Depuis des décennies, le trou dans la couche d’ozone de la Terre n’a jamais été aussi petit


À la suite d’un énorme effort mondial, le trou de la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique est le plus petit de son histoire depuis des décennies.

trou-ozone-rétrécit

À ce rythme, l’agence des Nations Unies pour l’environnement a déclaré que la plus grande partie de la couche d’ozone serait complètement guérie au cours de notre vie.

Depuis 2000, certaines parties de la couche d’ozone se sont rétablies à un taux de 1 à 3 % tous les 10 ans, selon la dernière évaluation scientifique de l’appauvrissement de la couche d’ozone. On peut espérer que ce taux suggère que l’hémisphère Nord et l’ozone des latitudes moyennes guérira complètement d’ici les années 2030, et que l’hémisphère Sud sera réparé d’ici les années 2050.

La couche d’ozone est une région de la stratosphère terrestre où les concentrations d’ozone gazeux sont élevées, ce qui aide à protéger la planète des rayons ultraviolets (UV) nocifs du Soleil. L’utilisation de certains produits chimiques d’origine humaine, en particulier les réfrigérants et les solvants manufacturés, peut agir comme des substances appauvrissant la couche d’ozone après leur transport dans la stratosphère, entraînant l’épuisement de la couche et la formation d’un “trou”.

Le trou dans la couche d’ozone de l’Antarctique connaît actuellement sa poussée de croissance saisonnière qui commence chaque année en août et culmine en octobre. Des données récemment publiées par le Service de surveillance de l’atmosphère de Copernicus (CAMS) ont montré que l’ozone se comporte d’une manière “très inhabituelle”. Bien que le trou d’ozone de cette année se soit agrandi dans des conditions bizarres, ce qui l’a fait paraître plus loin du pôle que d’habitude, les météorologistes prédisent qu’il est toujours en voie de devenir le plus petit de tous les trous d’ozone en Antarctique depuis 30 ans.

Prévision de l’évolution probable du trou dans la couche d’ozone à la mi-septembre 2019. Copernicus Atmosphere Monitoring Service/ECMWF

“Nos prévisions indiquent qu’il restera petit cette semaine et nous prévoyons que le trou d’ozone de cette année sera l’un des plus petits trous que nous ayons vus depuis le milieu des années 1980”, a déclaré Antje Inness, scientifique principal au SCGA, dans un communiqué.

Après la découverte du trou dans la couche d’ozone en 1985, le monde a agi rapidement pour résoudre le problème. En 1987, 196 pays et l’Union européenne ont signé le Protocole de Montréal pour éliminer progressivement la production de près de 100 substances responsables de la destruction de l’ozone.

À ce jour, il reste le seul traité des Nations Unies à être adopté par tous les Etats membres. Comme ces résultats le confirment, le protocole a connu un succès sans précédent.

Au moment où le monde est au bord du précipice d’un changement climatique catastrophique, le rétablissement du trou dans la couche d’ozone nous rappelle qu’il est possible pour le monde de s’attaquer à ses colossaux problèmes environnementaux par une action collective et un changement de politique.

“Le Protocole de Montréal a été un tel succès grâce au soutien unanime de la communauté internationale”, a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, dans une déclaration de l’ONU.

“N’oublions pas que le Protocole de Montréal est à la fois un exemple inspirant de la manière dont l’humanité est capable de coopérer pour relever un défi mondial et un instrument clé pour faire face à la crise climatique actuelle.”

Lire aussi : Nous savons enfin d’où viennent les produits chimiques scandaleux qui détruisent l’ozone

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *