Les scientifiques produisent des zoonoses mortelles sur cette petite île allemande


L’île allemande de Riems abrite certaines des recherches en virologie les plus dangereuses de la planète.

île-virus-allemagne

  • L’Institut Friedrich Loeffler en Allemagne est une installation de biosécurité de niveau 4 où les scientifiques mènent des recherches dangereuses sur les zoonoses.
  • Les zoonoses sont des maladies qui peuvent se transmettre des animaux aux humains, ou vice versa.
  • Ces maladies représentent une menace majeure non seulement pour les humains, mais aussi pour les animaux.

Sur une petite île allemande discrète appelée Riems se trouve l’un des plus anciens instituts de recherche sur les virus dans le monde. Et aussi l’un des plus dangereux.

L’Institut Friedrich Loeffler est fermé au public. Pour accéder à l’île, les visiteurs autorisés doivent d’abord traverser une petite partie de la mer Baltique par un barrage, qui peut être fermé immédiatement en cas d’épidémie. Pour entrer dans l’établissement, ils doivent prendre une douche et mettre des vêtements de protection. À l’intérieur, les scientifiques étudient certains des virus les plus mortels au monde, dont la grippe aviaire, le virus Ebola et la maladie de la vache folle.

L’un de leurs nombreux centres d’intérêt est les zoonoses, des maladies capables de se transmettre des animaux aux humains, ou vice versa. Mais l’établissement a été fondé en 1910 pour étudier la fièvre aphteuse. Au cours des décennies suivantes, l’Institut Friedrich Loeffler a été utilisé à diverses fins, notamment pour la mise au point d’armes chimiques pendant la Seconde Guerre mondiale, la recherche de vaccins pendant la guerre froide et l’étude du bien-être et de l’élevage des animaux. Elle a fini par mériter le surnom d’île aux fléaux.

En 2010, l’Institut Friedrich Loeffler a achevé la construction d’une série de nouveaux laboratoires classés au niveau de biosécurité 4, une des distinctions les plus dangereuses. Aujourd’hui, il n’existe qu’une poignée d’installations de niveau 4 dans le monde.

Carte des installations de niveau 4

L’institut est également l’une des deux seules installations au monde à pouvoir mener des études à grande échelle sur les animaux, comme les porcs et les bovins. Robin Holland, étudiante au Veterinary Medical Scholars Program de l’University of Illinois College of Veterinary Medicine, a décrit ainsi son expérience à l’Institut Friedrich Loeffler :

“J’ai appris comment ces maladies sont gérées, contrôlées et diagnostiquées dans des scénarios réels, leur prévalence à l’échelle mondiale et leur potentiel d’impact économique si des épidémies se produisaient dans une population naïve.”

University of Greifswald

Holland a également décrit les procédures de confinement de l’institut.

“Aux côtés des ingénieurs et des agents de biorisque, j’ai vu l’infrastructure massive du FLI, y compris la filtration HEPA de l’air évacué, la décontamination des locaux par brumisation à sec, le traitement des eaux usées et la transformation des carcasses en sous-produits d’animaux. J’ai appris comment les installations de niveau 2 à 4 sont gérées, les protocoles de confinement en cas d’urgence, la conception des installations et la formation du personnel afin de m’assurer que tous les agents pathogènes, en particulier ceux qui travaillent avec des agents pathogènes très contagieux comme le virus de la fièvre aphteuse, sont contenus dans l’installation “.

Zoonoses : Une plus grande menace pour les humains ou les animaux ?

Les zoonoses constituent une menace majeure pour les humains. Du paludisme à la rage, elles représentent environ 60 % de toutes les maladies infectieuses contractées par l’homme, et le Centers for Disease Control and Prevention estime que “3 maladies infectieuses nouvelles ou émergentes sur 4 chez l’homme sont transmises par les animaux”. Mais alors que les scientifiques continuent d’étudier les moyens de traiter, de prévenir et de contenir ces maladies infectieuses, il convient également de noter les menaces qu’elles représentent pour les animaux.

“Le nombre d’animaux a été beaucoup plus élevé”, a déclaré le neurobiologiste et médecin de santé publique Charles Watson, professeur à l’Université Curtin, à Abc.net. “Quand le virus Nipah a éclaté en Malaisie à la fin des années 1990, il y a eu relativement peu de morts humaines, mais cinq millions de porcs ont dû être abattus pour l’éradiquer.”

L’une des raisons pour lesquelles les zoonoses sont si mortelles pour les animaux, c’est que certaines ne font mystérieusement pas de mal aux humains, même lorsque nous les contractons.

“C’est vraiment imprévisible, mais beaucoup de virus ont du succès parce qu’ils ne tuent pas leurs hôtes humains et sont donc mieux transmis d’une personne à l’autre.”

Lire aussi : Un nouveau virus étrange pourrait représenter un “tout nouveau système d’évolution virale”

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *