Les astronomes ont cherché la civilisation extraterrestre dans nos plus proches 1300 étoiles. Voici ce qu’ils ont trouvé


La vérité est là-bas, disent-ils, mais nous ne sommes pas encore près de la trouver.

Le projet Breakthrough Listen a cherché dans les 1 327 étoiles les plus proches de notre galaxie des indices de vie intelligente et de civilisations avancées. Pour l’instant, ça a l’air très calme. Le projet n’a pas encore trouvé de signaux suggérant que notre quartier cosmique est le foyer d’une civilisation avancée autre que la nôtre. Pourtant, l’équipe ne perd pas espoir.

“Nous avons parcouru des milliers d’heures d’observations d’étoiles proches, sur des milliards de canaux de fréquences. Nous n’avons trouvé aucune preuve de signaux artificiels provenant d’au-delà de la Terre, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de vie intelligente : nous n’avons peut-être pas encore regardé au bon endroit, ou nous n’avons pas regardé assez profondément pour détecter les signaux faibles”, a indiqué Danny C Price, un radioastronome qui dirige le projet Breakthrough Listen, dans une déclaration.

Les données exhaustives ont été recueillies à l’aide de deux des télescopes terrestres les plus puissants du monde, le Green Bank Telescope en Virginie occidentale et l’Observatoire de Parkes en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie. Ils passaient au crible des milliards de canaux radio, à la recherche de signes inhabituels – ou de soi-disant “technosignatures” – qui auraient pu être produits par une technologie construite par des civilisations au-delà de la Terre. Malheureusement, comme prévu, ils n’ont détecté que le “bruit de fond” des signaux radio émis par notre propre technologie humaine, comme les smartphones, les téléviseurs et autres appareils similaires.

Le “Green Bank Telescope” (GBT) de Robert C Byrd, situé à l’Observatoire de Green Bank, se dirige vers le ciel à l’écoute des signaux provenant de l’espace profond.

Le projet en cours a récemment publié ses données dans deux revues d’astrophysique de pointe – disponibles ici. Tout en recueillant de l’information sur les 160 années-lumière de la Terre, le projet a permis d’amasser 1 pétaoctet (ou 1 million de gigaoctets) de données qui vous mettront l’eau à la bouche – le plus grand ensemble de données jamais publié dans l’histoire de la recherche d’extraterrestres.

“Bien que nous ayons déjà rendu publics des sous-ensembles de données plus petits, sous différentes formes et dans différents contextes, nous sommes fiers d’offrir cette première collection cohésive ainsi qu’un manuel d’instructions pour que tout le monde puisse s’y retrouver et nous aider dans nos recherches”, ajoute Matt Lebofsky, administrateur système principal du centre de recherche SETI à Berkeley.

Fondé en 2015, le projet Breakthrough Listen a été financé par Yuri Milner, la réponse de la Russie à Peter Thiel, qui a fondé la colossale société Internet russe “Mail.ru Group” et un investisseur dans Facebook, Twitter, Airbnb, Whatsapp, et de nombreux autres grands noms des technologies. Restez à l’écoute parce qu’il y en a d’autres qui arrivent.

Matt Lebofsky a ajouté : “Nous ne faisons que commencer – il y a beaucoup plus à venir !”

Lire aussi : Un physicien a proposé une théorie assez déprimante pour expliquer pourquoi nous ne voyons jamais d’extraterrestres

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *