Comment faire changer d’avis un anti-vaccins

Enfin, un moyen de lutter contre le mouvement anti-vaccination.

  • Parler à des gens qui ont connu des maladies évitables par la vaccination change les esprits.
  • 70 % des étudiants de la Brigham Young University ont modifié leur position sur la résistance aux vaccins.
  • Cette recherche arrive au cours d’une année où 880 cas de rougeole ont été identifiés en Amérique.

Il n’y a pas de meilleur professeur que l’expérience – ou l’expérience des autres, en fin de compte. L’éducation de la population anti-vaccins s’est avérée difficile, mais une nouvelle intervention menée par des chercheurs de l’Université Brigham Young semble fonctionner : présenter les anti-vaccins aux personnes qui ont souffert de maladies évitables par la vaccination.

L’étude, publiée dans la revue Vaccines, a été menée auprès d’étudiants de Provo, en Utah, une ville qui compte le sixième plus grand nombre de maternelles sous-vaccinées. Sur les 574 étudiants volontaires, 491 étaient pro-vaccin et 83 étaient résistants au vaccin.

La moitié de ces étudiants ont interviewé une personne qui avait souffert d’une maladie évitable par la vaccination (comme la polio) ; le groupe témoin a interviewé des personnes qui avaient vécu des maladies auto-immunes. Simultanément, certains élèves ont été inscrits à des cours portant sur le système immunitaire et la vaccination, tandis que d’autres n’ont reçu aucune formation sur les vaccins dans le domaine de la santé.

Les questions suivantes ont été posées avant l’entrevue :

Évaluer chaque question de 1 à 5, où 1 signifie “fortement en désaccord” et 5 signifie “fortement d’accord”.

1. Les vaccins sont plus utiles que nocifs.
2. Le traitement des maladies auto-immunes est plus utile que nuisible.
3. Les médicaments contre la dépression sont plus utiles que nocifs.
4. Les vaccins ont souvent des effets secondaires graves.
5. Les personnes atteintes de maladies auto-immunes souffrent considérablement.
6. Les médicaments contre la dépression sont efficaces pour traiter la dépression.
7. Il existe des traitements efficaces contre les maladies auto-immunes.
8. La dépression peut être surmontée par la volonté.
9. Les vaccins causent l’autisme.
10. L’exercice est le meilleur traitement contre les maladies auto-immunes.
11. Les vaccins sont efficaces pour prévenir les maladies.
12. Les médicaments contre la dépression ont de graves effets secondaires.
13. je suis susceptible de vacciner complètement mes enfants/j’ai vacciné complètement mes enfants.

Et ce sont ces questions qui ont été posées pendant l’entrevue :

1. Quel est votre lien de parenté avec la personne atteinte de la maladie ?
2. Quand ont-ils développé la maladie ?
3. De quelle maladie s’agissait-il ?
4. Quel type de souffrance physique la maladie a-t-elle causé ? C’était si grave que ça ?
5. Comment la maladie a-t-elle limité la capacité de la personne à faire des activités normales ?
6. Comment la maladie a-t-elle affecté l’interaction de la personne avec d’autres personnes ?
7. Comment la maladie a-t-elle affecté les amis, la famille ou les proches de la personne atteinte ?
8. Comment la maladie a-t-elle affecté financièrement la personne ?
9. Y a-t-il eu d’autres effets de la maladie ?

Enfin, on a posé aux étudiants une série de questions plus longues après leur recherche, notamment si les vaccins, le traitement des maladies auto-immunes et les médicaments contre la dépression sont “plus nocifs qu’utiles” ; si les vaccins causent l’autisme ; comment l’annonce de la maladie évitable par la vaccination a changé leur opinion sur les vaccins ; et quel impact financier a affecté leurs réflexions sur le traitement. Enfin, les chercheurs voulaient savoir si l’étude avait changé leur opinion sur les vaccins.

Brian Poole, professeur associé de BYU en microbiologie et biologie moléculaire, résume les résultats :

“Les vaccins sont victimes de leur propre succès. Ils sont si efficaces que la plupart des gens n’ont aucune expérience des maladies évitables par la vaccination. Nous devons sensibiliser les gens aux dangers de ces maladies.”

À la fin de l’étude, environ 70 % des étudiants hésitants à se faire vacciner avaient réévalué leur position, même s’ils n’avaient reçu aucune formation sur les vaccins. Apprendre la souffrance des autres a changé leur point de vue, comme l’a dit une étudiante qui a interviewé sa grand-mère (qui avait souffert de tuberculose) :

“Je n’aime pas l’idée de souffrir physiquement, alors entendre parler une personne atteinte d’une maladie a rendu l’idée de contracter une maladie si je ne suis pas vaccinée plus réelle.”

Les trois quarts des étudiants qui ont hésité à se faire vacciner ont augmenté leur “score d’attitude vis-à-vis du vaccin”, la moitié d’entre eux étant passés entièrement du côté pro-vaccin. Bien que le programme d’enseignement soit important, le changement le plus important s’est produit lorsque les élèves ont parlé à ceux qui avaient souffert de maladies évitables par la vaccination.

Le parcours du vaccin de votre enfant

Cette recherche est d’autant plus importante que l’épidémie de rougeole de cette année a atteint 880 cas, le plus grand nombre de cas touchant les communautés juives orthodoxes à New York. Les activistes anti-vaccins comparent les vaccinations forcées à l’Allemagne nazie, répandant des informations manifestement fausses aux parents confus.

Hier, le comité de rédaction du New York Times a demandé à l’État de New York de mettre fin à l’exemption religieuse pour les vaccins. Des exceptions devraient être faites si la santé de l’enfant est menacée, comme l’exige la loi actuelle. Considérant que 41 cas ont été diagnostiqués la semaine dernière – 30 à New York seulement – le conseil déclare que ce n’est pas le moment de faire une pause dans la législation devant les tribunaux. La croyance religieuse, écrivent-ils, ne donne à personne le droit d’infecter d’autres membres de la société.

Avec une telle quantité de désinformation qui circule depuis la tristement célèbre et discréditée étude de vaccin contre l’autisme (bien que l’activisme anti-vaccins ait existé avant ce jour), les chercheurs du BYU auraient peut-être trouvé un antidote important. Comme le conclut M. Poole :

“Si votre objectif est d’influencer les décisions des gens au sujet des vaccins, ce processus fonctionne beaucoup mieux que d’essayer de combattre l’information anti-vaccins. Cela montre aux gens que ces maladies sont vraiment des maladies graves, avec des coûts douloureux et financiers, et que les gens doivent les prendre au sérieux.”

Lire aussi : Un adolescent vacciné de son propre chef blâme Facebook pour la décision de sa mère

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *