Voici quelques-unes des choses étranges que les animaux font pendant les éclipses


Pour la plupart des animaux, la structure de leur journée – et même de leur année – dépend du cycle lumière-obscurité.

Ces cycles réguliers et rythmés dans la longueur des jours indiquent aux animaux quand ils doivent s’alimenter, quand ils doivent dormir, quand il est temps de migrer et quand il est temps de se reproduire. Les animaux peuvent dire tout cela d’après le nombre d’heures de lumière du jour qu’ils vivent, mais les cycles de la Lune influencent aussi fortement leur comportement.

Le cycle synodique lunaire – le trajet régulier de la pleine Lune à la pleine Lune pendant 28 nuits – provoque des changements dans le champ magnétique terrestre, l’attraction gravitationnelle de la Lune sur la Terre et les niveaux de lumière la nuit. De nombreuses espèces peuvent le détecter et l’utiliser pour synchroniser leur reproduction. Des dizaines de millions d’œufs sont libérés simultanément sur les récifs lors de la ponte en masse des coraux, ce qui coïncide avec la pleine ou la nouvelle Lune. Mais qu’arrive-t-il aux animaux lorsque la Lune ou le Soleil fait quelque chose d’inhabituel ou d’inattendu, comme une éclipse ?

Éclipses solaires

De tous les événements cosmiques, les éclipses solaires provoquent peut-être le plus grand changement dans le comportement animal. Les animaux intrigués qui sont actifs le jour retournent à leur demeure nocturne, tandis que les animaux nocturnes pensent qu’ils se sont réveillés trop tard. Une éclipse solaire se produit lorsque le Soleil, la Lune et la Terre sont alignés sur le même axe de sorte que la Lune bloque complètement le Soleil. Partout dans le monde, des cas inhabituels de comportement sont habituellement signalés pendant que tout le monde regarde l’éclipse.

Certaines espèces d’araignées commencent à briser leurs toiles pendant une éclipse, comme elles le font habituellement à la fin de la journée. Une fois l’éclipse passée, elles recommencent à les reconstruire, peut-être en se lamentant sur le manque de repos entre les deux. De même, les poissons et les oiseaux qui sont actifs pendant la journée se dirigent vers leur lieu de repos nocturne, tandis que les chauves-souris nocturnes apparaissent, apparemment piégées par l’obscurité soudaine.

Des hippopotames du Zimbabwe ont été observés quittant leurs rivières pendant une éclipse, se dirigeant vers leurs aires d’alimentation nocturnes sur la terre ferme. Au milieu de leur départ, l’éclipse est passée, la lumière du jour est revenue et les hippopotames ont interrompu leurs efforts. Les animaux semblaient agités et stressés après l’éclipse pour le reste de la journée.

La Lune

Une éclipse lunaire se produit lorsque la Lune, la Terre et le Soleil sont très étroitement alignés, la Terre étant positionnée entre les deux. Comme la Lune passe directement derrière nous, la Terre empêche la lumière du Soleil d’atteindre directement la Lune, provoquant l’apparition d’une lueur rougeâtre. Ces soi-disant “lunes de sang” ne peuvent se produire qu’en période de pleine Lune, il est donc difficile de distinguer les impacts des éclipses lunaires sur les animaux par rapport à une pleine Lune normale.

Une étude réalisée en 2010 a découvert que les singes hiboux d’Azara – une espèce typiquement nocturne – ont cessé de s’alimenter en Argentine lors d’une éclipse lunaire alors que leur monde devenait soudainement plus sombre. Il se peut qu’ils aient eu de la difficulté à voir leur nourriture ou qu’ils se soient sentis trop perturbés pour se déplacer en toute sécurité dans les arbres.

Environ trois fois par an, une “super lune” se produit, c’est-à-dire lorsqu’une pleine Lune coïncide avec le périgée – le point où la Lune est la plus proche de la Terre. La distance de la Lune à la Terre varie tout au long du mois, car l’orbite de la Lune n’est pas un cercle parfait. Au cours d’un périgée, la Lune est environ 46 000 km plus près de la Terre que pendant l’apogée – lorsque la Lune est la plus éloignée de la Terre.

Pendant une super lune, la luminosité nocturne est environ 30 % plus élevée qu’à n’importe quel moment du cycle mensuel de la Lune, et elle semble beaucoup plus importante dans le ciel. Notre étude récente a révélé que les bernaches balanes sauvages ont réagi à ces phénomènes de super lune pendant l’hiver dans le sud-ouest de l’Écosse. Nous avons équipé les animaux de petits appareils qui mesurent leur comportement et nous avons constaté que le rythme cardiaque et la température corporelle des oies augmentaient la nuit pendant les super lunes, alors qu’à cette heure de la journée, elles étaient généralement soumises à la morosité.

Les oiseaux n’ont pas réagi aux événements de la “super lune” lorsque la Lune était cachée par de gros nuages et que la nuit restait assez sombre. Il semble donc que, un peu comme chez les humains, la lumière vive d’une super lune a réveillé les oies, provoquant une augmentation de leur fréquence cardiaque et de leur température corporelle, peut-être en prévision de la journée.

Le cycle lunaire et nous

Pendant des siècles, les gens ont été fascinés par la relation entre le comportement humain et le cycle lunaire. Beaucoup de folklores et de fables étaient liés à nos interactions avec la Lune, l’exemple le plus extrême étant peut-être celui de bêtes mythiques comme les loups-garous. Il n’est donc pas trop surprenant qu’auparavant le terme “lunatique” – du latin “lunaticus”, signifiant “de la lune” – ait été utilisé pour décrire des personnes considérées comme mentalement malades, folles ou imprévisibles, jusqu’en 1930, année où des termes plus appropriés et sensibles furent introduits.

On croyait autrefois que le cycle lunaire influençait une série de changements étranges dans la physiologie d’une personne et dans le comportement de la société en général, et que tout était influencé, du taux de natalité à la fertilité, en passant par l’épilepsie et l’argumentativité générale. Beaucoup croient encore que l’incidence des crimes violents et du désordre général augmente à l’approche de la pleine Lune.

Une série d’études publiées à la fin des années 1980 n’ont trouvé aucune preuve d’un lien quelconque entre le cycle lunaire et le comportement humain. L’influence de la Lune sur nous reste peut-être légendaire, mais la confusion qu’elle sème chez les animaux sauvages est bien réelle.

Lire aussi : Les chiens reflètent les niveaux de stress de leurs maîtres

Source : The Conversation – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *