Voici comment les anciens constructeurs de pyramides ont orienté les pyramides à l’aide des étoiles


Voici comment les anciens constructeurs de pyramides ont pu utiliser les étoiles du ciel nocturne pour aligner précisément les pyramides.

Comme toute technologie, qu’elle soit ancienne ou nouvelle, lorsqu’il s’agit de construire les pyramides, nous examinons les outils, les techniques et les opérations.

Bien qu’il n’y ait pas un seul texte ancien qui détaille comment les anciens Égyptiens construisaient les pyramides, les égyptologues sont convaincus avoir compris comment cela a été réalisé, il y a des milliers d’années en utilisant des outils assez simples.

La première pyramide en Égypte aurait été la pyramide à degrés de Djéser construite à la nécropole royale de Saqqarah. Projetée, conçue et finalement achevée par l’architecte royal de Djéser, Imhotep, la pyramide à degrés est apparue brusquement et tout à coup dans l’histoire de l’Égypte ancienne.

Elle a également marqué un changement dans l’architecture égyptienne ancienne, en introduisant des formes différentes ainsi que des matériaux beaucoup plus lourds dans la construction des monuments.

Là-bas, la pyramide à degrés de Djéser est considérée comme la première construction colossale en pierre d’Égypte et l’une des premières constructions à grande échelle en pierre de taille, bien que les pyramides de Caral en Amérique du Sud soient contemporaines.

La pyramide de Djéser, bien que surprenante, n’a pas duré longtemps dans l’Égypte ancienne en termes de structures similaires en construction. En fait, ce n’est qu’à Snéfrou que l’Égypte a reçu une autre pyramide digne d’éloges.

La pyramide rhomboïdale commandée par le pharaon Snéfrou.

Bien que Snéfrou aurait construit trois pyramides, une à Meïdoum et deux à Dahchour, la pyramide rhomboïdale et rouge à Dahchour a marqué une autre étape révolutionnaire dans la construction de pyramides en Égypte.

La pyramide rouge est largement reconnue comme la première pyramide à flancs lisses à succès de l’histoire égyptienne antique, et la structure qui a jeté les bases de la construction de la pyramide la plus grande et la plus impressionnante d’Égypte, la grande pyramide de Gizeh qui aurait été construite par le fils de Snéfrou et héritier de Khéops au trône.

On pense que Khéops a commandé sa pyramide peu de temps après avoir pris le trône, et il a donné le projet à son vizir royal et architecte Hémiounou, l’homme qui est censé avoir supervisé l’ensemble du processus de construction.

La grande pyramide de Gizeh a marqué le sommet de l’ancienne construction pyramidale en Égypte. C’était la pyramide la plus sophistiquée, la plus précise et la mieux alignée que l’Égypte ait jamais vue.

La pyramide était si massive qu’elle est restée la plus haute structure construite par l’homme à la surface de la planète pendant plus de 3 800 ans.

Aucune des pyramides qui suivirent la grande pyramide ne fut construite si haute et si massive. La grande pyramide de Khéops aurait été construite avec plus de 2,3 millions de blocs de pierre, pour un poids total d’environ 6,5 millions de tonnes.

La seule pyramide qui lui ressemble, du moins à certains égards, est la pyramide de Khéphren, qui aurait été construite par le successeur du roi Khéphren.

Les Merveilles de la Grande Pyramide

De toutes les pyramides égyptiennes anciennes, la grande pyramide est la plus merveilleuse. Non seulement en raison de son incroyable hauteur, de sa surface totale ou de sa précision, mais aussi en raison des innombrables mystères qui entourent sa construction et sa conception.

La façon dont les anciens Égyptiens foraient et taillaient la pierre aussi dure que le granit et le basalte demeure l’une des plus grandes questions archéologiques auxquelles les égyptologues sont confrontés lorsqu’ils regardent les matériaux dont la pyramide est construite.

Bien que nous ne sachions toujours pas de quel type d’outil il s’agissait, des trous de forage dans le granit montrant des stries inhabituelles existent dans de nombreux monuments des 4e et 5e dynasties. Cela signifie que tout ce qui a été utilisé pour couper le matériau, devait être aussi dur que le plus dur du granit du minéral est fait de quartz.

Des exemples d’un outil mystérieux, bien que remontant à l’Ancien Empire, laissent perplexes les égyptologues depuis un certain temps. En forme de champignon, la tige est percée d’un ou deux trous et trois rainures parallèles sont pratiquées dans la partie supérieure de l’outil.

Le mystérieux outil égyptien mystérieux en forme de champignon. Source de l’image : The Pyramids, Mark Lehner, p211.

Bien que sa fonction exacte reste incertaine, les égyptologues soutiennent qu’il a pu être utilisé comme pierre d’appui ou comme une sorte de proto-poulie dont la tige est insérée dans un poteau ou un échafaudage dont les rainures ont pu servir de guide à la corde.

L’outil, cependant, n’est pas équipé d’une roue à jante comme celle d’une vraie poulie. Néanmoins, la direction de la traction était très probablement contrôlée en faisant passer les cordes dans les rainures.

Alignement des pyramides

Les anciennes pyramides égyptiennes – en particulier la grande pyramide de Gizeh – étaient étroitement alignées. La façon dont ils l’ont réalisé avec une précision aussi incroyable reste une énigme, mais les experts soutiennent qu’ils ont pu aligner les monuments anciens en regardant les étoiles.

Cette orientation pyramidale est particulièrement présente dans l’Ancien Empire où les constructeurs ont atteint une précision inégalée dans l’alignement des structures.

La plus grande déviation de l’un des quatre côtés de la grande pyramide de Gizeh est inférieure à 3 ’26’ ’d’arc, moins de 1/15 de 1 degré.

I.E.S. Edwards, un éminent spécialiste des pyramides, a fait valoir que cette précision inégalée a pu être obtenue par des observations complexes du ciel nocturne avec des instruments anciens.

La théorie proposée par Edwards impliqué dans la construction d’une sorte d’observatoire astronomique ; un mur circulaire de quelques mètres de diamètre, juste assez haut pour exclure tout le ciel sauf la nuit de la vue de l’observateur à l’intérieur.

Le mur aurait agi comme un horizon artificiel, mais il a dû être construit complètement horizontal.

Edwards a fait valoir que cela aurait pu être réalisé en utilisant l’eau à l’intérieur de bancs de boue – des canaux artificiels. L’observateur au centre du cercle tourné vers le nord sélectionnerait une étoile dans le ciel nocturne et marquerait ensuite ses points de montée et de dépose au sommet du mur.

Ces points marqués par l’observateur seraient ensuite prolongés jusqu’au pied du mur et réunis au centre du cercle. Le nord serait la bissection de l’angle des lignes au centre.

Cependant, les anciens Égyptiens ont peut-être aussi aligné les pyramides en utilisant une autre technique : le Soleil.

Le Soleil se couche dans des angles égaux mais opposés au nord vrai. Grâce à cette méthode, les anciens constructeurs auraient pu également aligner avec précision leurs structures. À l’aide d’un poteau ou d’un gnomon, les constructeurs l’installaient à l’aide d’un fil à plomb afin de le rendre aussi vertical que possible.

Son ombre est mesurée environ 3 heures avant midi. Une fois mesurée, cette ligne devient le rayon d’un cercle.

Éventuellement, et au lever du Soleil, l’ombre se retire de la ligne et s’allonge dans l’après-midi.

Lorsqu’elle atteint à nouveau le cercle, elle forme un angle avec la ligne du matin.

La bissection de cet angle est vraie au nord et peut avoir été une méthode simple par laquelle les anciens constructeurs ont obtenu un alignement presque impeccable.

La méthode du Soleil n’était probablement pas aussi précise que la méthode fondée sur les observations du ciel nocturne et on considère qu’elle a été moins uniforme tout au long de l’année, étant plus précise pendant les solstices.

Lire aussi : Les archéologues nous éclairent sur la mystérieuse société néolithique derrière l’essor de l’Égypte ancienne

Source : Curiosmos – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *