Leur fillette adoptive serait en réalité une sociopathe naine de 22 ans : “Elle a essayé de nous tuer”


Natalia Grace était-elle vraiment une enfant de 6 ans lorsqu’elle a été adoptée en 2010 ou était-elle déjà une femme adulte atteinte de nanisme ?

sociopathe-naine

Cette question est au cœur du procès de Michael Barnett et son ex-femme Kristine. Le couple a quitté les États-Unis pour le Canada en 2013 en abandonnant sa fille adoptive. “Elle avait en fait déjà 22 ans à l’époque. Cette sociopathe a même essayé de nous tuer”, a déclaré la mère au Daily Mail.

Le scénario de cette histoire à peine croyable ressemble fortement à “Esther”, un film de 2009 dans lequel une petite fille se révèle être une psychopathe de 33 ans aux tendances meurtrières.

En 2010, Kristine et Michael Barnett, son époux, adoptent une petite fille de 6 ans prénommée Natalia. Mais rapidement, l’enfant devient étrange et commet des actes graves, selon le couple. Par exemple, elle aurait tenté de pousser sa mère adoptive contre une clôture électrique et aurait versé de l’eau de javel dans son café. “Nous sommes les vraies victimes dans cette affaire”, dit Kristine. “Elle nous a terrorisés pendant trois ans. Elle a menacé de nous attaquer avec un couteau pendant notre sommeil. Au milieu de la nuit, elle était parfois suspendue au-dessus de notre lit. On a caché tous les objets pointus, mais on ne fermait plus l’œil.”

Natalia serait née en 1989

Après une phase d’incrédulité, Kristine Barnett est peu à peu persuadée que sa fille adoptive n’est pas si jeune. Selon Kristine Barnett, elle ne jouait jamais avec des poupées, se rapprochait souvent des adolescents et utilisait un vocabulaire plutôt sophistiqué. Selon la presse britannique, le couple aurait décidé de lui faire passer des examens médicaux pour établir son âge réel. Une première scintigraphie osseuse réalisée en 2010 a montré que Natalia n’aurait pas eu six ans, mais plutôt huit. Deux ans plus tard, des experts ont examiné son squelette et l’ont estimé à environ onze ans. Une batterie d’examens et de contre-expertises ont lieu et finalement, il a été établi qu’elle avait déjà 22 ans.

Réalisant que leur enfant adoptif est en fait une adulte qui se fait passer pour un enfant et qu’elle est dangereuse, le couple la laisse dans un appartement de l’Indiana et part s’exiler au Canada avec ses autres enfants pour tenter d’oublier cette sordide histoire mais tout en lui laissant de quoi se retourner. “Nous ne voulions quand même pas qu’elle devienne sans-abri, alors mon mari et moi avons payé le loyer de son appartement pendant un an. Je l’ai d’abord aidée à faire ses courses et je lui ai quand même acheté des meubles”, explique Kristine Barnett. En 2012, les parents auraient même obtenu du juge Gerald S. Zore l’officialisation de la révision de l’âge de Natalia, qui a admis qu’elle était née en 1989 et non en 2003. Elle vit alors un an dans l’appartement loué par ses “parents adoptifs” puis coupe tout contact avec eux. Depuis 2013, nul ne sait où elle se trouve.

Natalia Grace. © Facebook

Des indices troublants

L’affaire est cependant passée aux mains de la justice le 11 septembre dernier. En effet, malgré les éléments réunis contre Natalia, le couple est aujourd’hui accusé d’abandon d’enfant par un juge de l’Indiana, ce qui ne fait qu’aggraver son calvaire. Il est également accusé d’avoir falsifié l’état civil de sa fille. Natalia, elle, est introuvable pour procéder à une analyse légale.

Forcée de justifier cet abandon, la mère explique : “Je suis accusée de maltraitance, mais ce n’est pas un enfant”, poursuit Kristine. “C’est une adulte qui a été capable de vivre seule dans un appartement durant un an ! C’était une femme qui avait ses règles : elle ne pouvait pas avoir six ans ! Elle n’a pas grandi d’un pouce durant tout le temps passé avec nous, et même pour quelqu’un avec un nanisme, ce n’est pas normal. Elle a sauté d’une voiture en mouvement. Elle a étalé du sang sur les miroirs. Tout ce que les petits enfants ne feraient jamais, n’est-ce pas ? Tous les médecins que nous avons vus ont posé le même diagnostic : elle souffre d’un grave trouble psychologique qui n’affecte que les adultes.” D’ailleurs, Natalia a été internée dans un hôpital psychiatrique. Autre fait probant, avance le couple poursuivi, les examens dentaires : “Autre preuve que Natalia était une femme : elle avait des dents d’adulte”.

Natalia Grace. © Facebook

Une procédure d’adoption rapide

Comment une telle supercherie est-elle possible ? Aucune information n’a encore filtré sur la manière dont Natalia est parvenue à se faire passer pour une fillette sans foyer. La mère détaille par contre le contexte de l’adoption. Le couple avait déjà trois fils mais Kristine rêvait d’une famille encore plus grande, notamment d’une fille. “Pendant mes grossesses, cependant, j’ai dû faire face à de graves complications à chaque fois, de sorte que je ne pouvais plus avoir d’enfants. C’est pourquoi nous avons opté pour l’adoption.”

Quand l’opportunité d’adopter Natalia s’est présentée, il a fallu faire vite. Selon le maigre dossier présenté par le foyer situé en Floride, ses parents adoptifs précédents l’avaient soudainement abandonnée après deux ans et elle avait besoin de soins urgents liés à un trouble de la croissance. “Je n’ai jamais su ce qui s’était mal passé avec la précédente famille. Je n’ai pas posé cette question parce que j’étais trop désolée pour elle. La seule certitude que j’avais, c’était que nous devions remplir les papiers d’urgence pour l’adopter”. Le processus devait être bouclé en 24 heures, précise-t-elle.

À ce stade, la famille pense accueillir une fillette de 6 ans née en Ukraine. Les premiers jours, Natalia a beaucoup été gâtée. “Nous l’avons couverte de cadeaux, lui avons donné des glaces et l’avons même emmenée à Disney World. Quand nous sommes allés à la plage ensemble pour la première fois, quelque chose d’étrange s’est produit. Les garçons ont foncé dans l’eau et Natalia a voulu les suivre et que nous l’accompagnions car elle ne savait pas nager. Nous lui avons demandé d’attendre quelques minutes. Soudain, elle s’est levée et est partie se baigner seule sans problème. On ne pouvait pas en croire nos yeux.” Plus déroutant encore : “Quand je l’ai lavée, j’ai remarqué qu’elle avait des poils pubiens. À six ans ? Impossible.” Ce n’était que le début du cauchemar.

Le couple Barnett doit comparaître ce vendredi devant le tribunal de Tippecanoe dans l’Indiana.

Natalia avec ses parents adoptifs. © Facebook

Kristine en Michael Barnett. © Tippecanoe County Jail

Lire aussi : Le FBI découvre des expériences horribles dignes de Frankenstein dans un centre de don de corps en Arizona

Source : 7sur7.be

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *