Les régimes végétaliens sont en train d’augmenter la malnutrition dans les pays riches

La faim cachée touche plus de deux milliards de personnes dans le monde. La cause en est un manque chronique de micronutriments essentiels dans l’alimentation, comme les vitamines et les minéraux.

Les effets de ces carences nutritionnelles peuvent ne pas être visibles immédiatement, mais les conséquences peuvent être graves. Il s’agit notamment d’une résistance moindre à la maladie, à la déficience mentale et même à la mort.

Si de nombreux cas de faim cachée se rencontrent dans les pays en développement, ce phénomène constitue également un problème de santé publique croissant dans les pays développés.

Par exemple, la carence en iode est la cause la plus fréquente de troubles mentaux évitables et le Royaume-Uni se classe septième parmi les dix pays les plus touchés par la carence en iode.

Et les données américaines montrent que plus d’un enfant sur quatre manque de calcium, de magnésium ou de vitamine A et que plus d’un enfant sur deux présente une carence en vitamine D et E.

Il existe plusieurs causes de la faim cachée dans les pays développés. La consommation d’aliments bon marché, à forte densité énergétique, pauvres sur le plan nutritionnel et fortement transformés, en particulier par les membres les plus pauvres de la société, est un facteur majeur.

Même lorsque des produits frais sont consommés, il semble y avoir moins de micronutriments disponibles qu’autrefois.

Cela est dû à des problèmes tels que la santé des sols, causée par une mauvaise gestion agricole et le changement climatique.

Tendance croissante au véganisme

La tendance à la croissance rapide du véganisme est susceptible de devenir un autre facteur majeur de la faim cachée dans le monde développé. Selon la Vegan Society, le nombre de personnes ayant adopté un régime végétalien au Royaume-Uni a plus que quadruplé au cours de la dernière décennie.

Une étude commandée par le Vegetarian Resource Group a révélé que près de 5 % de la population américaine est végétarienne et environ la moitié d’entre eux sont végétaliens.

Une alimentation à base de plantes peut réduire le risque de maladies chroniques et est bonne pour l’environnement, mais des régimes végétaliens mal planifiés qui ne remplacent pas les nutriments essentiels de la viande peuvent entraîner de graves carences en micronutriments.

La santé des os est une préoccupation à long terme pour les végétaliens. On rapporte constamment que les végétaliens consomment moins de calcium et de vitamine D, ce qui se traduit par des taux sanguins plus faibles de vitamine D et une densité minérale osseuse plus faible dans le monde entier.

Les taux de fracture sont également près d’un tiers plus élevés chez les végétaliens que dans la population générale.

Les niveaux d’oméga 3 et d’iode sont également inférieurs à ceux des consommateurs de viande, tout comme les niveaux de vitamine B12.

La vitamine B12 est le plus souvent obtenue à partir d’aliments d’origine animale, et des taux plus élevés de carence ont été observés chez les végétaliens que chez les autres végétariens et consommateurs de viande.

Les symptômes peuvent être graves et inclure une fatigue et une faiblesse extrêmes, une mauvaise digestion et des retards de développement chez les jeunes enfants. En l’absence de traitement, une carence en vitamine B12 peut causer des lésions nerveuses irréversibles.

Bien qu’une quantité inférieure à la quantité optimale de B12 soit assez courante chez les femmes enceintes et dans les pays moins développés, la fréquence des carences signalées chez les végétariens et les végétaliens des pays développés varie considérablement en gravité selon les groupes d’âge.

Même de faibles taux de vitamine B12, mais pas assez pour être classés comme carencés, peuvent être mauvais pour la santé et augmenter le risque de maladie cardiaque.

Solutions possibles

Les végétaliens peuvent prévenir les carences en micronutriments en consommant des aliments enrichis (aliments enrichis en vitamines et minéraux) et en prenant des suppléments.

Mais ceux qui suivent un régime à base de plantes résistent souvent à la prise de suppléments, et on a signalé qu’ils interfèrent avec l’absorption d’autres nutriments importants.

De plus, les suppléments végétaliens d’origine végétale ont tendance à avoir une faible activité biologique chez les humains. Par exemple, des études montrent que les suppléments de vitamine D2 sans danger pour les végétaliens sont moins efficaces pour augmenter les niveaux de vitamine D dans le sang que les suppléments de vitamine D3 plus largement utilisés.

D’autres suppléments, comme la vitamine B12, peuvent être en grande partie inactifs dans l’organisme.

La faim cachée est largement reconnue et est combattue dans de nombreuses régions du monde en développement par des programmes de biofortification bien organisés et à grande échelle.

Peut-être faut-il faire quelque chose de semblable pour lutter contre la faim cachée en Occident.

Chris Elliott, professeur de biosciences moléculaires, Université Queen’s de Belfast ; Chen Situ, chargé de cours, École des sciences biologiques, Université Queen’s de Belfast, et Claire McEvoy, chargée de cours, École de médecine, dentisterie et sciences biomédicales, Université Queen’s de Belfast.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *