La Russie prévoit de se déconnecter du Web pour tester son propre Internet interne


Le gouvernement russe est sur le point de commencer à tester son propre Internet interne afin de déterminer si les réseaux de partage d’informations du pays peuvent être isolés du World Wide Web.

russie-internet-coupé

La première phase d’essai est prévue pour novembre et verra le remplacement temporaire de l’Internet mondial régulier par un système national connu sous le nom de RuNet.

Selon Defense One, un article récent publié par D-Russia rapporte que d’autres tests seront effectués au moins une fois par an, l’exercice étant conçu pour “assurer le fonctionnement stable, sûr et holistique de l’Internet et des réseaux de communication publics dans la Fédération de Russie”.

Le projet de loi controversé qui permettra à Moscou de couper l’Internet des serveurs étrangers s’il le souhaite a été adopté en avril (lorsque le test initial devait avoir lieu), ouvrant ainsi la voie à l’adoption de la loi le 1er novembre.

Apparemment, le gouvernement prétend que le projet offrira une meilleure protection contre les cyberattaques, bien que les critiques soulignent que le fait de couper les citoyens des réseaux de communication mondiaux ne fera qu’accroître le contrôle de l’État sur les flux d’information et la censure.

Samuel Bendett de l’American Foreign Policy Council a déclaré à Defense One que les autorités russes considèrent leur dépendance à l’égard des technologies de l’information étrangères comme un point faible majeur et sont donc désireuses d’accroître leur niveau de contrôle sur les informations qui sont partagées en utilisant cette technologie.

Bien qu’elle soit connectée au World Wide Web, la Russie reste vulnérable aux menaces extérieures, mais “si le gouvernement considère qu’une influence extérieure affecte RuNet, l’État peut agir – d’où l’exercice annuel”, a-t-il expliqué. Si cette mesure était adoptée, les fournisseurs de services Internet devraient se déconnecter de tout serveur étranger à l’aide de www et utiliser un autre système de noms de domaine (DNS) à la place.

Bien entendu, cela signifie aussi que l’Etat peut choisir quelles “influences extérieures” il veut éliminer de son réseau, ce qui lui donne le pouvoir de bloquer tous les sites Web qu’il veut et de restreindre et surveiller toute communication.

Lire aussi : La Russie ferme « secrètement » l’Internet mobile pour frustrer les manifestants moscovites

Source : IFLScience – traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *