Cet arbre est si toxique qu’on ne peut même pas se tenir dessous quand il pleut


En 1999, la radiologue Nicola Strickland est parti en vacances sur l’île caribéenne de Tobago, un paradis tropical avec des plages idylliques et désertes.

arbre

Le premier matin, elle est partie à la recherche de coquillages et de coraux dans le sable blanc, mais ses vacances ont rapidement pris une mauvaise tournure.

Strickland et son ami ont trouvé des fruits verts à l’odeur sucrée, qui ressemblaient à de petites pommes.

Tous deux décidèrent bêtement d’en prendre une bouchée. En quelques instants, la saveur agréablement sucrée a été submergée par une sensation poivrée et brûlante et une atroce oppression dans la gorge qui s’est progressivement aggravée au point de ne presque pas pouvoir avaler.

Le fruit en question appartenait au mancenillier (Hippomane mancinella), parfois appelé “pomme de plage” ou “goyave empoisonnée”. Il est originaire des régions tropicales du sud de l’Amérique du Nord, ainsi que de l’Amérique centrale, des Caraïbes et de certaines régions du nord de l’Amérique du Sud.

Le petit arbre porte un autre nom en espagnol, arbol de la muerte, qui signifie littéralement “arbre de la mort”. Selon le Guinness World Records, c’est en fait l’arbre le plus dangereux au monde.

Comme l’explique l’Institut des sciences alimentaires et agricoles de Floride, toutes les parties du mancenillier sont extrêmement toxiques, et “l’interaction et l’ingestion de toute partie de cet arbre peuvent être mortelles”.

Le mancenillier appartient au genre Euphorbia, vaste et varié, qui contient également le Euphorbia pulcherrima. L’arbre produit une sève épaisse et laiteuse qui suinte de tout – de l’écorce, des feuilles et même des fruits – et peut causer de graves brûlures si elle entre en contact avec la peau.

On pense que les réactions les plus graves proviennent du phorbol, un composé organique appartenant à la famille des esters terpéniques.

Comme le phorbol est très soluble dans l’eau, vous ne voulez même pas vous retrouver sous un mancenillier quand il pleut – les gouttes de pluie qui transportent la sève diluée peuvent encore gravement brûler votre peau.

En raison de ces propriétés horrifiantes, certaines parties de l’arbre sont peintes d’une croix rouge, d’un anneau de peinture rouge, ou même associées à des signes d’avertissement explicites.

On pourrait penser que l’homme pourrait simplement enlever les arbres, mais ils jouent en fait un rôle précieux dans leurs écosystèmes locaux – en tant que grand arbuste, le mancenillier se développe en fourrés denses qui fournissent un excellent brise-vent et une protection contre l’érosion côtière sur les plages d’Amérique centrale.

On a signalé des cas graves d’inflammation des yeux et même de cécité temporaire provoqués par la fumée du bois de mancenillier brûlé – sans parler des effets de l’inhalation de cette substance.

Cependant, les charpentiers des Caraïbes utilisent le bois de mancenillier dans les meubles depuis des siècles, après l’avoir soigneusement coupé et séché au Soleil pour neutraliser la sève toxique.

“La véritable menace de mort vient de la consommation de ses petits fruits ronds”, écrit Ella Davies pour la BBC. “L’ingestion de ce fruit peut s’avérer fatale lorsque de graves vomissements et diarrhées déshydratent l’organisme jusqu’au point de non-retour.”

Heureusement, Strickland et son ami ont survécu pour raconter l’histoire, car elles n’ont mangé qu’une infime quantité de la pomme de la mort. En 2000, Strickland a publié une lettre dans The British Medical Journal, décrivant ses symptômes en détail.

Il a fallu plus de huit heures pour que leur douleur s’atténue lentement, alors qu’ils sirotaient soigneusement des pina coladas et du lait. La toxine a continué à s’écouler dans les ganglions lymphatiques du cou, ce qui a provoqué une nouvelle agonie.

“Raconter notre expérience aux habitants a suscité une horreur et une incrédulité franches, telle était la réputation de poison du fruit”, a écrit Strickland. “Nous avons trouvé notre expérience effrayante.”

Lire aussi : La “Paume du Christ” est considérée comme la plante la plus toxique de la Terre

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *