Vidéo : «Un tsunami de glace» sévit à New York

Les récents événements météorologiques extrêmes qui ont balayé les États-Unis ont été un spectacle : de la vue de Chicago plongée dans un grand gel par le vortex polaire à la chute de neige unique qui a frappé la Californie du Sud la semaine dernière, les conditions hivernales qui ont balayé tout le pays ont été totalement extraordinaires.

Et maintenant, il y a des “tsunamis de glace” qui surviennent dans le nord-est.

Ce fut le cas au cours de la fin de semaine sur les rives du lac Érié, à la frontière qui sépare l’Ontario de Buffalo, New York. Comme le montre la vidéo ci-dessous, la glace balayée par la rivière Niagara soulevait littéralement le lac sur la rive dans un énorme mur de glace de 12 mètres appelé vague de glace.

La vague de glace a progressé vers l’intérieur des terres à environ 45 mètres et a commencé à “raser les arbres et les lampadaires”, selon le chasseur de tempêtes David Piano, qui a dit à CNN que l’événement était “l’une des choses les plus folles que j’aie jamais vues”.

Alors que le tsunami de glace brisée empiétait sur la ville de Hambourg (New York), les autorités ont émis un ordre d’évacuation volontaire pour les résidents de Hoover Beach. Selon la station locale de la NBC, WGRZ, la glace a atteint une hauteur d’environ 9 mètres dans la région.

Jack Schultz, un local de longue date, a dit à Buffalo News :

“C’est la première fois de toute ma vie que je la vois aussi haute et aussi près de la maison… La vague de glace s’est entassée jusqu’au mur. Puis, quand le barrage (de glace) s’est brisé, la pression a été dissipée.”

Le magazine National Geographic décrit les vagues de glace comme un phénomène qui signale le début du printemps lorsque la glace commence à se détacher et à se briser, devenant sensible aux vents forts qui poussent la glace sur les plages en pente douce. Plus la pente est faible, plus la glace peut être poussée vers l’intérieur des terres.

En 1822, un naturaliste américain a écrit sur une poussée de glace en termes graphiques, décrivant comment il voyait “les rochers, sur un terrain plat, empruntant une ligne progressive de marche [le long d’un lit de lac] et surmontant chaque obstacle pour… échapper à la domination de Neptune”.

Lire aussi : Un iceberg deux fois plus grand que la ville de New York va se détacher de l’Antarctique

Source : The Mind Unleashed – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *