Île de Pâques : des chercheurs reconstituent ce qui s’est passé après le contact avec l’Europe


Située juste au large des côtes chiliennes, l’île de Pâques recèle des secrets qui continuent de mystifier les archéologues jusqu’à aujourd’hui. Qui étaient ses habitants et pourquoi ont-ils construit les énigmatiques statues à tête géante connues sous le nom de moaï ? Mais surtout, qu’est-il arrivé à la société antique ?

histoire-moaï-statues

De nouvelles recherches menées par une équipe internationale de scientifiques tentent aujourd’hui de répondre à ces questions, en proposant que les habitants de l’île de Pâques étaient extrêmement résistants face à une grande tragédie.

Le peuple Rapa Nui est connu pour son architecture élaborée, en particulier les près de 1 000 statues moaï et les centaines de grandes plateformes qui les soutiennent. Il existe un certain nombre de théories sur les raisons de la construction de ces statues géantes en pierre. La communauté scientifique est largement d’accord sur le fait que les statues ont été construites pour servir de point de convergence pour les activités sociales et rituelles, peut-être pour encourager des conditions de sol fertiles ou pour indiquer des sources d’eau douce. Les théories précédentes pensaient que la construction des statues avait cessé dans les années 1600 à la suite d’un effondrement majeur de la société suite à une catastrophe écologique ou culturelle – une hypothèse que les scientifiques remettent maintenant en question.

Pour déterminer quand et à quelle vitesse les habitants de Rapa Nui ont cessé de construire des monuments, les chercheurs ont examiné les dates radiocarbones des plateformes, la stratigraphie architecturale et les récits ethnohistoriques de l’île.

“Les archéologues attribuent des âges aux documents archéologiques en obtenant ce que l’on appelle des dates au radiocarbone”, a déclaré Carl Lipo, anthropologue à l’université de Binghamton, dans un communiqué. “Ces dates représentent le temps écoulé depuis la mort de certains organismes (un buisson, un arbre, etc.). Rassembler des groupes de ces dates pour étudier des modèles nécessite des analyses statistiques sophistiquées dont les archéologues ne disposent que depuis peu. Dans cet article, nous utilisons ces outils pour fournir le tout premier regard sur l’histoire de la construction des plates-formes sur l’île de Pâques.”

histoire-moaï-peuple

L’apparition de maladies, les meurtres et les raids d’esclaves font partie des nombreux “événements tragiques” qui ont été enregistrés dans les années qui ont suivi le contact avec l’Europe.

La construction des statues a commencé après la colonisation initiale de l’île, probablement par des voyageurs polynésiens, entre le début du 14ème et le milieu du 15ème siècle et a augmenté rapidement par la suite, se poursuivant au-delà des contacts avec les Européens en 1722.

“Ce que nous avons découvert, c’est qu’une fois que les gens ont commencé à construire des monuments peu après leur arrivée sur l’île, ils ont poursuivi cette construction bien après l’arrivée des Européens”, a déclaré Lipo. “Cela n’aurait pas été le cas s’il y avait eu un certain ‘effondrement’ avant le contact – en effet, nous aurions dû voir toutes les constructions s’arrêter bien avant 1722. L’absence d’un tel modèle soutient nos affirmations et falsifie directement ceux qui continuent à soutenir le récit de l”effondrement’.”

Les épidémies, les meurtres et les raids d’esclaves font partie des nombreux “événements tragiques” qui ont été enregistrés dans les années ayant suivi le contact avec l’Europe. Bien que tous ces événements aient eu des effets dévastateurs, les habitants de l’île de Pâques ont continué à suivre leurs pratiques traditionnelles face à des “obstacles énormes”, transmettant leur langue, leurs arts et leurs pratiques culturelles à travers les générations.

“Je pense que ce degré de résilience a été négligé en raison du récit de l”effondrement’ et mérite d’être reconnu”, a déclaré M. Lipa, ajoutant que les résultats remettent en question les recherches qui utilisent l’île comme exemple de déclin de la société. Elle devrait plutôt être célébrée comme un exemple de communautés résilientes, même après avoir subi l’impact de personnes extérieures. Les auteurs ajoutent qu’ils espèrent étendre cette approche à d’autres études portant sur les théories de l’effondrement de la société dans le monde entier.

Lire aussi : Une nouvelle théorie pour expliquer la construction des mystérieuses statues de l’île de Pâques

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *