11 000 scientifiques mettent en garde sur le fait que le changement climatique n’est pas seulement une question de température


Deux nouveaux rapports, publiés à quelques heures d’intervalle, brossent un tableau accablant de notre incapacité, dans certains cas, de notre manque de volonté, à faire face à la réalité du changement climatique.

Terre-planète-espace-océans

Plus de 11 000 scientifiques de 153 pays sont signataires d’un rapport publié hier, qui déclare une urgence climatique mondiale et affirme que “des souffrances humaines indicibles” sont inévitables sans changements profonds et durables dans les activités humaines qui contribuent aux émissions de gaz à effet de serre et autres facteurs liés aux changements climatiques.

Cet avertissement, disent-ils, est fondé sur l’analyse scientifique de plus de 40 ans de données accessibles au public couvrant des mesures telles que l’utilisation de l’énergie, la température de surface, la croissance démographique, le défrichement, la déforestation, la masse de glace polaire, les taux de fertilité, le produit intérieur brut et les émissions de carbone.

Le deuxième rapport, préparé par un groupe de climatologues et publié par l’Universal Ecological Fund (FEU), affirme que près des trois quarts des 184 engagements climatiques pris dans le cadre de l’Accord de Paris pour réduire les émissions de gaz à effet de serre sont insuffisants pour ralentir le changement climatique, et que certains des plus grands émetteurs mondiaux continueront à augmenter leurs émissions.

Selon Robert Watson, ancien président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) :

Simplement, les promesses sont beaucoup trop peu nombreuses, trop tard.

Le premier rapport est le fruit du travail de scientifiques de l’université d’État de l’Oregon (OSU) et de l’université Tufts aux États-Unis, de l’université de Sydney, en Australie, et de l’université de Cape Town, en Afrique du Sud.

Ils soutiennent que si certains indicateurs liés aux activités humaines sont globalement positifs, comme la baisse des taux de natalité et l’utilisation accrue de carburants renouvelables, la plupart ne le sont pas. Ils soulignent plutôt les “signes profondément troublants des activités humaines”, tels que l’augmentation du cheptel, la perte du couvert forestier mondial et l’augmentation des émissions de dioxyde de carbone.

Pour l’écologiste William J Ripple, qui a dirigé le groupe avec Christopher Wolf, collègue à l’OSU :

Malgré 40 ans d’importantes négociations mondiales, nous avons continué à faire comme si de rien n’était et nous n’avons pas réussi à résoudre cette crise . Le changement climatique est arrivé et s’accélère plus vite que prévu.

Le document identifie six domaines dans lesquels des mesures immédiates devraient être prises pour ralentir les effets du réchauffement de la planète.

1. Énergie : mettre en œuvre des pratiques de conservation massive, remplacer les combustibles fossiles par des énergies renouvelables à faible teneur en carbone, laisser les stocks restants de combustibles fossiles dans le sol, éliminer les subventions aux entreprises de combustibles fossiles et imposer des taxes sur le carbone qui sont suffisamment élevées pour limiter leur utilisation des combustibles fossiles.
2. Polluants à courte durée de vie : réduire rapidement les émissions de méthane, de suie, d’hydrofluorocarbures et d’autres polluants climatiques à courte durée de vie, ce qui permettrait de réduire de plus de 50 % la tendance au réchauffement à court terme au cours des prochaines décennies.
3. La nature : restaurer et protéger les écosystèmes tels que les forêts, les prairies, les tourbières, les zones humides et les mangroves, et permettre à une plus grande partie de ces écosystèmes d’atteindre leur potentiel écologique pour la séquestration du dioxyde de carbone atmosphérique, un gaz à effet de serre essentiel.
4. Alimentation : mangez plus de plantes et consommez moins de denrées animales. Le changement de régime alimentaire réduirait considérablement les émissions de méthane et d’autres gaz à effet de serre et libérerait des terres agricoles pour la production de nourriture humaine plutôt que de nourriture pour le bétail. La réduction du gaspillage alimentaire est également essentielle, les scientifiques affirment qu’au moins un tiers de toute la nourriture produite finit à la poubelle.
5. Économie : convertir l’économie à une économie sans carbone pour répondre à la dépendance humaine à l’égard de la biosphère et éloigner les objectifs de la croissance du produit intérieur brut et de la recherche de prospérité. Limiter l’exploitation des écosystèmes pour préserver la durabilité à long terme de la biosphère.
6. Population : stabiliser une population humaine mondiale qui augmente de plus de 200 000 personnes par jour, en utilisant des approches qui garantissent la justice sociale et économique.

Les auteurs notent qu’ils voient de l’espoir dans “une récente vague d’inquiétude” :

Les organismes gouvernementaux font des déclarations d’urgence climatique. Les écoliers sont en grève. Des procès pour écocide sont en cours devant les tribunaux. Les mouvements populaires de citoyens réclament des changements, et de nombreux pays, états et provinces, villes et entreprises réagissent.

Le rapport de l’UFE met toutefois en lumière certaines réalités politiques.

Pour James McCarthy, coauteur du rapport, de l’université Harvard aux États-Unis

Sur la base de notre analyse méticuleuse des engagements climatiques, il est naïf de s’attendre à ce que les efforts actuels du gouvernement ralentissent considérablement les changements climatiques.

Le rapport indique que seuls 35 pays, dont 28 de l’Union européenne, réduiront leurs émissions d’au moins 40% d’ici 2030.

La Chine et l’Inde, les principaux émetteurs, réduiront l’intensité de leurs émissions, mais elles augmenteront, et les États-Unis, qui sont les prochains sur la liste, ont renversé des politiques nationales clés pour lutter contre le changement climatique, selon les auteurs.

Près de 70 % des contributions annoncées dépendent du financement des pays riches pour leur mise en œuvre, ajoutent-ils.

Le premier rapport publiée dans BioScience : World Scientists’ Warning of a Climate Emergency et présentée, notamment, sur le site de l’université d’État de l’Oregon : World scientists declare climate emergency, establish global indicators for effective action. Le communiqué de presse (PDF) de l’Universal Ecological Fund : Global Temperature Could Reach the 2oC Threshold by 2050 et le rapport décrit sur leur site : Information for Climate Action.

Lire aussi : Une augmentation du niveau des glaces en Antarctique pourrait-elle déclencher une nouvelle ère glaciaire et contribuer à inverser le réchauffement climatique ?

Source : GuruMeditation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *