Des chercheurs prouvent que les plantes produisent des ultrasons lorsqu’elles sont stressées


Lorsqu’elles sont stressées, les plantes sont capables de “crier” et le bruit peut être capté par les animaux et d’autres plantes.

Un groupe de chercheurs a récemment démontré que les plantes émettent un son ultrasonique lorsqu’elles sont stressées. Bien que l’oreille humaine ne puisse pas capter le bruit, les scientifiques ont prouvé que les plantes hurlent lorsqu’elles sont stressées.

En fait, nous ne savions pas à quel point les plantes sont complexes jusqu’à tout récemment. Par exemple, il n’y a pas si longtemps, nous avons découvert que les plantes utilisent le sol pour communiquer entre elles, et nous avons aussi découvert récemment qu’elles réagissent aux “attaques” en émettant des signaux qui, selon les experts, ressemblent beaucoup aux réactions des animaux à la douleur.

Aujourd’hui, une nouvelle étude a prouvé que les plantes, lorsqu’elles sont soumises à un stress, produisent un bruit de hurlement ultrasonique.

Comme l’ont révélé le chercheur Itzhak Khait et ses collègues de l’Université de Tel Aviv en Israël, les plantes peuvent produire des sons lorsqu’elles sont stressées par le manque d’eau ou lorsque la tige est coupée.

Bien que les résultats de leur étude n’aient pas encore été publiés dans une revue à comité de lecture, les nouvelles découvertes sont disponibles sur BioRxiv.

Pour faire cette découverte, les scientifiques ont placé des microphones près de plants de tomate et de tabac stressés et ont commencé à enregistrer. Les chercheurs ont ensuite découvert que les instruments captaient les cris ultrasoniques des plantes à une distance d’environ 10 centimètres.

Comme l’explique l’article publié dans BioRxiv, les plantes ont produit des crissements allant de 20 à 100 kilohertz, un volume qui peut être détecté par des organismes situés à plusieurs mètres, ont expliqué les auteurs dans leur article.

Les animaux, tout comme les plantes, pourraient surveiller et réagir aux cris silencieux des plantes, et peut-être que les humains le pourraient aussi, avec les bons outils, bien sûr, ont ajouté les auteurs.

L’idée selon laquelle “les sons émis par les plantes soumises à la sécheresse pourraient être utilisés en agriculture de précision semble faisable s’il n’est pas trop coûteux d’établir l’enregistrement sur le terrain”, a déclaré Anne Visscher, chercheuse du Department of Comparative Plant and Fungal Biology des Royal Botanic Gardens du Royaume-Uni, qui a participé à cette étude, au New Scientist.

Les chercheurs ont découvert qu’à l’instar des animaux, une variété de plantes est capable de réagir au stress de plus d’une façon. Certaines plantes sont capables de libérer un composé chimique odorant dans l’air, ainsi que de changer leur apparence en réponse au stress.

Les animaux près des plantes sont capables de capter ces signaux, et les experts ont constaté que même d’autres plantes situées à proximité sont capables d’identifier les signaux de leurs voisins.

Des études antérieures ont découvert que les plantes réagissaient aux sons, mais la question de savoir si les plantes elles-mêmes étaient capables ou non de produire des bruits détectables restait une énigme. Des études antérieures ont également cherché à savoir si les plantes produisaient des bruits.

Les experts ont fixé des microphones sur les plantes et écouté les sons produits à l’intérieur des tiges. Ils ont découvert que les plantes stressées par la sécheresse ou les morsures d’animaux produisaient des bulles d’air qui éclaboussaient et déclenchaient des vibrations dans les tissus qui transportent habituellement l’eau vers les tiges. Ce processus est connu sous le nom de cavitation et a été capté par les microphones.

Cependant, la nouvelle étude réalisée par des scientifiques de l’Université de Tel-Aviv a découvert que les plantes ne produisent pas seulement du bruit, mais qu’elles le font voyager dans l’air et il peut être capté par d’autres animaux et plantes.

Lire aussi : Les plantes entrent dans une sorte d’état de panique lorsqu’il pleut

Source : Curiosmos – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *