Un sous-marin nucléaire coulé provoque la fuite de matières radioactives dans l’océan Atlantique


Une équipe de scientifiques russes et norvégiens vient de faire une découverte sinistre.

Cette semaine, les chercheurs ont envoyé un sous-marin radioguidé pour recueillir des échantillons autour de l’épave coulée d’un sous-marin nucléaire, qui a pris feu en 1989, entraînant la mort de 42 membres d’équipage.

Les résultats préliminaires de leur enquête indiquent que les niveaux de rayonnement dans l’eau près du conduit de ventilation du sous-marin soviétique englouti sont jusqu’à 800 000 fois plus élevés que prévu dans l’eau de mer – ce qui suggère que nous pourrions faire face aux répercussions de la récente catastrophe pour les décennies à venir.

Ce n’est pas la première fois que les chercheurs détectent des niveaux de rayonnement plus élevés que la normale autour de l’épave du K-278 Komsomolets, qui a coulé à environ 418 kilomètres de la côte norvégienne et se trouve maintenant à environ 1 500 mètres sous la surface de l’océan.

“Nous avons prélevé des échantillons d’eau à l’intérieur de ce conduit parce que les Russes avaient documenté des fuites ici dans les années 1990 et plus récemment en 2007”, a déclaré Hilde Elise Heldal, chef d’expédition, dans un communiqué de presse.

“Nous n’avons donc pas été surpris de trouver des niveaux élevés ici.”

Bien que les niveaux actuels soient supérieurs à la normale, selon Heldal, ils ne sont pas assez élevés pour menacer les poissons et fruits de mer norvégiens – pour l’instant, l’équipe prévoit donc d’étudier en profondeur les échantillons prélevés et de continuer à surveiller les débris pour déceler tout signe d’aggravation du rayonnement.

Lire aussi : L’ONU est très inquiète de fuites radioactives d’un dôme dans l’océan

Sources : ScienceAlert, Futurism – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *