Le “noyau démoniaque” de plutonium a tué deux physiciens sans jamais exploser


Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les recherches sur les armes nucléaires se sont poursuivies dans les laboratoires top-secrets de Los Alamos au Nouveau-Mexique.

noyau-démoniaque-plutonium

En un peu moins d’un an, un noyau nucléaire de plutonium a coûté la vie à deux physiciens et provoqué un changement radical dans la manière dont la recherche nucléaire est menée.

Chatouiller la queue du dragon

La date était le 21 août 1945. Une semaine auparavant, le Japon s’était rendu aux Alliés, mettant fin à la Seconde Guerre mondiale. Alors que le monde et les Japonais étaient encore sous le choc de la démonstration de force à Hiroshima et Nagasaki, cachés dans un complexe de bâtiments secrets juste à l’extérieur de Los Alamos, au Nouveau Mexique, les scientifiques ont poursuivi leurs essais d’armes nucléaires.

À l’intérieur d’un laboratoire se trouvait une masse sphérique de plutonium radioactif pesant 6,4 kilogrammes et mesurant 9 centimètres de diamètre. Avant la reddition du Japon, elle devait être utilisée dans un troisième bombardement atomique. Bien que la sphère radioactive n’ait plus été utilisée pendant la guerre, les scientifiques et les chercheurs de Los Alamos ont été autorisés à poursuivre les essais sur cet objet afin de faire progresser la compréhension des armes nucléaires par les États-Unis.

Lorsqu’une bombe nucléaire explose, son noyau radioactif devient supercritique, déclenchant une réaction en chaîne atomique qui libère des quantités massives d’énergie sans intervention et finit par s’accélérer en une explosion atomique. Les chercheurs savaient comment déclencher ces réactions – pour les bombardements au Japon, ils ont utilisé des explosifs plus petits pour aider le noyau à atteindre la masse critique – mais ils voulaient en savoir plus sur le point exact où un noyau devient critique. L’un des moyens d’y parvenir consistait à entourer le cœur radioactif de matériaux réfléchissants qui feraient rebondir les neutrons à l’intérieur jusqu’à ce que le cœur devienne critique, puis à mesurer ce point. C’est exactement ce que les chercheurs ont testé dans la nuit du 21 août.

Le premier incident

Le célèbre physicien Harry Daghlian était entré seul dans le laboratoire, accompagné seulement d’un garde de sécurité, pour faire des recherches sur le noyau de plutonium. Il utilisait des briques de carbure de tungstène pour construire un bouclier réfléchissant autour du noyau. Soudain, Daghlian a accidentellement fait tomber l’une des briques sur le noyau, ce qui l’a rendu supercritique en un instant. Une lumière bleue remplissait la pièce et Daghlian était enveloppé d’une dose mortelle de rayonnement. Il a réussi à enlever la brique de l’assemblage, arrêtant la réaction, mais c’était trop tard. 25 jours plus tard, il est mort d’un empoisonnement aux radiations. L’exposition de l’agent de sécurité a été beaucoup moins importante que celle de Daghlian et il a survécu à l’incident, vivant à l’âge de 62 ans.

Ce noyau de plutonium, alors connu sous le nom de “Rufus” et plus tard sous le nom de “noyau démoniaque”, venait de causer la mort de l’un des meilleurs physiciens du monde. Un examen de l’incident a entraîné des changements dans les protocoles de laboratoire, mais les essais sur le noyau démoniaque se sont poursuivis. Les collègues de Daghlian ont poursuivi les essais, utilisant le cœur pour faire avancer la recherche nucléaire pendant encore neuf mois, sans autre incident. C’est-à-dire jusqu’au 21 mai 1946.

Le deuxième incident

La guerre était terminée depuis un certain temps déjà, mais les États-Unis étaient au bord de la guerre froide et avaient besoin d’approfondir leurs connaissances nucléaires. Louis Slotin, un physicien canadien qui avait travaillé sur le projet Manhattan, était devenu l’un des chercheurs principaux travaillant sur le noyau démoniaque. Il était particulièrement confiant ; après tout, lorsqu’il s’agissait de manipuler des quantités dangereuses de plutonium, il était l’homme le mieux informé au monde.

Slotin avait mis au point une procédure d’ajustement des dômes de béryllium sur le noyau démonique afin de réfléchir les neutrons et d’amener le noyau à la criticité. Cette procédure consistait à maintenir le dôme stable d’une main et à régler soigneusement l’écartement de l’autre main à l’aide d’un long tournevis. Il s’agissait d’une procédure de faible technicité que les supérieurs de Slotin avaient déconseillé.

Soudain, la main de Slotin a glissé et le noyau est devenu supercritique. Il a administré des rayons gamma à Slotin et aux sept autres chercheurs présents dans la pièce. Tandis que cette même lumière bleu vif remplissait la pièce, Slotin se pencha vers le bas pour enlever la demi-sphère de béryllium et arrêter la réaction. Encore une fois, il était trop tard.

En moins d’une seconde, Slotin avait reçu une dose létale de radiation. Selon un autre scientifique dans la salle, Raemer Schreiber, les paroles de Slotin après l’incident étaient calmes. Il avait réconforté Daghlian après le premier incident, et il savait ce qui allait suivre.

“Eh bien, c’est fait”, dit-il.

Il est mort neuf jours plus tard.

Heureusement pour les autres personnes présentes dans la pièce, le corps de Slotin les a protégées des doses létales de radiations, et personne n’a été blessé durablement. C’est à ce moment que le noyau est devenu connu sous le nom de noyau démoniaque.

Los Alamos a rapidement apporté des changements radicaux à ses procédures d’essais, exigeant que toutes les expériences de criticité soient réalisées à distance. Le noyau démoniaque avait commencé à émettre des doses de rayonnement plus élevées à la suite de ces incidents et a ensuite été fondu pour être refondu pour d’autres noyaux.

Curieusement, ces deux événements horribles ont eu lieu un mardi, et les deux le 21 du mois. Les deux physiciens seraient même décédés dans la même chambre d’hôpital. L’histoire bizarre, sinistre et même effrayante du noyau démoniaque nucléaire nous ramène à une époque où la recherche scientifique se faisait sans se soucier de la sécurité. Ces deux hommes sont morts en travaillant sur des recherches qui ont changé le monde à un moment où les gouvernements étaient dans une course mondiale aux armements.

Lire aussi : Les mystérieux “cubes nucléaires” nazis circulent toujours au marché noir

Source : Curiosity – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *