Le pergélisol fond 70 ans plus tôt que prévu dans l’archipel Arctique


C’est un “canari dans la mine de charbon”, a dit un climatologue.

  • Une équipe de chercheurs a découvert que le pergélisol du Nord canadien fond à un rythme inhabituellement rapide.
  • Cela pourrait causer une érosion dangereuse et coûteuse, et cela accélérerait probablement le changement climatique parce que la fonte du pergélisol libère des gaz qui emprisonnent la chaleur dans l’atmosphère.
  • Cette semaine, la Chambre des communes du Canada a déclaré une urgence climatique nationale.

Une nouvelle étude montre que le pergélisol dans l’Arctique canadien fond 70 ans plus tôt que prévu. La fonte a été déclenchée par une série d’étés exceptionnellement chauds, selon des chercheurs de l’Université de l’Alaska Fairbanks, qui ont mesuré le dégel alors qu’ils visitaient des avant-postes éloignés dans le Nord canadien. “Ce que nous avons vu était incroyable”, a déclaré le professeur Vladimir E. Romanovsky à Reuters. “C’est une indication que le climat est maintenant plus chaud qu’il ne l’a jamais été depuis 5000 ans ou plus.”

Le pergélisol est un sol qui a été gelé pendant deux années consécutives ou plus. Ce sol gelé aide à soutenir structurellement les chaînes de montagnes et les pentes. “Pensez au pergélisol comme une sorte de colle qui maintient l’unité du paysage nordique”, a déclaré Steve Kokelj, scientifique spécialiste du pergélisol, à la CBC.

Lorsque le pergélisol dégèle rapidement, non seulement les paysages s’érodent, mais des tonnes de gaz emprisonnant la chaleur sont libérées dans l’atmosphère. Cela pourrait déclencher une dangereuse boucle de rétroaction qui accélère le changement climatique et menace la capacité d’entretenir et de construire de nouvelles infrastructures.

https://twitter.com/CBCTheNational/status/1141036249685344257

Par exemple, il y a eu 87 glissements de terrain en une nuit dans les Territoires du Nord-Ouest du Canada. Personne n’a été blessé dans ces régions éloignées, mais les climatologues canadiens ont un proverbe : “Ce qui se passe dans le Nord ne reste pas dans le Nord.”

“C’est un canari dans la mine de charbon”, a déclaré Louise Farquharson, chercheuse postdoctorale et coauteure de l’étude, à Reuters. “Il est très probable que ce phénomène affecte une région beaucoup plus étendue et c’est ce que nous allons examiner ensuite.”

Le dégel du pergélisol pourrait déjà limiter les endroits où de nouveaux bâtiments et infrastructures peuvent être construits.

“Nous devons déterminer ce que nous allons faire à l’avenir”, a déclaré Chris Burn, professeur à l’Institut de recherche Aurora, à la CBC. “Sinon, quand on investit dans un bâtiment [ou une route] qui doit durer 50 ans, si en 15 ans ce n’est pas bon, on a gaspillé une énorme quantité de ressources.”

Une “urgence climatique” au Canada

Le Canada est particulièrement vulnérable aux changements climatiques. Selon un rapport publié en avril par Environnement et Changements climatiques Canada, le Canada se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde, mais le réchauffement est “effectivement irréversible”. Cette semaine, la Chambre des communes du Canada a voté pour déclarer une urgence climatique nationale.

“C’est une question de sécurité nationale, il est temps que nous commencions à la traiter comme telle”, a écrit Elizabeth May, chef du Parti vert sur Twitter.

Jennifer Morgan, directrice générale de Greenpeace International, s’est fait l’écho d’un sentiment d’urgence similaire à celui de Reuters. “Le dégel du pergélisol est l’un des points de basculement de la dégradation du climat et il se produit sous nos yeux”, a-t-elle dit. “Ce dégel prématuré est un autre signal clair que nous devons décarboniser nos économies, et immédiatement.”

Lire aussi : Les vastes étendues désolées de Sibérie deviennent habitables alors que la planète se réchauffe

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *