en haute mer, c’est simplement que les principales formes d’interférence sont moins susceptibles de se produire. La mer est si grande et les câbles si étroits que la probabilité d’en croisez un n’est pas si élevée.

Le sabotage a été rare dans l’histoire des câbles sous-marins. Il y a certainement des occurrences (bien qu’aucune récemment), mais elles font l’objet d’une publicité disproportionnée. Le raid allemand de la première guerre mondiale contre la station câblée de Fanning Island dans l’océan Pacifique attire beaucoup d’attention. Et il y a eu des spéculations sur le sabotage dans les perturbations du câble à l’extérieur d’Alexandrie, en Égypte, en 2008, qui ont coupé 70 % de l’Internet du pays, affectant des millions de personnes. Pourtant, on entend peu parler des défaillances régulières qui se produisent, en moyenne, environ 200 fois par an.

La redondance offre une certaine protection

Le fait est qu’il est incroyablement difficile de surveiller ces lignes. Les câblodistributeurs tentent de le faire depuis plus d’un siècle, depuis que les premières lignes télégraphiques ont été posées dans les années 1800. Mais l’océan est trop vaste et les lignes trop longues. Il serait impossible d’arrêter tous les navires s’approchant des câbles de communication essentiels. Les nations devraient créer de très longues zones interdites de l’autre côté de l’océan, ce qui, en soi, perturberait profondément l’économie. Même dans ce cas, les câbles pourraient encore être menacés par des glissements de terrain sous-marins.

Il n’existe que plusieurs centaines de systèmes de câbles qui transportent la quasi-totalité du trafic transocéanique dans le monde. Et ceux-ci passent souvent par des points de pression étroits où de petites perturbations peuvent avoir des impacts massifs. Comme chaque câble peut transporter une quantité extraordinaire d’information, il n’est pas rare qu’un pays entier ne puisse compter que sur une poignée de systèmes. Dans de nombreux endroits, comme à Tonga, il suffit d’une seule coupe de câble pour supprimer de grandes parties de l’Internet. Si les bons câbles étaient interrompus au bon moment, cela pourrait perturber le trafic Internet mondial pendant des semaines, voire des mois.

Ce qui protège le trafic mondial de l’information, c’est le fait qu’il y a une certaine redondance dans le système. Puisqu’il y a plus de capacité de câble qu’il n’y a de trafic, lorsqu’il y a une interruption, l’information est automatiquement redirigée le long des autres câbles. Étant donné qu’il existe de nombreux systèmes qui relient les États-Unis et qu’une grande partie de l’infrastructure Internet se trouve ici, il est peu probable qu’une seule panne de câble ait un effet notable sur les Américains.

Toute ligne de câble a été et continuera à être perturbée. Et la seule façon de contourner ce problème est de construire un système plus diversifié. Mais dans l’état actuel des choses, même si les entreprises individuelles cherchent chacune leur propre réseau, il n’y a pas d’incitation économique ou d’organe de supervision pour assurer la résilience du système mondial dans son ensemble. S’il y a une vulnérabilité dont il faut s’inquiéter, c’est bien celle-là.

Lire aussi : Comment une femme et une bêche ont coupé Internet à tout un pays

Source : Curiosity Makes You Smarter – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *