Le sarcophage de Tchernobyl est en train d’être démantelé car il est sur le point de s’effondrer


L’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl est largement considéré comme l’une des pires catastrophes nucléaires.

sarcophage-Tchernobyl-démantèlement

Le 26 avril 1986, le cœur d’un réacteur nucléaire de la centrale s’est ouvert lors d’un essai de sûreté de routine, envoyant des panaches de matières radioactives dans l’air. L’explosion et les incendies qui ont suivi ont provoqué une contamination généralisée dans toute l’Europe, mais le site le plus contaminé était de loin le réacteur n° 4, où l’accident s’est produit.

Moins de deux mois après la catastrophe, environ 600 000 nettoyeurs soviétiques sont entrés en action pour construire un “sarcophage”, ou couverture massive, autour du réacteur afin d’y enfermer les matières radioactives comme le corium, l’uranium et le plutonium.

Le processus a exposé de nombreux travailleurs à des niveaux dangereux de rayonnement, et au moins 31 personnes sont mortes d’une maladie radiologique aiguë.

Le revêtement a été conçu pour être robuste – il reposait sur 400 000 mètres cubes de béton et environ 16 millions de livres d’acier – mais la construction a été faite à la hâte. Pendant que les travailleurs se démenaient pour contenir les dégâts sans se blesser, ils n’ont pas réussi à sceller les joints du bâtiment.

Ils ont également laissé des ouvertures dans les plafonds, ce qui a permis à l’eau d’entrer et à la corrosion de s’installer.

Maintenant, tout le sarcophage doit être démantelé avant de s’écrouler.

La société ukrainienne qui gère la centrale nucléaire de Tchernobyl, SSE Tchernobyl NPP, a déclaré dans un communiqué en ligne que les évaluations d’experts ont révélé que le sarcophage avait une probabilité “très élevée” d’effondrement. Seule la gravité a gardé la structure attachée à ses blocs de soutien, a dit la compagnie.

Ainsi, le 29 juillet, elle a signé un contrat de 78 millions de dollars US avec une entreprise de construction pour démonter le sarcophage d’ici 2023.

Les ouvriers de la construction devront renforcer le sarcophage pendant le démontage de ses pièces (à l’aide de grues robotisées). Les pièces seront ensuite nettoyées et expédiées pour être recyclées ou éliminées.

“Le retrait de chaque élément augmentera le risque d’effondrement des abris, ce qui entraînera à son tour le rejet de grandes quantités de matières radioactives”, a déclaré la société dans un communiqué.

Mais les radiations qui sont libérées ne se retrouveront probablement pas dans l’atmosphère. Au cours des neuf dernières années, les travailleurs ont construit une coque de 32 000 tonnes autour du sarcophage. Ses pièces ont été assemblées en Italie, puis livrées sur le chantier par 18 navires et 2 500 camions.

La coque achevée, connue sous le nom de Nouvelle structure de confinement sécuritaire, a été intégrée dans son emplacement définitif en 2016. Elle est alors devenue le plus grand objet terrestre jamais déplacé par l’homme. La structure a été révélée au public en juillet.

On s’attend à ce que la zone reste confinée pendant un autre siècle, ce qui donnera aux travailleurs suffisamment de temps pour assainir le site.

Une fois le sarcophage démantelé, les travailleurs commenceront la tâche gargantuesque de nettoyer les déchets radioactifs qui subsistent encore au réacteur n° 4.

Le processus consistera à aspirer les particules radioactives et à éliminer le mélange de “lave” qui s’est formé lorsque les travailleurs soviétiques ont déversé du sable, du plomb et du bore dans le réacteur en feu.

Ces efforts devraient se poursuivre jusqu’en 2065. D’ici là, les scientifiques estiment que les radiations causées par l’accident auront entraîné plus de 40 000 cas de cancer.

Lire aussi : La première enquête par drone sur la “forêt rouge” de Tchernobyl révèle des points chauds radioactifs déroutants

Sources : ScienceAlert, Business Insider – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *