Une simulation montre l’impact dévastateur d’une guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie


Une guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie pourrait plonger le monde dans un hiver nucléaire, confirme une simulation, alors que les tensions augmentent suite au retrait des États-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) et à la réalisation d’un essai de missile de croisière à moyenne portée.

simulation-nucléaire

Des chercheurs de l’Université Rutgers, de l’Université du Colorado Boulder et du National Center for Atmospheric Research ont utilisé un nouveau modèle climatique pour simuler ce qui arriverait à l’atmosphère terrestre en cas de guerre nucléaire totale entre les deux pays et l’ont comparé à une simulation réalisée par le Goddard Institute for Space Studies de la NASA en 2007. La nouvelle étude a confirmé les conclusions selon lesquelles une guerre nucléaire aurait des conséquences catastrophiques pour la planète, plongeant la Terre dans un hiver nucléaire qui durerait dix ans.

La dernière étude, publiée dans le Journal of Geophysical Research: Atmospheres, a constaté que les détonations nucléaires injecteraient environ 147 millions de tonnes (150 milliards de kilogrammes) de suie dans l’atmosphère.

Elle se répandrait alors autour de la stratosphère, plongeant la Terre dans l’obscurité et l’hiver nucléaire dans les semaines qui suivraient le largage des bombes. Selon le modèle, la suie ne serait visiblement pas éliminée avant sept ans environ.

“Dans la première année suivant l’injection, les températures mondiales chutent de plus de 7°C “, écrivent les auteurs dans leur article. Puis, dans l’obscurité permanente, la Terre verrait les températures mondiales chuter d’environ 9°C. Les événements météorologiques deviendraient plus variables, avec des changements dans le cycle d’El Niño.

Les précipitations seraient réduites d’environ 30 % au niveau mondial dans les mois suivant les attaques, ce qui causerait probablement d’énormes problèmes pour la production alimentaire.

“Les modèles s’accordent sur le fait qu’un hiver nucléaire suivrait une guerre nucléaire à grande échelle entre les États-Unis et la Russie”, écrivent les auteurs dans leur article, partageant les études antérieures selon lesquelles “une attaque nucléaire à grande échelle serait suicidaire pour le pays qui décide de mener une telle attaque”.

“L’utilisation d’armes nucléaires de cette manière par les États-Unis et la Russie aurait des conséquences désastreuses à l’échelle mondiale. Pour éliminer complètement la possibilité d’une catastrophe environnementale à la suite d’une guerre nucléaire de grande ampleur, les décideurs doivent bien comprendre les graves conséquences climatiques de la guerre nucléaire et agir en conséquence”, ont déclaré les auteurs.

Nous avons actuellement environ 15 000 armes nucléaires stockées dans le monde. Des études récentes ont montré qu’une centaine d’ogives seulement pourraient plonger le monde dans l’hiver nucléaire, qui pourrait coûter jusqu’à un milliard de vies.

“En fin de compte, la réduction des arsenaux nucléaires et le désarmement à terme de toutes les parties dotées de capacités nucléaires sont nécessaires”, concluent les auteurs.

Lire aussi : Les mystérieux “cubes nucléaires” nazis circulent toujours au marché noir

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *