Voici pourquoi nourrir un bébé avec un régime végétalien peut être risqué


Il y a maintenant plus d’un million de végétariens et 500 000 végétaliens au Royaume-Uni – et on pense que leur nombre augmente.

Bien que ces personnes, identifiées grâce à une enquête commandée par la Vegan Society, soient âgées de plus de 15 ans, il est probable qu’un nombre croissant de nourrissons sont également élevés selon un régime végétarien ou végan.

Mais s’assurer que les bébés reçoivent la bonne quantité et le bon équilibre de nutriments peut être une tâche délicate, même sans restriction quant à ce qu’ils peuvent manger. Même dans les pays développés, une grande proportion d’enfants n’ont pas assez de vitamines et de minéraux, et il y a des preuves que les régimes végétaliens pourraient s’ajouter à cela.

Alors, à quel point est-ce difficile pour les parents végétariens ou végétaliens de bien faire les choses tout en transmettant leurs préférences alimentaires ?

Les bébés ont besoin de beaucoup de nutriments. Ils peuvent tripler leur poids à la naissance au cours des 12 premiers mois, ce qui indique la quantité de peau, d’os, de sang et de tissus organiques à couvrir. Ils ont également des besoins particuliers en ce qui concerne le type et l’équilibre des nutriments dont ils ont besoin.

Les recommandations d’une alimentation saine chez les adultes, qui encouragent les gens à manger moins de gras et plus de fibres, sont totalement inappropriées pour les enfants de moins de deux ans.

Pendant les six premiers mois, les bébés peuvent obtenir tous les nutriments dont ils ont besoin à partir du lait maternel ou d’une préparation pour nourrissons de bonne réputation, l’Organisation mondiale de la santé recommandant qu’ils soient nourris exclusivement au sein lorsque cela est possible. Mais après cette période, les bébés doivent commencer à prendre des aliments complémentaires de haute qualité en plus du lait maternel ou du lait maternisé pendant au moins la première année de leur vie.

Leur régime alimentaire devrait comprendre de bonnes sources de protéines et de matières grasses, mélangées à des légumes, des fruits et des céréales – mais pas trop de fibres, car elles peuvent être trop rassasiantes sans fournir suffisamment de nutriments. Ils devraient avoir le moins d’aliments hautement transformés possible et sans sel ajouté.

Le sucre peut être utile pour aider à combler les besoins énergétiques, mais il devrait faire partie d’aliments qui contiennent beaucoup d’autres nutriments. Plus un bébé mange d’aliments variés, moins il est susceptible de manquer de nutriments.

C’est un mythe courant qu’il est difficile pour les végétaliens et les végétariens d’avoir assez de protéines. Environ la moitié des protéines consommées dans les pays développés proviennent des plantes.

Il est vrai que les plantes (à l’exception des graines) sont principalement composées d’hydrates de carbone et (à l’exception du soja) contiennent moins d’acides aminés essentiels qui composent les protéines. Alors que les produits d’origine animale (et le soja) contiennent de bonnes quantités de ces acides aminés dans une petite partie des aliments.

Mais tout cela signifie simplement qu’un régime à base de plantes devrait contenir un mélange de sources de protéines. Par exemple, des repas de fèves au lard sur du pain grillé, des pois et du riz, des pâtes et de la “bolognaise” de lentilles fourniraient la variété dont les bébés ont besoin.

Vitamines et minéraux

De plus, le problème d’un régime à base de plantes est de consommer suffisamment de certaines vitamines et minéraux, comme le fer, le calcium, l’iode, le zinc et les vitamines B12 et D. Dans les plantes, ces minéraux sont non seulement limités à certaines sources mais sont aussi plus difficiles à absorber pour l’organisme parce qu’ils peuvent se lier aux fibres des plantes.

Mais comme ces vitamines et minéraux se trouvent dans les produits laitiers et les œufs, il est peu probable qu’un régime végétarien varié qui comprend ces aliments suscite des inquiétudes, à condition que le bébé ait un bon appétit.

La consommation d’une quantité suffisante de fer est particulièrement préoccupante pour les bébés lorsqu’ils commencent à manger des aliments solides parce qu’ils en ont proportionnellement besoin davantage que les enfants plus âgés et les adultes. L’anémie due à une carence en fer est la carence nutritionnelle la plus courante dans le monde, et les enfants de moins de cinq ans y sont les plus vulnérables.

Mais les œufs, les légumineuses comme les lentilles, le beurre de noix (à condition qu’ils ne soient pas allergiques), les légumes vert foncé comme le brocoli, les céréales enrichies, la farine blanche enrichie et le lait maternel ou en poudre peuvent fournir du fer au bébé.

Cependant, les choses sont plus difficiles pour les végétaliens. Même un régime végétalien varié peut causer toute une gamme de problèmes pour la croissance et le développement des bébés.

Ne pas manger de produits laitiers ou d’œufs supprime un moyen facile de fournir ces vitamines et minéraux vitaux. Un régime végétalien est également plus faible en graisses (une source d’énergie importante pour un petit corps en croissance) et peut être plus faible en sucres naturels en raison du manque de lait, une source naturelle du lactose.

Sans consommer de produits d’origine animale, les seules sources fiables de vitamine B12 sont les aliments enrichis ou les suppléments, et ne pas en consommer suffisamment peut entraîner des lésions nerveuses. L’iode est également difficile à trouver, mais il est vital pour le développement mental. Vous pouvez acheter du sel iodé, mais cela ne convient pas aux bébés, ni les suppléments d’iode à cause du risque de leur donner trop de sel.

Une solution consiste à manger des algues, qui peuvent être très polyvalentes, bien qu’il faille parfois un certain temps pour apprendre à les utiliser dans la cuisine. Certains substituts du lait d’origine végétale sont enrichis d’iode, mais pas tous.

Un régime uniquement végétal est loin d’être idéal

Les enfants sont étonnamment résistants. Ils survivent dans des circonstances moins qu’idéales.

Mais ce que nous voulons vraiment, c’est encourager une croissance et un développement optimaux fondés sur les faits. Il n’est pas exclu de compter uniquement sur des aliments d’origine végétale pour répondre à tous les besoins d’un bébé, mais c’est loin d’être idéal.

Nous n’avons pas encore assez de preuves pour dire comment les pratiques végétaliennes actuelles affectent la santé des bébés au niveau de la population.

Mais il n’est pas difficile de trouver des exemples de régimes végétaliens qui sont blâmés pour une variété de problèmes de santé infantile. Des recherches menées aux Pays-Bas sur des enfants nourris avec un régime macrobiotique à base de plantes particulièrement strict ont montré qu’ils souffraient de carences nutritionnelles et d’un retard de croissance, principalement entre l’âge de 6 et 18 mois. Il y a même eu des incidents de parents végétaliens accusés de mauvais traitements envers leurs enfants en raison de leur faible croissance.

Cependant, si les parents ont une attitude raisonnable et sont végétaliens bien établis, il n’y a aucune raison pour qu’un bébé ne puisse pas suivre un régime alimentaire varié, principalement végétalien. L’idéal serait d’avoir des quantités limitées de grains entiers encombrants et un peu d’œufs et de lait à l’occasion pour compléter leurs aliments d’origine végétale.

Shirley Hinde, maître de conférences en nutrition, Cardiff Metropolitan University et Ruth Fairchild, maître de conférences en nutrition, Cardiff Metropolitan University.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *