Découverte d’un réservoir souterrain de gaz au large des côtes du Japon


Juste au large des côtes d’Okinawa, dans le sud-ouest du Japon, un grand réservoir renferme d’énormes quantités d’un gaz inconnu dans une région où la croûte terrestre est en train de s’effriter.

réservoir-gaz-découverte-Japon

De nouvelles recherches publiées dans Geophysical Research Letters suggèrent que le réservoir pourrait contenir soit une ressource énergétique inexploitée, soit une menace de gaz à effet de serre.

Le méthane et le dioxyde de carbone peuvent être piégés dans des poches sous-marines lors d’un processus appelé rift, au cours duquel la croûte se désagrège sous l’effet de l’activité thermique lorsque le magma chaud s’infiltre des zones voisines. Lorsque les deux gaz s’échappent du magma ou sont produits par des interactions entre des organismes microbiens et des sédiments riches en matières organiques qui rencontrent l’eau, ils peuvent être piégés par des sédiments imperméables comme l’argile. Une analyse des données suggère que le réservoir pourrait être recouvert d’hydrate de méthane ou de glace contenant du méthane.

Si le réservoir est rempli de méthane, les chercheurs écrivent qu’il pourrait servir de potentiel énergétique. Le Japon est devenu le premier pays à extraire le méthane des gisements d’hydrates de méthane en mer en 2013 et le département de l’Énergie des États-Unis a depuis fait des efforts scientifiques entourant les hydrates de gaz une priorité pour les ressources récupérables potentielles. Par ailleurs, si le réservoir contient du dioxyde de carbone (ou même du méthane), il peut constituer une menace de gaz à effet de serre. Le carbone atmosphérique est une cause contribuant au changement climatique mondial et, selon une analyse récemment publiée par la NOAA, les niveaux de carbone sont plus élevés qu’à tout autre moment depuis au moins 800 000 ans.

“Alors que de nombreuses personnes se concentrent sur les gaz à effet de serre produits par l’homme, il existe aussi une grande variété de sources naturelles”, a déclaré Takeshi Tsuji, auteur de l’étude, de l’Université Kyushu, dans une déclaration. “Les réservoirs de gaz à grande échelle le long d’un axe de distension peuvent représenter une autre source de gaz à effet de serre qu’il nous faut surveiller. Ou, ils pourraient s’avérer être une ressource naturelle importante.”

Le réservoir est visible sur cette carte sismique bidimensionnelle des vitesses, qui s’étend sur une profondeur d’environ 3,5 kilomètres en dessous du niveau de la mer et une distance d’environ 6,5 kilomètres, comme une zone bleu foncé de faible vitesse dans les zones vertes de plus grande vitesse. Université Takeshi Tsuji / Kyushu

Pour trouver le réservoir, les chercheurs ont déployé un dispositif acoustique remorqué par un bateau pour voir comment les structures géologiques reflètent les ondes de pression sismique. À partir de ces données, ils ont pu créer une carte bidimensionnelle à haute résolution qui montre où les ondes de pression traversent le sol. Les chercheurs peuvent estimer leur vitesse lorsqu’elles se déplacent dans le sol, ce qui leur permet de déterminer l’emplacement et la saturation des réservoirs de gaz souterrains.

“Des zones comme celle que nous étudions ne sont pas rares le long des rifts, alors je m’attends à ce que des réservoirs similaires existent ailleurs dans la fosse d’Okinawa ainsi que dans d’autres bassins continentaux d’arrière-plan recouverts de sédiments dans le monde”, explique Tsuji, ajoutant que des réservoirs non découverts pourraient se trouver profondément sous la surface des océans dans le monde entier.

Lire aussi : Des scientifiques découvrent un vaste réservoir d’eau douce caché sous l’océan

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *