Si vous voulez rester en sécurité sur le Web en 2019, appliquez ces 6 changements simples dès maintenant

Les atteintes à la protection des données, les attaques généralisées de logiciels malveillants et la publicité personnalisée ont été les points faibles de la vie numérique en 2018.

Au fur et à mesure que les technologies évoluent, les experts en sécurité donnent des conseils sur la meilleure façon de rester en sécurité. À l’aube de 2019, j’ai dressé une courte liste de suggestions pour protéger votre vie numérique et la préserver de toute désinformation manipulatrice.

1. Fixez vos limites et respectez-les

Dans le cadre de mes recherches, j’ai récemment discuté avec un certain nombre de travailleuses du sexe en Europe au sujet de leur sécurité numérique et de leur vie privée. Elles m’ont toujours dit : “La meilleure façon de rester en sécurité, c’est de fixer des limites.”

Décidez – par vous-même et à l’avance – quelles données vous êtes prêt à partager avec les applications et les services en ligne, et respectez ces limites.

De cette façon, lorsque la dernière nouvelle application vous demandera une permission qui va au-delà de ce que vous êtes prêt à partager, vous serez mieux préparer pour une réponse. Fixez également des limites aux discussions en ligne auxquelles vous êtes prêt à participer ; abandonnez lorsqu’une discussion vous fait plus mal que de vous aider.

Il est même utile de fixer des limites au temps que vous êtes prêt à consacrer à la sécurité numérique – ce qui pourrait être une tâche sans fin.

2. Faites éclater votre bulle de filtre

Les gens qui obtiennent leurs informations principalement – ou exclusivement – des médias sociaux se soumettent aux caprices des algorithmes qui décident de ce qu’ils veulent afficher à chaque utilisateur.

En raison du fonctionnement de ces algorithmes, ces personnes sont susceptibles de ne voir que des articles provenant de sources d’information qu’elles aiment déjà et avec lesquelles elles ont tendance à être d’accord. Cet isolement par rapport aux personnes ayant d’autres points de vue et aux preuves qui pourraient remettre en question des points de vue particuliers, contribue à des niveaux sans précédent de partisanerie et de désaccord dans la société moderne.

Des outils en ligne gratuits comme AllSides et Purple Feed sont des endroits qui affichent des rapports et des publications sur les réseaux sociaux sous des perspectives politiques différentes, et identifient des informations généralement reconnues par tous.

3. Gérer vos mots de passe

La plus grande menace à la sécurité des mots de passe n’est plus la force de vos mots de passe, mais le fait que de nombreuses personnes réutilisent les mêmes mots de passe pour tous leurs comptes ou pour plusieurs d’entre eux. Les chercheurs sont occupés à concevoir des notifications pour vous avertir lorsqu’un de ces mots de passe réutilisés a été divulgué au monde, mais il est plus sûr d’utiliser des mots de passe différents, surtout pour vos comptes les plus précieux.

Vous pouvez utiliser un logiciel de gestion des mots de passe. Vous pouvez aussi utiliser la méthode originale, à faible technicité, en écrivant vos mots de passe sur papier.

Croyez-le ou non, il est beaucoup plus sûr de les écrire que de réutiliser le même mot de passe partout. Bien sûr, cela n’est vrai que si vous êtes sûr que les personnes avec qui vous vivez ou les visiteurs fréquents de votre maison n’essaieront pas d’accéder à vos comptes.

4. Activer l’authentification multiple

L’ajout d’une étape supplémentaire pour vous connecter à vos plus importants médias sociaux, emails et comptes financiers peut ajouter beaucoup de protection. Les systèmes d’authentification multi-facteurs sont surtout connus pour vous envoyer par SMS un code à six chiffres à saisir dans le cadre de votre processus de connexion.

Bien qu’une authentification multifactorielle soit préférable à l’absence d’authentification, les messages texte peuvent être interceptés ou espionnés assez facilement. Un moyen encore plus sûr est d’utiliser une application spéciale générant un code sur votre téléphone.

Les personnes qui changent souvent de téléphone ou de carte SIM, ou qui veulent une protection supplémentaire, pourraient envisager d’utiliser une clé physique qui se branche à votre ordinateur pour autoriser une connexion. Elles peuvent prendre un peu plus de temps à mettre en place au début, mais elles travaillent alors beaucoup plus vite que la plupart des autres méthodes.

5. Supprimer les applications que vous n’utilisez pas

Les applications smartphone suivent de très près l’endroit où vous vous trouvez et partagent vos données de localisation avec les sociétés de publicité et de marketing.

Le simple fait d’avoir un téléphone dans sa poche peut donner aux entreprises de localisation des indices sur l’endroit où vous allez et la durée de votre séjour, et les détails techniques sur votre téléphone peuvent donner des indices sur votre identité.

Si vous n’utilisez plus d’application, désinstallez-la de votre téléphone. Si vous en avez à nouveau besoin, vous pouvez toujours la réinstaller rapidement – mais en attendant, elle ne vous suivra pas partout dans le monde et sur le Web.

6. Tenez à jour les applications que vous utilisez

Les éditeurs de logiciels ne connaissent pas toujours toutes les vulnérabilités de leurs programmes – et lorsqu’ils publient des mises à jour, les utilisateurs ne savent pas toujours s’ils réparent un problème majeur ou quelque chose de mineur. Le meilleur conseil des experts est de garder votre logiciel à jour sur vos ordinateurs et vos appareils mobiles.

Après avoir passé 2018 à vous inquiéter de la façon dont les pirates informatiques, les dirigeants d’entreprise et les programmeurs pressés pourraient essayer d’exploiter vos données et vos vulnérabilités cognitives et numériques, choisissez d’être plus en sécurité en 2019.

Elissa Redmiles, étudiante au doctorat en informatique, Université du Maryland.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.

Lire aussi : Le nouvel Internet de l’inventeur du World Wide Web permettrait de reprendre le pouvoir sur nos données

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *