Antarctique : Le “chant” effrayant de la banquise est la bande son de vos mauvais rêves

Les scientifiques comparent cela à un “chant”, mais pour nos oreilles, le chant effrayant des vibrations de la banquise antarctique ressemble davantage à la musique sinistre d’un film d’horreur.

Les chercheurs de la plate-forme de Ross, en Antarctique, ont enregistré le lent bourdonnement sismique généré par les forces du vent qui fouettent le paysage gelé de la calotte glaciaire.

La fréquence détectée est beaucoup trop basse pour que l’oreille humaine l’entende naturellement, mais lorsqu’elle est accélérée environ 1 200 fois, il en ressort une bande sonore inquiétante d’agitation cachée dans le sombre isolement polaire.

“C’est un peu comme si on soufflait dans une flûte, constamment, sur le plateau de glace”, dit le géophysicien et mathématicien Julien Chaput de l’Université d’État du Colorado.

Une fois qu’il est rendu audible, voici à quoi ressemble le phénomène des vibrations effrayantes :

Bien sûr, Chaput et son équipe n’avaient pas l’intention à l’origine de faire la bande originale d’un film d’horreur.

Le but de leur recherche était d’en apprendre davantage sur les propriétés physiques de la plate-forme de Ross, la plus grande plaque de glace flottante de l’Antarctique (et du monde), qui a approximativement la taille de l’Espagne.

Alors que le monde devient de plus en plus chaud, les plaques de glace de l’Antarctique commencent à s’effondrer et à se désintégrer de façon dramatique.

Pour mieux comprendre les forces à l’œuvre, Chaput et ses collègues chercheurs ont enfoui 34 capteurs sismiques sous la couche de neige profonde qui se trouve au sommet de la plate-forme de Ross.

Ces capteurs sismiques ont surveillé la structure de la plate-forme de glace de la fin de 2014 au début de 2017, et lorsque l’équipe a analysé les données, elle s’est rendu compte que cette couche de neige – connue sous le nom de firn layer, qui isole la glace en dessous – subit un mouvement constant du vent au-dessus.

“Nous avons découvert que le plateau chante presque en permanence à des fréquences égales ou supérieures à cinq cycles par seconde”, expliquent les auteurs, “excités par les vents locaux et régionaux soufflant sur sa topographie en forme de dune de neige”.

Selon les chercheurs, les variations de la force du vent (dues à des phénomènes comme les tempêtes) et les changements de température de l’air peuvent avoir un impact sur la couche de neige et ce faisant, sur la hauteur du bourdonnement sismique détecté

chant effrayant

Pose d’un conduit pour alimenter les séisomètres (Rick Aster)

“Soit vous modifiez la vitesse de la neige en la chauffant ou en la refroidissant, soit vous modifiez l’endroit où vous soufflez sur la flûte, en ajoutant ou en détruisant des dunes”, explique Chaput.

“Et c’est essentiellement les deux effets de forçage que nous pouvons observer.”

L’étude du comportement et de l’évolution de ces vibrations dans le temps pourrait nous aider à mieux comprendre comment les calottes glaciaires réagissent à un monde qui devient trop chaud trop rapidement, pensent les chercheurs.

“Comme la peau épaisse et poilue du mammouth laineux, la peau supérieure de la calotte glaciaire de l’Antarctique… est la plus importante protection contre les ravages du réchauffement climatique”, écrit le glaciologue Douglas MacAyeal, qui n’a pas participé à cette étude, mais a rédigé un commentaire à ce sujet.

“Ce qui devrait surtout préoccuper les géoscientifiques au sujet de la peau protectrice de l’Antarctique, c’est de savoir si, et comment, elle sera rompue par les processus de fonte de surface et de percolation des eaux de fonte au cours du siècle prochain.”

C’est un point sur lequel Chaput est d’accord.

“La fonte de la firn est largement considérée comme l’un des facteurs les plus importants dans la déstabilisation d’une plate-forme de glace, a-t-il dit à Gizmodo, “ce qui accélère ensuite l’écoulement de la glace dans l’océan à partir des calottes glaciaires adjacentes”.

C’est un moment crucial pour ce genre de recherche, car la glace dans les régions polaires subit des changements massifs que les glaciologues ont de la difficulté à suivre.

Grâce à Chaput et à son équipe, nous avons maintenant un autre moyen de garder un œil sur ces transformations monumentales en cours, même si le tableau d’ensemble est plus sombre que jamais.

En gros, une autre chanson que personne ne veut entendre.

Les résultats sont rapportés dans Geophysical Research Letters.

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *