La dernière inversion du champ magnétique de la Terre a pris beaucoup plus de temps qu’on ne le pensait autrefois

De nouvelles recherches sur les coulées de lave anciennes nous ont permis d’obtenir de nouvelles estimations plus longues sur la dernière inversion du champ magnétique terrestre.

Tous les quelques centaines de milliers d’années, le champs magnétique de la Terre s’inverse – le nord devient le sud et vice versa.

Les scientifiques étudient depuis longtemps l’écoulement détectable de lave ancienne afin de mieux comprendre ce phénomène mystérieux.

Une équipe a récemment étudié ces anciennes coulées de lave, montrant que la dernière inversion du pôle magnétique de la Terre a probablement pris beaucoup plus de temps que prévu.

La dernière inversion

La dernière inversion du champ magnétique terrestre s’est produite il y a environ 770 000 ans.

Selon Space.com, les scientifiques savent que la dernière inversion des pôles s’est produite pendant l’âge de pierre. Ils savent peu de choses sur la durée de cet événement, y compris le moment où la prochaine inversion est susceptible de se produire.

Le champ magnétique terrestre s’est inversé plusieurs fois au cours des 2,5 millions d’années passées, chaque inversion se produisant habituellement à des centaines de milliers d’années d’intervalle.

Rob Coe et Trevor Duarte, coauteurs de l’étude, orientent les carottes d’un site de coulée de lave enregistrant l’inversion de polarité magnétique Matuyama-Brunhes dans le parc national Haleakala, Hawaï, en 2015. Source : Brad Singer

Séquences d’écoulement de lave

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont utilisé des données sur les séquences d’écoulement de lave qui ont éclaté au moment de la dernière inversion pour mesurer la durée de l’événement.

Avec cette méthode, ils ont estimé que l’inversion s’est produite sur une période de 22 000 ans. C’est beaucoup plus long que les estimations précédentes de 1 000 à 10 000 ans.

“Nous avons constaté que la dernière inversion était plus complexe et qu’elle avait été amorcée dans le noyau externe de la Terre plus tôt qu’on ne le pensait”, a déclaré à Space.com Bradley Singer, professeur de géosciences à l’Université du Wisconsin-Madison et auteur principal de cette étude.

En 1993, M. Singer étudiait un volcan au Chili. En essayant de dater la lave, il s’est rendu compte que cette dernière avait enregistré d’étranges directions de champ magnétique transitionnel dans les séquences d’écoulement de lave. Tout ceci, comparé à la date des coulées de lave, a révélé un historique du processus d’inversion magnétique.

“De tels enregistrements sont en effet extrêmement rares, et je suis l’une des rares personnes qui les datent”, a déclaré Bradley Singer à Space.com.

L’œuvre de M. Singer est consacrée à une meilleure compréhension de la synchronisation de l’inversion des pôles magnétiques.

Lire aussi : Les scientifiques découvrent que le champ magnétique terrestre fonctionne comme un tambour ; les impulsions ondulent le long de sa surface

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *