Les scientifiques avertissent que nous devons nous préparer dès maintenant à la prochaine épidémie mondiale


L’épidémie de coronavirus est officiellement une crise – ne la gâchons pas.

épidémie

Il est indéniable que la communauté internationale prend la question très au sérieux, comme il se doit, étant donné que le nombre total de décès dus à l’épidémie de COVID-19 dépasse déjà largement celui du SRAS au début des années 2000.

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré que l’épidémie était une urgence de santé publique de portée internationale, les chercheurs du monde entier travaillent avec acharnement sur des vaccins contre le COVID-19, et les gouvernements, notamment les États-Unis et le Royaume-Uni, ont alloué davantage de fonds pour stimuler la recherche et le développement.

Cependant, même si la réponse internationale au COVID-19 a été relativement forte, elle peut à juste titre être considérée comme trop peu, trop tard, l’épidémie étant déjà en cours. C’est une erreur qu’il ne faut pas répéter.

En tant que chercheurs en santé mondiale, nous étudions toute la valeur sociétale de la vaccination et d’autres interventions pour lutter contre les maladies infectieuses. Étant donné les coûts énormes associés aux épidémies, il est vital que nous commencions à travailler pour prévenir la prochaine épidémie, alors même que le monde lutte contre le COVID-19.

Un scénario prévisible

Ce qui est remarquable dans la situation actuelle, c’est sa prévisibilité.

Il était prévisible que l’épidémie émanerait d’un contact entre les humains et les animaux – et que des chauves-souris pourraient être impliquées. Il était prévisible que son épicentre se trouverait dans une zone urbaine densément peuplée et qu’elle se propagerait rapidement par les transports aériens internationaux.

Et il était même prévisible qu’un agent pathogène inconnu serait tout aussi susceptible de déclencher une épidémie qu’un agent connu.

Comme ce fut le cas pour le SRAS et Zika, l’agent pathogène responsable de l’épidémie actuelle n’était sur le radar de personne avant qu’elle ne commence à faire des ravages en Chine et au-delà.

Il était également prévisible qu’une épidémie à progression rapide aurait des répercussions sanitaires, économiques et sociales importantes et de grande envergure.

Moins de deux mois après le début de l’épidémie, le système de santé chinois a déjà été mis à rude épreuve, Wuhan en particulier s’efforçant de fournir des soins de qualité aux patients atteints de coronavirus. En outre, cela pourrait avoir pour effet d’évincer le traitement d’autres affections.

Les conséquences économiques comprennent des perturbations majeures de la fabrication, des chaînes d’approvisionnement, des ventes au détail, des voyages internationaux et de l’éducation.

Et les défis politiques et sociaux qui en résultent continuent de s’accumuler, tels que les quarantaines de masse, la discrimination, la diffusion d’informations erronées, la méfiance à l’égard du gouvernement et une pression supplémentaire sur des relations internationales déjà tendues.

Les coûts totaux de cette épidémie sont déjà importants et pourraient s’aggraver encore.

mesures

Les efforts déployés pour contenir COVID-19 ont entraîné la fermeture d’une grande partie de l’économie chinoise et ont permis aux travailleurs de rester chez eux pendant l’heure de pointe à Pékin. AP Photo/Andy Wong

L’inévitabilité des épidémies

La prévisibilité de la situation actuelle reflète le caractère inévitable des épidémies.

Nous ne pouvons peut-être pas dire avec certitude où et quand elles se produiront – ou quel sera l’agent pathogène responsable – mais nous savons qu’une autre menace se cache toujours. Il y a également de nombreuses raisons de croire que leur fréquence va augmenter.

Même si la croissance démographique mondiale ralentit, elle se poursuit à un rythme soutenu dans les régions les plus fragiles du monde sur le plan économique et politique. L’urbanisation croissante entraîne la prolifération de grands centres de population denses qui agissent comme des boîtes de pétri géantes pour les maladies infectieuses. Et le vieillissement de la population augmente la proportion de personnes plus sensibles aux infections et aux maladies.

L’aire de répartition géographique de certains agents pathogènes et des principaux porteurs de maladies comme les moustiques s’étend en raison du changement climatique. Et l’homme continue d’empiéter sur les habitats des animaux, ce qui augmente la probabilité de propagation entre les espèces.

Les voyages internationaux continuent de se multiplier et la mondialisation fait en sorte que les effets économiques d’une épidémie, où qu’elle se produise, se répercuteront sur de lointaines régions de l’humanité.

Se préparer au pire

Compte tenu de tous les coûts des épidémies – et de tous les facteurs favorisant leur répétition – des investissements stables et à grande échelle dans des organisations et des activités dédiées à la préparation, la prévention, l’atténuation et la réponse aux épidémies sont susceptibles de rapporter d’énormes dividendes.

La Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies, une alliance visant à financer et à coordonner le développement de nouveaux vaccins, mérite certainement un financement substantiel, tout comme le développement de plateformes de vaccins en général. De même, un financement plus important pour les nouveaux traitements antimicrobiens et l’amélioration des diagnostics est désespérément nécessaire. Une autre priorité urgente est d’accroître la surveillance des agents pathogènes chez les humains et les animaux.

Mais ce qui manque peut-être davantage que le financement, c’est un niveau suffisant de coordination entre les nombreux acteurs du réseau peu structuré d’organisations internationales et nationales chargées de contrôler les foyers de maladies infectieuses et d’y répondre. La nature fragmentée du système de santé mondial crée la possibilité de lacunes considérables en matière de recherche et de fonctionnement, ainsi que de duplications inutiles des efforts.

Nous avons déjà plaidé en faveur de la création d’un conseil technique mondial sur les menaces de maladies infectieuses afin d’améliorer la collaboration et la coordination entre les organisations, de mener les recherches nécessaires et de formuler des recommandations de haut niveau, fondées sur des données probantes, pour la gestion des risques mondiaux. Un tel conseil serait composé d’experts issus d’un large éventail de disciplines – notamment l’épidémiologie, la vaccinologie, les politiques publiques et l’économie – et pourrait être soit affilié à l’OMS, soit autonome.

En fin de compte, des ressources plus importantes et plus durables sont indispensables pour prévenir, ou du moins atténuer, la prochaine épidémie et son impact, qu’elle soit causée par un autre coronavirus, une fièvre hémorragique comme le virus Ebola, une grippe pandémique ou un agent pathogène non encore découvert.

Prendre ces mesures peut coûter cher, mais il sera plus coûteux de rester les bras croisés. La prochaine épidémie se situera certainement juste au tournant.

Lire aussi : Coronavirus : non, le régime autoritaire chinois n’est pas avantageux pour maîtriser l’épidémie

Source : The Conversation – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *