Un ancien outil maya fabriqué à partir d’un matériau inattendu a été retrouvé dans une mine de sel


Le jade occupait une place particulière dans la mystérieuse civilisation du peuple maya, transformé en bibelots élaborés, riches de sens et de traditions anciennes.

Mais cette pierre précieuse n’était pas réservée uniquement à la parure ornementale. Le jade – sous la forme de sa variété minérale, la jadéite – semble aussi avoir été utilisé dans le travail manuel, même dans le contexte de la mouture des mines de sel d’antan.

Des scientifiques de l’Université d’Etat de Louisiane ont découvert cet outil en jadéite de haute qualité, incroyablement bien conservé, ainsi que son manche, sur le terrain de ce qui était autrefois une ancienne mine de sel maya au Belize.

Cette trouvaille rare – conservée parmi les vestiges sous-marins d’une mine de sel appelée Ek Way Nal – représente la première découverte d’un tel objet en jadéite avec son manche associé (en bois de rose du Honduras dans ce cas).

Mais le fait qu’il ait été trouvé dans une mine de sel est à la fois inattendu et digne de mention, selon les chercheurs.

(Heather McKillop/LSU)

“La jadéite translucide de haute qualité est normalement associée à des contextes rituels ou cérémoniels dans la région maya”, expliquent les chercheurs, dirigés par l’archéologue et anthropologue Heather McKillop, dans un nouvel article.

“L’outil d’Ek Way Nal est fait de jadéite d’une qualité exceptionnelle, ce qui est surprenant vu son contexte utilitaire.”

Ek Way Nal est l’un des 110 sites de Paynes Creek Salt Works : les vestiges submergés d’une ancienne industrie du sel dans le sud du Belize, où le sel était produit par évaporation de la saumure dans des chaudrons au-dessus d’un feu.

Des dizaines de cuisines en bois au toit de chaume constituaient la mine, construites pendant la période Maya classique (300-900 de notre ère), mais abandonnées par la suite lorsque la montée du niveau de la mer a inondé la région côtière de la lagune.

Produire du sel n’aurait pas été un travail facile, c’est pourquoi il semble étrange qu’un objet en jadéite d’une telle qualité ait été trouvé ici, disent les chercheurs.

“Pendant la période classique, l’utilisation de jadéite translucide de haute qualité était généralement réservée aux plaques, figurines et boucles d’oreilles uniques et élaborées en jadéite pour la royauté et autres élites”, explique l’équipe.

“Les objets en jadéite hautement artisanaux étaient destinés aux cérémonies dynastiques mayas, comme cadeaux à d’autres dirigeants pour solidifier les alliances ou comme offrandes funéraires pour accompagner les élites dynastiques et autres”.

Ou alors, semble-t-il, la jadéite parfois rare et précieuse a été façonnée en ciseaux, formant la lame verte scintillante d’un outil de paludier.

La poignée en bois de l’outil.

Bien que le minéral puisse sembler déplacé dans ce contexte vaporeux et saumâtre, M. McKillop dit qu’il montre comment l’ancien commerce du sel maya se développait – jusqu’à ce qu’il soit lavé sous les vagues.

“Les paludiers étaient des entrepreneurs prospères qui ont réussi à obtenir des outils de haute qualité pour leur métier grâce à la production et à la distribution d’un besoin biologique fondamental : le sel”, a dit M. McKillop.

“Le sel était très demandé pour le régime Maya. Nous avons découvert que c’était aussi une forme de richesse stockable et un conservateur important pour le poisson et la viande.”

Bien que nous ne puissions pas savoir avec certitude comment cet objet en jade aurait été utilisé, les chercheurs disent qu’il n’a probablement pas été utilisé sur des matériaux très durs, comme la pierre ou le bois, bien qu’une analyse de son apparence usée suggère qu’il a été utilisé comme un outil de travail.

“L’utilisation de la jadéite comme outil utilitaire dans une mine de sel indique que même les matériaux exotiques, qui nécessitent souvent de l’expertise pour devenir des outils, ont été choisis pour leur dureté “, écrivent les auteurs.

“Bien que l’outil n’ait probablement pas été utilisé pour le travail du bois ou des matériaux durs, il a pu être utilisé dans d’autres activités à la mine de sel, comme gratter le sel, couper et gratter le poisson ou la viande, ou nettoyer des calebasses.

Ce n’est pas vraiment une activité glamour, mais c’est une autre relique ancienne qui peut nous aider à découvrir le monde des anciens Mayas et à apprendre leur histoire à travers les objets qui les ont autrefois définis.

Les résultats sont rapportés dans Antiquity.

Lire aussi : Voici le plus grand atelier de figurines mayas au monde jamais trouvé – et il a été découvert par accident

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *