Pourquoi la salade spatiale de la Nasa est un changement majeur

spatiale-iss

Alors que beaucoup de choses ont été dites sur la façon dont la Nasa a utilisé l’expérience végétarienne sur la Station spatiale internationale (ISS), le pourquoi a moins suscité d’intérêt. Le fait est que cette petite expérience pourrait être un changement majeur pour l’exploration spatiale.

La façon la plus évidente de surligner l’importance de cela est en se posant la question : «Qu’est-ce qui prend le moins de poids et de volume dans un vaisseau spatial, des repas préparés pour les membres de l’équipage, ou un paquet de graines ?”

Le système de production de légumes (Veggie) est une expérience conçue pour donner aux membres d’équipage des légumes frais, quelque chose qui deviendra une exigence si l’agence spatiale veut envoyer des astronautes sur des missions élargies à la Lune ou Mars. Les plantes sont capables de produire des aliments sains, c’est une des conditions préalables pour une mission longue durée sur une planète comme Mars.

Mis à part les avantages tangibles d’avoir une source viable d’aliments sains, il y a aussi une raison moins évidente de pourquoi le système Veggie est d’une grande valeur.

Entre la découverte et la mise en œuvre de certains nouveaux types de système de propulsion ; les voyages entre la Terre et Mars prendront du temps – beaucoup de temps. Les voyages avec un équipage vers Mars pourraient durer six mois ou plus. S’occuper d’une serre pendant qu’ils voyagent d’un monde à l’autre pourrait fournir aux explorateurs un répit psychologique essentiel, en leur demandant de prendre soin des «cultures».

spatiale-straonaute

L’astronaute de la NASA Steve Swanson tient une poignée de laitue cultivée sur la Station spatiale internationale dans le cadre de l’expérience Veggie pour tester les cultures spatiales en orbite. Crédit photo : NASA TV

De plus, parce que les plantes consomment ce que les humains exhalent – le dioxyde de carbone – un jardin potager est considérée comme un élément important de tout système de support de vie des engins spatiaux ou d’habitat.

“Plus les êtres humains s’éloignent de la Terre, plus ils ont besoin d’être en mesure de cultiver des plantes pour la nourriture, le recyclage de l’air et des avantages psychologiques”, a déclaré le chef du projet Veggie de la Nasa, le Dr Gioia Massa. “Je pense que les systèmes de plantes vont devenir des composants importants à tout scénario d’exploration longue durée… Mes espoirs sont que Veggie finira par permettre à l’équipage de l’ISS de régulièrement cultiver et consommer des légumes frais.”

Développé par Orbital Technologies Corp. (ORBITEC) situé à Madison, Wisconsin, le système a été mis à l’épreuve au Kennedy Space Center (KSC) de l’agence spatiale en Floride.

Veggie ou Veg-01, a volé en orbite au sommet d’une fusée Falcon 9 v1.1 de Space Exploration Technologies (SpaceX) dans le cadre de la mission de livraison de cargaisons CRS-3 / SPX-3 à l’ISS. Cette mission a décollé de Cape Canaveral Air Force Station’s Space Launch Complex 40 en Floride le 18 avril 2014.

À son arrivée à la station spatiale, Veggie a été placé dans le module laboratoire Columbus jusqu’à ce que l’équipage de la station soit prêt à commencer l’expérience. En mai 2014, l’ingénieur Steve Swanson de l’Expedition 39 (qui allait commander l’ISS) et Rick Mastracchio ont mis en place Veggie pour un procédé d’expériences dans la Station spatiale.

“Je souhaite que les astronautes de la station spatiale finiront par utiliser l’équipement pour« expérimenter» avec leurs propres semences ou d’autres projets», a déclaré Nicole Dufour, qui a coordonné et dirigé l’essai du matériel de vol au KSC et a écrit les procédures d’équipage pour les astronautes. “Veggie est conçu pour l’interaction de l’équipage et pour profiter des plantes lorsqu’elles poussent.”

L’expérience Veggie a utilisé des lumières LED rouge, bleue et verte, que Swanson a activé le 8 mai de l’année dernière. Un tapis de racine avec six plants de laitue rouge ont été placés dans Veggie. Chacun des plants contenaient des engrais et de l’argile calcinée, similaire à ce qui est utilisé sur les terrains de Baseball américains. Ce type d’argile aide à la croissance et l’aération des plantes. Pour relancer leur croissance, chacun était pourvu d’environ 100 millilitres d’eau.

Nicole_Dufour-iss-spatiale

Nicole Dufour (à gauche) et Gioia Massa effectuent des tests avant le lancement des germes de laitue. Crédit photo : NASA

“Veggie pourrait être utilisé comme une chambre modulaire pour une grande variété de plantes», a déclaré Gérard Newsham, spécialiste du soutien de la charge Veggie avec Jacobs Technology sur Test and Operations Support Contract. “C’est juste le commencement.”

Les deux principaux objectifs de l’expérience Veggie sont de voir si cette laitue cultivée en orbite est sécuritaire à manger (ce que les membres de l’équipage Expedition 44 semblent avoir confirmé) et faire en sorte que le système qui prend en charge Veggie fonctionne comme annoncé. Avec la laitue rouge qui est maintenant confirmée selon les rapports publiés par la NASA, une autre plante sera vérifiée pendant la prochaine expérimentation de Veggie.

Les producteurs de légumes ont déclaré qu’ils espèrent que l’expérience fleurira dans une installation de l’ISS à part entière, avec une gamme de légumes de plus en plus au saine. Pour sa part, le matériel actuel de Veggie restera à bord de l’ISS dans le cadre du programme NASA’s Small Business Innovative Research. Les plantes seront traitées par Veggie pour voir celles qui poussent le mieux dans un environnement de microgravité.

Avec l’agence spatiale qui vise un atterrissage d’équipage possible sur Mars dès les années 2030, le concept d’avoir des astronautes qui cultivent leur propre nourriture est un plus. La plupart des missions sans équipage vers l’ISS nécessitent de grandes portions de volumes qui sont mises de côté pour la nourriture et l’oxygène. Des plantes à bord de la Station spatiale n’effaceront pas ce fait, cependant, elles pourraient contribuer à diminuer la quantité futurs des cargaisons.

À l’heure actuelle, l’agence spatiale américaine travaille avec des entreprises d’aérospatiale privés pour leur faire gérer la double responsabilité du transport d’équipages et des cargaisons vers la Station spatiale internationale. La Nasa travaille sur l’objectif d’envoyer un équipage jusqu’à un fragment d’astéroïde en orbite lunaire pour prélever et tracter des échantillons dans les années 2020, puis – Mars une décennie plus tard.

Source : SpaceFlight Insider par Jason Rhian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *