C’est vraiment terrifiant : Des scientifiques étudient le dégel du pergélisol sous-marin dans l’océan Arctique “bouillonnant de bulles de méthane”


Le chercheur principal a déclaré que “c’est le plus puissant” suintement de méthane qu’il a jamais vu. “Personne n’a jamais rien enregistré de semblable.”

méthane-arctique-ébullition

Des scientifiques étudiant les conséquences des émissions de méthane provenant du pergélisol sous-marin dans l’océan Arctique ont annoncé cette semaine avoir trouvé une zone de la mer de Sibérie orientale “bouillant de bulles de méthane”.

“C’est le suintement le plus puissant que j’ai pu observer”, a déclaré lundi Igor Semiletov, scientifique principal, en utilisant un terme pour désigner le gaz méthane qui remonte du fond marin vers la surface. “Personne n’a jamais rien enregistré de semblable.”

Semiletov, un chercheur russe qui a participé à 45 expéditions dans l’Arctique, est parti le mois dernier à bord du Mstislav Keldysh académique, accompagné de scientifiques du Royaume-Uni, des États-Unis, d’Italie, des Pays-Bas et de Suède.

Leur découverte a été annoncée dans une déclaration de l’Université polytechnique de Tomsk en Russie, où Semiletov est professeur. Les conclusions des chercheurs de l’expédition et les remarques de Semiletov ont été traduites et rapportées mardi par The Telegraph.

Le pergélisol est un mélange de sol, de roches et de sable lié entre eux par de la glace qui reste gelée pendant deux ans ou plus. À mesure que l’activité humaine fait monter les températures mondiales, le pergélisol dégèle et libère des bactéries et des virus anciens ainsi que des gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone et le méthane qui réchauffent davantage la planète.

Comparé au dioxyde de carbone, le méthane a une durée de vie plus courte dans l’atmosphère, mais il piège mieux le rayonnement, de sorte que l’impact du méthane est plus de 25 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone sur une période de 100 ans, selon l’Environmental Protection Agency des États-Unis.

Les experts s’inquiètent de plus en plus des conséquences du dégel du pergélisol qui se trouve à la fois sous terre et sous l’eau dans les régions les plus froides de la planète. La semaine dernière, le Washington Post a rapporté des scènes “époustouflantes et dramatiques” d’une région de Sibérie orientale où “des sections de nombreux bâtiments anciens en bois s’affaissent déjà vers le sol, rendus inhabitables par le dégel inégal de la terre” et “des rivières s’élèvent et s’écoulent plus vite”, balayant des quartiers entiers.

L’équipe de recherche de l’expédition académique Mstislav Keldysh, dirigée par Semiletov, s’est rendue dans une région de l’océan Arctique connue pour ses “fontaines” de méthane afin d’étudier les effets de la fonte du pergélisol. Autour de la “puissante” fontaine qu’ils ont trouvée à l’est de l’île Bennett, la concentration de méthane dans l’atmosphère était plus de neuf fois supérieure à la moyenne mondiale.

Décrivant la découverte de la fontaine par les chercheurs sur la base de la déclaration de l’université, The Telegraph a rapporté :

Lorsque les chercheurs se sont approchés de l’eau “émeraude” de la fontaine à méthane, ils “ont pu voir comment le gaz remontait à la surface des profondeurs noires de la mer en milliers de brins bouillonnants”, selon Sergei Nikiforov, membre de l’expédition.

Ils ont prélevé des échantillons de sédiments de fond, d’eau et de gaz, ramassant les bulles de méthane extraordinairement grosses dans des seaux plutôt que dans de petites capsules en plastique et remplissant plusieurs bidons sous pression.

Le lendemain, l’expédition est tombée sur un autre suintement géant d’à peu près la même taille, même s’il est généralement “plus difficile de découvrir des suintements dans des vagues océaniques agitées que de trouver une aiguille dans une botte de foin”, a dit M. Nikiforov.

Les conclusions de l’expédition, également rapportées mardi par Newsweek, ont suscité des réactions alarmantes chez les lecteurs et les militants du climat du monde entier :


Un chapitre néo-zélandais du mouvement Extinction Rebellion – qui a lancé une nouvelle vague d’actes pacifiques de désobéissance civile dans le monde entier lundi pour exiger des politiques climatiques plus audacieuses – a tweeté en réponse à la découverte de l’expédition : “C’est pourquoi la perturbation que nous avons causée est très mineure par rapport à ce qui va se passer.”

“C’est vraiment terrifiant”, a tweeté Jim Walsh, un analyste de la politique énergétique du groupe américain Food & Water Watch, en lien avec le rapport de Newsweek. Notant que les scientifiques craignent que le dégel du pergélisol n’atteigne un point de basculement, il a ajouté que “nous ne pourrons jamais nous débarrasser des combustibles fossiles assez rapidement”.

Lire aussi : Les formes de vie anciennes de la Terre se réveillent après 40 000 ans dans le pergélisol

Source : Common Dreams – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *