L’US Air Force laissera des pirates détourner un satellite en orbite à Defcon 2020


Cette initiative s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’organisation pour renforcer la cybersécurité.

hack-satellite-DEFCON

Le mois dernier, lors de la conférence des hackers Defcon, l’armée de l’air a apporté un système de données de chasseurs F-15. Elle l’a fait pour donner aux chercheurs en sécurité l’occasion de déceler ses vulnérabilités.

Maintenant, l’organisme gouvernemental dit que l’an prochain, il apportera un satellite.

Faire appel à des experts externes

“Nous devons surmonter notre peur de faire appel à des experts externes pour nous aider à être en sécurité. Nous avons encore des procédures de cybersécurité des années 1990”, a déclaré Will Roper, secrétaire adjoint de l’armée de l’air pour l’acquisition, la technologie et la logistique, à WIRED.

“Nous avons un modèle très fermé. Nous supposons que si nous construisons des choses derrière des portes closes et que personne n’y touche, elles seront en sécurité. C’est peut-être vrai dans une certaine mesure dans un monde analogique. Mais dans le monde de plus en plus numérique, tout a un logiciel.”

Même si l’armée de l’air a sa propre équipe interne de cybersécurité, elle peut toujours avoir besoin d’aide supplémentaire. C’est là qu’interviennent les hackers de Defcon.

Un appel à candidatures

La Force aérienne lancera un appel de soumissions pour les pirates qui pensent pouvoir détourner un satellite. Ensuite, un certain nombre de chercheurs seront sélectionnés pour tester leurs idées six mois avant Defcon. Les gagnants de ce groupe seront envoyés par avion à Defcon pour une compétition de piratage en direct.

Il n’y a pas encore de détails sur le satellite qui sera impliqué ni sur le montant du prix en espèces final. Mais l’opportunité est tout de même passionnante. Quant à l’armée de l’air, c’est l’occasion de tester la sécurité du satellite pendant sa phase de conception.

“Nous voulons le pirater dans sa phase de conception, pas après l’avoir construit”, explique Roper. “Laissez venir les meilleurs et les plus brillants, parce que les vulnérabilités sont alors moins sensibles. Ce n’est pas un système opérationnel. C’est plus facile à réparer. Il n’y a aucune raison de ne pas le faire, si ce n’est la peur historique que nous avons de laisser entrer des gens de l’extérieur de la Force aérienne.”

Vous voulez en savoir encore plus ? Roper dit qu’il fait de son mieux pour amener un avion à Defcon. Il n’a tout simplement pas encore réussi à trouver une pièce assez grande.

Lire aussi : Biohacking : L’art et la science de l’amélioration de l’être humain

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *