D’autres données indiquent que la Chine est la source d’émissions mystérieuses qui détruisent la couche d’ozone

Pendant des années, un mystère a intrigué les spécialistes de l’environnement. Le monde avait interdit l’utilisation de nombreux composés appauvrissant la couche d’ozone en 2010. Alors pourquoi les niveaux d’émissions mondiaux étaient-ils encore si élevés ?

La situation a commencé à s’éclaircir en juin. C’est à ce moment-là que le New York Times a publié une enquête sur la question.

La Chine, affirmait le journal, était à blâmer pour ces émissions mystérieuses. Il s’avère que le journal avait probablement raison de pointer du doigt.

Accident ou incident

Dans un article publié récemment dans la revue Geophysical Research Letters, une équipe internationale de chercheurs confirme que la Chine orientale est à l’origine d’au moins la moitié des 40 000 tonnes d’émissions de tétrachlorure de carbone qui entrent actuellement dans l’atmosphère chaque année.

Ils l’ont découvert à l’aide d’une combinaison de données sur les concentrations atmosphériques au sol et dans l’air provenant de la région de la péninsule coréenne.

Ils se sont également appuyés sur deux modèles qui simulaient la façon dont les gaz se déplaceraient dans l’atmosphère.

Bien qu’ils aient réussi à réduire la source à la Chine, les chercheurs n’ont pas été en mesure de dire exactement qui enfreint l’interdiction et s’ils sont même au courant des dommages qu’ils causent.

Point d’inflexion

“Notre travail montre l’emplacement des émissions de tétrachlorure de carbone”, a déclaré Matt Rigby, co-auteur dans un communiqué de presse.

“Cependant, nous ne connaissons pas encore les procédés ou les industries qui en sont responsables. C’est important parce que nous ne savons pas s’il est produit intentionnellement ou par inadvertance.”

Si nous pouvons identifier la source de ces émissions, nous pouvons commencer à travailler à les arrêter et à guérir notre ozone. Et étant donné que nous avons passé près d’une décennie avec des progrès minimes sur ce front, il n’y a vraiment pas de temps à perdre.

Cet article a été publié à l’origine par Futurism. Lire l’article original.

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *