L’Antarctique était autrefois couvert de forêts – et nous avons les fossiles pour le prouver


En ce qui concerne les destinations de vacances, l’Antarctique n’est pas le premier choix.

La majeure partie de sa surface est recouverte d’une couche de glace faisant en moyenne 1,6 kilomètres d’épaisseur, et elle connaît les températures les plus basses jamais enregistrées sur Terre. Mais il y a des millions d’années, c’était un paradis tropical – comparé à aujourd’hui, du moins. À ce moment-là, il n’était pas recouvert de glace, mais d’arbres, et les scientifiques découvrent aujourd’hui les preuves fossiles de ces forêts mortes depuis longtemps.

Paradis antarctique

Il y a 600 millions d’années, vous n’auriez pas reconnu notre planète. Au lieu de sept continents, toutes les terres sèches existaient en un supercontinent que nous appelons aujourd’hui Pangée . Le climat était également différent, avec des températures plus élevées et une humidité sulfureuse. Pendant des centaines de millions d’années, la partie sud du supercontinent, appelée Gondwana, a commencé à se détacher de la Laurasie la plus septentrionale jusqu’à s’asseoir près de l’Antarctique où elle se trouve actuellement.

Ces températures plus élevées signifiaient que les plantes pouvaient vivre, sinon prospérer – le continent était encore au pôle Sud, donc la végétation devait résister à quatre ou cinq mois d’obscurité suivis de quatre ou cinq mois où le Soleil ne se couche jamais. Cela signifie que si les plantes modernes mettent des mois à passer d’une saison à l’autre, les plantes du Gondwana ont dû faire la transition en à peine seulement un mois si elles voulaient survivre aux changements rapides de lumière et de température.

Erik Gulbranson

Erik Gulbranson, paléoécologue et professeur adjoint invité à l’Université du Wisconsin-Milwuakee, étudie certains des arbres fossilisés qu’il a ramenés d’Antarctique.
UWM Photo/Troye Fox

Catastrophe

Les rois de la forêt de Gondwanan pendant la période permienne étaient des arbres imposants appartenant au genre Glosspteris. Ils ont grandi de 20 à 30 mètres de haut et avaient d’énormes feuilles plates plus longues que votre avant-bras. Mais il y a 251 millions d’années, la catastrophe a frappé. L’extinction massive du Permien-Trias a tué jusqu’à 95 % des espèces de la Terre. Les scientifiques ne savent toujours pas ce qui l’a causé, mais beaucoup pensent que les émissions de gaz à effet de serre des volcans ont fait monter les températures de la planète à des niveaux dangereux et ont provoqué l’acidification des océans.

En réaction, les forêts du Gondwana se sont rapidement fossilisées. “Les champignons présents dans le bois lui-même ont probablement été minéralisés et transformés en pierre en l’espace de quelques semaines, dans certains cas probablement pendant que l’arbre était encore en vie”, a déclaré le chercheur Erik Gulbranson à National Geographic. “Ces choses sont arrivées incroyablement vite. Vous auriez pu en être témoin de première main si vous aviez été là.”

C’est une mauvaise nouvelle pour les forêts permiennes, mais une excellente nouvelle pour nous. Aujourd’hui, nous avons des fragments de bois fossilisés et même des troncs d’arbres provenant des forêts qui couvraient autrefois notre continent le plus froid. Qui a besoin d’imaginer des environnements exotiques sur d’autres planètes ? Nous les avions ici depuis le début.

Lire aussi : Pour la première fois, un type rare de poussière cosmique a été trouvé dans la neige antarctique

Source : Curiosity – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *