Les terres agricoles contaminées de Fukushima deviendront un centre d’énergie verte


Fukushima, le site de l’une des pires catastrophes nucléaires au monde, est à la recherche d’une nouvelle image propre et écologique.

Un projet de 2,75 milliards de dollars a été lancé pour transformer la préfecture de Fukushima, dans le nord-est du Japon, en un centre d’énergie renouvelable, rapporte le journal japonais Nikkei Asian Review.

Il est prévu de construire 11 centrales solaires et 10 éoliennes sur des zones montagneuses et des terres agricoles qui ne peuvent être cultivées en raison des radiations dues à la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi en 2011. Lorsqu’il sera opérationnel, le projet espère produire l’équivalent des deux tiers de l’énergie d’une centrale nucléaire.

L’idée de réinventer Fukushima en tant que pays des merveilles de l’énergie renouvelable fait l’objet de discussions depuis plusieurs années, mais l’investissement a subi des revers. Aujourd’hui, avec l’appui financier de la Banque de développement du Japon, propriété de l’État, et de la Mizuho Bank, la construction pourrait être achevée dès 2024.

Les combustibles fossiles, à savoir le pétrole, restent la principale source d’énergie primaire au Japon, représentant la majeure partie de sa consommation totale d’énergie, selon les statistiques de 2015. Alors que son secteur des énergies renouvelables est en hausse, il représente environ 10 % de sa consommation totale d’énergie, soit nettement moins que la plupart des pays “économiquement avancés”.

Dommages causés par le tsunami de Fukushima vu le 30/04/2011.

“Avant la catastrophe, un tiers de l’électricité de la zone métropolitaine était fourni par Fukushima et le réseau de transport d’électricité avait été mis en place”, a déclaré le gouvernement de la préfecture de Fukushima dans un communiqué l’année dernière.

“Fukushima est la troisième plus grande préfecture du Japon et dispose de diverses ressources (énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique, forestière, etc) et d’un grand potentiel d’introduction des énergies renouvelables.”

Pendant ce temps, la catastrophe nucléaire de Fukushima continue de hanter l’environnement du Japon. Le 11 mars 2011, un tsunami de 15 mètres a frappé la côte est du Japon. Des inondations ont frappé la centrale électrique de Fukushima Daiichi, provoquant finalement l’effondrement catastrophique de trois réacteurs, ce qui est devenu la catastrophe nucléaire la plus grave depuis l’accident de Tchernobyl en 1986.

La décontamination de l’usine, de ses réservoirs d’eau irradiée et de la zone voisine est en cours. Bien que le processus ait fait de grands progrès, on s’attend à ce que la décontamination dure plusieurs décennies. L’un des plus grands défis consiste à gérer les 1,15 million de tonnes d’eau radioactive stockées à l’installation, qui s’accumule à un rythme d’environ 150 tonnes par jour. Il y a actuellement quelques options sur la table : l’évaporation de l’eau, son injection en profondeur sous terre, la construction de réservoirs de stockage à plus long terme ou le pompage graduel de l’eau traitée dans l’océan Pacifique.

Si la décision de la préfecture de Fukushima de s’orienter vers les énergies renouvelables est sans aucun doute une avancée positive pour la planète, les dommages environnementaux de la catastrophe nucléaire sont loin d’être réparés.

Lire aussi : Découverte d’un réservoir souterrain de gaz au large des côtes du Japon

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *