SpaceX veut apporter aux consommateurs du monde entier une connexion Internet haut débit qui n’est pas chère


Baptisé Starlink, ce projet pourrait modifier le paysage de l’industrie des télécoms.

SpaceX a pour mission de transmettre aux consommateurs du monde entier une connexion Internet haut débit qui n’est pas onéreuse. La semaine dernière, la société a dévoilé quelques sites terrestres déjà connectés au réseau, notamment la maison du directeur général Elon Musk et les cockpits de quelques avions à réaction de la Force aérienne américaine. Ils font partie des premiers essais du test de la connexion fournie par les 60 satellites à large bande et des deux dispositifs de démonstration que SpaceX a déjà mis en orbite.

À terme, la société souhaite exploiter des milliers de satellites qui feront le tour de la planète à une altitude d’environ 300 à 700 miles (482 à 1126 kilomètres). Le projet s’appelle Starlink et, s’il aboutit, pourrait modifier à tout jamais le paysage de l’industrie des télécommunications.

Cela pourrait aussi rapporter des dizaines de milliards de dollars à SpaceX chaque année si Starlink pouvait concurrencer les fournisseurs Internet existants et aider à mettre davantage de personnes en ligne. Selon des études, environ la moitié de la population mondiale n’a pas accès à Internet.

Un groupe de 60 satellites a été lancé sur l’une des fusées Falcon 9 de SpaceX en mai. Dans un document déposé le 30 août, SpaceX a demandé à la Federal Communications Commission de « modifier l’espacement orbital de ses satellites ». Avec ce changement, chaque lancement de SpaceX déploierait des satellites dans « trois plans orbitaux différents » au lieu d’un, « accélérant le processus de déploiement de satellites couvrant une zone de service plus large ».

« Cet ajustement accélérera la couverture dans les États du sud et les territoires des États-Unis, potentiellement dans les régions du sud des États-Unis d’ici la fin de la prochaine saison des ouragans et atteindra d’autres territoires des États-Unis avant la prochaine saison des ouragans », a déclaré SpaceX à la FCC. Les saisons des ouragans de l’Atlantique et du Pacifique commencent chacune au printemps et se terminent le 30 novembre de chaque année.

SpaceX prévoit pas moins de 24 lancements Starlink dédiés – chacun avec environ 60 satellites – l’année prochaine. Les dépôts publics montrent que SpaceX veut lancer son service dans le sud des États-Unis l’année prochaine. En attendant, le réseau est en mode test. Musk a annoncé mardi sur Twitter qu’il « envoyait ce tweet par l’espace via le satellite Starlink ».

SpaceX prévoit de commencer à offrir des services haut débit Starlink en 2020

SpaceX est confiant de pouvoir commencer à offrir un service haut débit aux États-Unis via sa constellation Starlink à la mi-2020, a déclaré la présidente et chef de l’exploitation de la société, Gwynne Shotwell, le 22 octobre.

Pour y parvenir, la société devra lancer de six à huit lots de satellites, a déclaré Shotwell aux journalistes lors d’une table ronde des médias. Selon Shotwell, SpaceX doit également achever la conception et l’ingénierie des terminaux utilisateurs, ce qui n’est pas un problème mineur.

La société a fait un peu grincer les dents il y a deux semaines lorsqu’elle a demandé à l’Union internationale des télécommunications d’approuver le spectre de 30 000 satellites Starlink supplémentaires afin de construire la plus grande constellation de haut débit sur orbite terrestre basse du monde. Cela s’ajoute aux 12 000 déjà approuvés par la US Federal Communications Commission.

Shotwell a déclaré que SpaceX n’est pas certain qu’il faudra autant de satellites. Il en faut beaucoup moins pour assurer une couverture mondiale, mais la société souhaite que davantage de vaisseaux spatiaux soient en mesure d’offrir aux clients des options de service personnalisées. « Nous continuerons à améliorer le réseau jusqu’à la mi-fin de l’année prochaine », a déclaré Shotwell. « Nous espérons 24 lancements d’ici la fin de l’année prochaine ».

La présidente et chef de l’exploitation de SpaceX, Gwynne Shotwell

Quand est prévu le prochain lancement ?

Le programme de la Force aérienne, connu sous le nom de Global Lightning, a commencé ses essais avec SpaceX au début de 2018 et utilisait les deux premiers satellites d’essai de Starlink pour desservir des terminaux fixés à un avion de transport militaire C-12 en vol, démontrant une vitesse Internet de 610 mégaoctets par seconde, a déclaré le vice-président de SpaceX, Tim Hughes, a déclaré. Une connexion suffisamment rapide pour télécharger un film en moins d’une minute.

SpaceX a lancé en mai le premier lot de 60 satellites opérationnels en orbite terrestre basse et prévoit d’en lancer 60 autres en novembre depuis une station de l’armée de l’air en Floride.

Shotwell a déclaré que le programme, qui fait partie d’un contrat de 28 millions de dollars accordé par le Pentagone à SpaceX à la fin de 2018, est en cours et prévoit de tester Starlink avec « un certain nombre » de types d’avions militaires supplémentaires. Ce contrat comprend également des tests de communication entre satellites en orbite.

L’armée américaine dépend de plus en plus des satellites pour déterminer ce qu’elle fait au sol, guidant les munitions à l’aide de lasers et de satellites dans l’espace et protégeant ces actifs de la technologie de brouillage de satellites venant de Russie et de Chine. Le général John Raymond, chef du nouveau commandement spatial américain, a déclaré aux journalistes en septembre qu’il s’était rendu à l’usine Starlink de SpaceX à Redmond (Washington), sans toutefois entrer dans les détails du projet du Pentagone.

Le prix reste à déterminer

Alors que SpaceX a annoncé son intention de fournir des vitesses en gigaoctets et une latence de 25 ms, une grande question reste sans réponse : combien cela va-t-il coûter ? SpaceX semble être encore en phase de réflexion sur le sujet.

« Shotwell a déclaré que des millions de personnes aux États-Unis paient 80 dollars par mois pour bénéficier d’un “service de merde” », a rapporté SpaceNews. « Elle n’a pas précisé si Starlink coûterait plus ou moins de 80 dollars par mois, mais elle a suggéré que c’est un segment du public ciblé par la société, ainsi que des zones rurales actuellement dépourvues de connectivité ».

L’article de SpaceNews contient d’autres informations intéressantes. SpaceX souhaite proposer Starlink aux utilisateurs d’Internet à domicile et au gouvernement américain. Vendre directement aux consommateurs réguliers constituera un nouveau défi pour la société, ce qui nécessitera un support technique et un personnel d’ingénierie produit. Shotwell a reconnu que « c’est une affaire très différente pour SpaceX ».

SpaceX est toujours en train de travailler sur la technologie pour les terminaux utilisateur, qui seront installés dans les foyers qui se connectent à Starlink. « Connaissant Elon, il veut que tout soit beau. Ainsi, le terminal utilisateur sera beau », a déclaré Shotwell.

Starlink est en concurrence avec OneWeb, soutenu par Softbank, qui vise à fournir à des millions de personnes vivant dans des zones rurales et isolées un accès à Internet haut débit rayonné depuis l’espace. Il a déjà lancé un lot de six satellites. Raymond a déclaré avoir également visité la nouvelle ligne de production de satellites OneWeb à Cape Canaveral, en Floride.

Lire aussi : Amazon demande aux autorités US l’autorisation de lancer 3236 satellites pour offrir l’internet à haut débit

Sources : Developpez par Stéphane le calmeElon Musk, Space News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *