Une augmentation du niveau des glaces en Antarctique pourrait-elle déclencher une nouvelle ère glaciaire et contribuer à inverser le réchauffement climatique ?


Les scientifiques qui étudient les causes des périodes glaciaires disent qu’une augmentation des niveaux de glace en Antarctique pourrait suffire à déclencher une nouvelle ère glaciaire qui inverserait le réchauffement actuel de notre planète.

Alors que les changements climatiques continuent d’entraîner une hausse des températures mondiales qui font fondre les calottes glaciaires, les scientifiques se précipitent pour trouver la cause de l’ère glaciaire. De telles informations pourraient nous permettre d’inverser le changement climatique et de ramener les calottes glaciaires à la normale.

L’élévation du niveau de la mer est un problème croissant qui menace déjà d’avaler des îles sous la mer. Avec la fonte des glaces dans l’Arctique et l’Antarctique, le niveau de la mer ne fera qu’augmenter, surtout si l’on ajoute la fonte des glaciers à l’équation.

Le mont Herschel en Antarctique. Image via Wikimedia.

La question que beaucoup se posent est la suivante : comment pouvons-nous réparer ces dommages ? Existe-t-il un moyen d’arrêter l’augmentation de la température mondiale et d’empêcher les calottes glaciaires de disparaître totalement ?

Il est peut-être trop tard pour sauver de nombreuses zones côtières basses et certaines îles, mais il est peut-être encore temps de sauver le reste.

De multiples stratégies ont été proposées, comme la plantation de milliards d’arbres pour absorber les émissions de carbone qui causent l’effet de serre, qui piègent le dioxyde de carbone et d’autres gaz dans l’atmosphère, entraînant des températures plus élevées. Nous pourrions également éliminer les émissions de carbone afin qu’aucune nouvelle émission ne soit ajoutée. La combinaison de ces deux stratégies offre la meilleure solution.

Mais une autre stratégie pourrait être de provoquer une nouvelle ère glaciaire.

Causer un âge de glace ?

Il y a des millions d’années, un changement dans le cycle naturel de notre planète a déclenché une série de périodes glaciaires, dont les vestiges sont encore visibles aujourd’hui sur les glaciers et dans les carottes de glace. Mais depuis le début de la révolution industrielle au XIXe siècle, les températures mondiales n’ont cessé d’augmenter à mesure que les émissions de carbone se multiplient.

Aujourd’hui, le monde est confronté à une crise que l’humanité n’a jamais connue auparavant. Est-il donc possible d’inverser la tendance au réchauffement en provoquant une nouvelle ère glaciaire ?

“Une question clé sur le terrain est toujours de savoir ce qui a amené la Terre à faire des cycles périodiques d’entrée et de sortie des âges glaciaires”, a déclaré Malte Jansen, professeur adjoint à l’Université de Chicago, dans un communiqué de presse. “Nous sommes assez confiants que le bilan du carbone entre l’atmosphère et l’océan a dû changer, mais nous ne savons pas trop comment ni pourquoi.”

Jansen et la chercheuse postdoctorale Alice Marzocchi ont étudié ce bilan carbone et ont émis l’hypothèse que les calottes glaciaires agissent comme un couvercle à la surface de l’océan empêchant une grande quantité de carbone de s’échapper dans l’atmosphère. Ce cycle fragile de fonte et de congélation se produit depuis 2,5 millions d’années, maintenant les gaz à effet de serre sous la surface de l’océan à distance depuis des millénaires, mais tout cela est sur le point de changer car la glace fond de façon incontrôlable.

La calotte glaciaire du Groenland vue de l’espace. Dans un avenir proche, il sera complètement fondu, changeant le paysage et notre climat à l’extrême. Image via Wikimedia.

Le duo a utilisé des simulations informatiques pour étayer sa théorie, mais la façon dont ce système naturel fonctionne n’est pas totalement claire.

“L’explication la plus plausible est qu’il y a eu des changements dans la répartition du carbone entre l’atmosphère et l’océan”, a dit M. Jansen. “On ne manque pas d’idées sur la façon dont cela se passe, mais on ne sait pas très bien comment ils s’imbriquent tous.”

Premièrement, l’atmosphère doit se refroidir juste assez pour que la glace commence à s’accumuler à la surface, contribuant ainsi à la circulation océanique naturelle telle que nous la comprenons aujourd’hui.

“L’océan Austral autour de l’Antarctique joue un rôle clé dans la circulation océanique, car c’est une région où les eaux profondes remontent à la surface avant de disparaître à nouveau dans l’abîme”, a déclaré M. Jansen. “En conséquence, l’augmentation de la glace de mer en Antarctique a des conséquences énormes.”

Selon leur étude publiée par Nature :

Les reconstitutions paléo-océanographiques indiquent que la répartition des masses d’eau océaniques mondiales a subi d’importants réarrangements glacio-interglaciaires au cours des quelque 2,5 millions d’années passées. Étant donné que l’océan est le plus grand réservoir de carbone, ces changements de circulation ont probablement joué un rôle clé dans les variations des concentrations atmosphériques de CO2 observées dans la carotte de glace.

Cependant, nous n’avons pas encore une compréhension mécaniste du rôle de l’océan dans la régulation du CO2 à ces échelles de temps. Nous montrons ici que les simulations numériques des glaces de mer et d’océan glaciaires à l’aide d’un modèle de circulation générale à un seul bassin, forcé uniquement par le refroidissement atmosphérique, peuvent prédire les modèles de circulation océanique associés à une augmentation de la séquestration du carbone atmosphérique dans l’océan profond. Dans de telles conditions, les eaux de fond de l’Antarctique deviennent plus isolées de la surface de la mer en raison de deux facteurs liés : la réduction des échanges gazeux air-mer sous la glace de mer autour de l’Antarctique et un mélange plus faible avec les eaux profondes de l’Atlantique Nord en raison d’une interface moins profonde entre les masses d’eau du sud et du nord.

Ces changements physiques à eux seuls suffisent à expliquer un abaissement d’environ 40 ppm du CO2 atmosphérique, soit environ la moitié de la variation glacio-interglaciaire. Nos résultats mettent en évidence que le refroidissement atmosphérique pourrait avoir directement causé la réorganisation des masses d’eau profondes de l’océan et, par conséquent, l’abaissement du CO2 glaciaire. Il s’agit d’une étape importante vers une image cohérente des climats glaciaires.

Vue de l’Antarctique et de la calotte glaciaire qui l’entoure. Sa fonte est plus lente que celle de la calotte glaciaire arctique, mais elle finira par succomber à la hausse des températures mondiales. Image via Wikimedia.

“Ce que cela suggère, c’est qu’il s’agit d’une boucle de rétroaction”, a déclaré Marzocchi, chercheur au Centre national d’océanographie. “Plus la température baisse, moins de carbone est libéré dans l’atmosphère, ce qui déclenche plus de refroidissement.”

En fait, les calottes glaciaires sont un facteur incroyablement important pour maintenir le carbone stocké en profondeur sous l’océan.

“Ce qui m’a surpris, c’est à quel point cette augmentation du stockage peut être attribuée aux seuls changements physiques, la couverture de glace de mer de l’Antarctique étant le principal acteur”, a déclaré M. Marzocchi. “L’océan est le plus grand réservoir de carbone à l’échelle géologique. L’étude du rôle que joue l’océan dans le cycle du carbone nous aide donc à simuler avec plus de précision les changements environnementaux futurs.”

Un glacier en Alaska qui risque aussi de fondre. Image via Wikimedia.

En effet, cela pourrait également fournir un moyen d’arrêter le changement climatique dans sa course et peut-être même de l’inverser. Encore une fois, tout revient à réduire la production d’émissions de carbone et à éliminer les émissions de carbone qui se trouvent déjà dans l’atmosphère. Cela permettrait un refroidissement qui entraînerait une accumulation de glace qui pourrait déclencher une période glaciaire mineure, ce qui retarderait le réchauffement de la planète. Causer une ère glaciaire peut sembler ne pas être une bonne idée, mais nous avons besoin de températures plus fraîches dès maintenant avant que les températures mondiales ne franchissent une ligne rouge qui entraînera de pires sécheresses et une grave insécurité hydrique. Parce que l’eau gelée vaut mieux que pas d’eau du tout…

Lire aussi : Antarctique : ces scientifiques vont forer la glace sur 3 km pour mieux lutter contre le changement climatique

Source : Ancient Code – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *