Fukushima va manquer d’espace pour stocker ses tonnes d’eau radioactive


Le nettoyage de la centrale nucléaire de Fukushima se dirige vers un obstacle majeur.

fukushima-espace-manque

D’ici trois ans seulement, le projet manquera d’espace pour contenir ses réserves toujours croissantes d’eau radioactive. Comme l’a rapporté le journal japonais Asahi Shimbun, les autorités doivent maintenant se battre pour savoir quoi faire de l’accumulation d’eau avant qu’il ne soit trop tard.

Après avoir été frappés par un tremblement de terre et un tsunami de 15 mètres en 2011, trois réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, dans le nord-est du Japon, ont subi des effondrements catastrophiques, ce qui est devenu la deuxième plus grave catastrophe nucléaire depuis Tchernobyl en 1986. Bien qu’on estime maintenant que jusqu’à 96 % de la centrale électrique est accessible en toute sécurité sans vêtements de protection, on prévoit qu’il faudra encore de 30 à 40 ans pour décontaminer les zones touchées et terminer le démantèlement de la centrale.

Dans le cadre de ce nettoyage en cours, environ 1 000 réservoirs spécialisés ont été construits pour stocker les quantités colossales d’eau de la vague du tsunami ou qui ont été utilisées pour refroidir les réacteurs en fusion. Une partie de l’eau a été traitée par élimination du césium, bien qu’une grande partie reste radioactive en raison de la présence de tritium, un isotope relativement inoffensif de l’hydrogène qui est difficile à séparer de l’eau.

Actuellement, plus de 1,15 million de tonnes de cette eau radioactive sont stockées à l’installation dans 960 réservoirs et elle continue de s’accumuler à un rythme d’environ 150 tonnes par jour, ce qui signifie que les réservoirs pourraient atteindre leur pleine capacité à l’été 2022.

Alors, quelle est la suite ? Les autorités japonaises et Tokyo Electric Power Co. (TEPCO), qui dirige l’usine le processus de nettoyage, se sont rencontrés la semaine dernière pour discuter des quelques options sur la table. Leur groupe d’experts a proposé une petite poignée de stratégies, y compris l’évaporation de l’eau, son injection en profondeur sous terre ou la construction de réservoirs de stockage à plus long terme.

Ils ont également lancé l’idée de pomper progressivement l’eau traitée dans l’océan Pacifique. C’est l’option privilégiée par l’Agence internationale de l’énergie atomique et l’Autorité de réglementation nucléaire du Japon, mais c’est un choix extrêmement impopulaire parmi les résidents locaux, les pêcheurs et les environnementalistes (pour des raisons assez compréhensibles).

“Lorsque nous parlons de la reconstruction de Fukushima, la question est de savoir si nous devons accorder la priorité au démantèlement au détriment de la vie des habitants de Fukushima”, a déclaré Naoya Sekiya, professeur de sciences sociales à l’Université de Tokyo, à Associated Press. “Il ne s’agit pas seulement de science.”

Lire aussi : Le sarcophage de Tchernobyl est en train d’être démantelé car il est sur le point de s’effondrer

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *