Le pôle Nord magnétique de la Terre se déplace rapidement – Que va-t-il arriver aux aurores boréales ?

Comme la plupart des planètes de notre système solaire, la Terre possède son propre champ magnétique.

pôle-nord-magnétique-aurores

Grâce à son noyau de fer en grande partie fondu, notre planète est en fait un peu comme un aimant. Elle possède un pôle magnétique nord et sud, séparé des pôles géographiques, avec un champ reliant les deux. Ce champ protège notre planète des radiations et est responsable de la création des aurores boréales et méridionales – des événements spectaculaires qui ne sont visibles que près des pôles magnétiques.

Cependant, avec des rapports indiquant que le pôle nord magnétique a commencé à se déplacer rapidement à une vitesse de 50 km par an – et pourrait bientôt se trouver au-dessus de la Sibérie – nous ignorons depuis longtemps si les aurores boréales se déplaceront également. Une nouvelle étude, publiée dans Geophysical Research Letters, a maintenant apporté une réponse.

Notre champ magnétique planétaire présente de nombreux avantages. Depuis plus de 2 000 ans, les voyageurs peuvent l’utiliser pour naviguer à travers le monde. Certains animaux semblent même trouver leur chemin grâce au champ magnétique. Mais, plus important encore, notre champ géomagnétique aide à protéger toute vie sur Terre.

Le champ magnétique terrestre s’étend sur des centaines de milliers de kilomètres à partir du centre de notre planète, s’étendant jusqu’à l’espace interplanétaire, formant ce que les scientifiques appellent une “magnétosphère”. Cette magnétosphère aide à dévier le rayonnement solaire et les rayons cosmiques, empêchant ainsi la destruction de notre atmosphère. Cette bulle magnétique protectrice n’est cependant pas parfaite et une partie de la matière solaire et de l’énergie peuvent être transférées dans notre magnétosphère. Puisqu’elle est ensuite canalisée dans les pôles par le champ, il en résulte les affichages spectaculaires des aurores boréales.

Un pôle errant

Comme le champ magnétique de la Terre est créé par son noyau de fer en fusion en mouvement, ses pôles ne sont pas stationnaires et se déplacent indépendamment les uns des autres. En fait, depuis sa première découverte officielle en 1831, le pôle magnétique nord a parcouru plus de 2 000 km depuis la péninsule de Boothia, à l’extrême nord du Canada, jusqu’à la mer Arctique. Cette errance a été généralement assez lente, environ 9 km par an, ce qui permet aux scientifiques de suivre facilement sa position. Mais depuis le début du siècle, cette vitesse est passée à 50 km par an. Le pôle magnétique sud se déplace également, mais à un rythme beaucoup plus lent (10-15 km par an).

Cette errance rapide du pôle nord magnétique a causé des problèmes tant aux scientifiques qu’aux navigateurs. Les modèles informatiques de l’emplacement futur du pôle magnétique nord sont devenus sérieusement désuets, ce qui rend difficile la navigation précise à l’aide d’un compas. Bien que le GPS fonctionne, il peut parfois être peu fiable dans les régions polaires. En fait, le pôle se déplace si rapidement que les scientifiques responsables de la cartographie du champ magnétique terrestre ont récemment été forcés de mettre à jour leur modèle beaucoup plus tôt que prévu.

Les aurores bougeront-elles ?

Les aurores forment généralement un ovale autour des pôles magnétiques, et donc si ces pôles bougent, il va de soi que les aurores pourraient aussi. Avec des prédictions suggérant que le pôle nord se rapprochera bientôt du nord de la Sibérie, quel effet cela pourrait-il avoir sur les aurores ?

Les aurores boréales sont actuellement surtout visibles du nord de l’Europe, du Canada et du nord des États-Unis. Si, cependant, elles se déplaçaient vers le nord, à travers le pôle géographique, en suivant le pôle magnétique nord, alors cela pourrait bien changer. Au lieu de cela, les aurores boréales deviendraient plus visibles depuis la Sibérie et le nord de la Russie et moins visibles depuis la frontière canado-américaine, beaucoup plus densément peuplée.

Heureusement, pour les chasseurs d’aurores boréales de l’hémisphère nord, il semble que ce ne soit peut-être pas le cas. Une étude récente a permis de modéliser par ordinateur les aurores et les pôles magnétiques de la Terre à partir de données datant de 1965. Elle a montré qu’au lieu de suivre les pôles magnétiques, les aurores suivent plutôt les pôles géomagnétiques. Il n’y a qu’une petite différence entre ces deux types de poteaux, mais elle est importante.

Pôles magnétiques et géomagnétiques

Pôles magnétiques et géomagnétiques. Wikipedia, CC BY-SA

Les pôles magnétiques sont les points de la surface de la Terre où une aiguille de compas pointe vers le bas ou vers le haut, verticalement. Ils ne sont pas nécessairement reliés et tracer une ligne entre ces points, à travers la Terre, ne traverserait pas nécessairement son centre. Par conséquent, pour créer de meilleurs modèles au fil du temps, les scientifiques supposent que la Terre est comme un aimant en son centre, créant des pôles qui sont exactement opposés les uns aux autres – antipodaux. Cela signifie que si nous traçons une ligne entre ces points, la ligne traverserait directement le centre de la Terre. Aux points où cette ligne traverse la surface de la Terre, nous avons les pôles géomagnétiques.

Positions du pôle magnétique

Positions du pôle magnétique nord (rouge) et du pôle géomagnétique (bleu) entre 1900 et 2020. British Geological Survey, CC BY-SA

Les pôles géomagnétiques sont une sorte de version fiable et moyennée des pôles magnétiques, qui se déplacent de façon erratique tout le temps. À cause de cela, il s’avère qu’ils ne se déplacent pas aussi vite que le pôle nord magnétique. Et comme les aurores semble suivre la version plus moyenne du champ magnétique, cela signifie que les aurores boréales ne se déplacent pas si vite non plus. Il semble que les aurores restent là où elles sont, du moins pour l’instant.

Nous savons déjà que le pôle magnétique se déplace. Les deux pôles ont erré depuis que la Terre existe. En fait, les pôles s’inversent même, le nord devenant le sud et le sud le nord. Ces inversions magnétiques se sont produites tout au long de l’histoire, environ tous les 450 000 ans en moyenne. La dernière inversion s’est produite il y a 780.000 ans, ce qui signifie que nous pourrions bientôt avoir à faire face à une inversion des pôles.

Soyez donc assuré qu’un pôle en déplacement, même rapide, ne devrait pas causer trop de problèmes – sauf aux scientifiques qui ont pour tâche de le modéliser.

Lire aussi : L’anomalie magnétique géante de Koursk et ses étranges propriétés – Le troisième pôle magnétique de la Terre

Source : The Conversation – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *