Les aliments ultra-transformés devraient recevoir des avertissements « de type tabac », affirme un scientifique


Mais ses suggestions sont-elles à l’épreuve ?

Les aliments ultra-transformés sont si nocifs pour la santé qu’ils devraient être vendus avec des avertissements semblables à ceux du tabac, selon l’épidémiologiste qui a inventé le terme.

« Les UPF [aliments ultra-transformés] augmentent leur part et leur domination dans l’alimentation mondiale, malgré le risque qu’ils représentent pour la santé en termes d’augmentation du risque de multiples maladies chroniques », Carlos Monteiro, professeur de nutrition et de santé publique à l’Université de Californie. Université de São Paulo, a déclaré au Guardian.

« [Ils] remplacent les aliments plus sains et moins transformés partout dans le monde, et provoquent également une détérioration de la qualité de l’alimentation en raison de leurs nombreux attributs nocifs », a-t-il déclaré. « Ensemble, ces aliments sont à l’origine de la pandémie d’obésité et d’autres maladies chroniques liées à l’alimentation, comme le diabète. »

S’exprimant cette semaine lors du Congrès international sur l’obésité 2024, Monteiro a averti que les aliments ultra-transformés, ou UPF, sont désormais si répandus et ont un tel impact sur la santé humaine que leur vente et leur consommation devraient être fortement restreintes, avec « un contrôle direct ». des avertissements sur les paquets […] similaires à ceux utilisés pour les paquets de cigarettes » introduits pour les denrées alimentaires incriminées.

À première vue, l’idée semble logique – quoiqu’un peu radicale. Les UPF ont réellement dépassé le régime alimentaire de nombreuses personnes en Occident, avec plus de la moitié de l’alimentation moyenne aux États-Unis et au Royaume-Uni comprenant ce type d’aliments. Ils augmentent l’apport calorique moyen de ceux qui les consomment – ​​même si on les compare à des régimes alimentaires non transformés dont la teneur en sel, en graisses et en sucre est adaptée – et ont été associés à des dizaines d’effets nocifs sur le corps, notamment un risque accru de maladies cardiaques. maladies, divers cancers, le diabète et peuvent même nuire à votre santé mentale.

L’argument de Monteiro selon lequel les UPF devraient être traités comme un danger pour la santé publique, au même titre que les produits du tabac, n’est donc pas dénué de fondement. « Le tabac et les UPF provoquent de nombreuses maladies graves et une mortalité prématurée ; les deux sont produits par des sociétés transnationales qui investissent les énormes profits qu’elles obtiennent avec leurs produits attractifs et addictifs dans des stratégies de marketing agressives et dans un lobbying contre la réglementation ; et les deux sont pathogènes (dangereux) par conception », a souligné Monteiro. « La reformulation n’est pas une solution. »

Mais certains ont qualifié l’interdiction ou la restriction des UPF de trop simpliste. D’une part, les types d’aliments qui seraient affectés par une telle décision pourraient vous surprendre : même si cela semble dramatique, le terme « ultra-transformé » ne décrit en réalité que les aliments qui comprennent plusieurs ingrédients avec des additifs – donc, oui, le rapide- Le repas de hamburger auquel vous pensez compte, tout comme le lait maternisé, le yaourt aux fruits et même le pain acheté en magasin.

La consommation d’UPF est également fortement orientée vers les personnes vivant dans la pauvreté. « Nous savons déjà que la consommation d’aliments ultra-transformés et de collations riches en sucre est associée à une augmentation des taux d’obésité. Nous savons également qu’il existe des disparités socio-économiques en matière de santé et d’alimentation », a noté Paul Coleman, chercheur principal honoraire au Centre for Food Policy de la City de l’Université de Londres et registraire principal de la santé publique au Leeds Teaching Hospital NHS Trust, en novembre 2023.

Pour ces parents, davantage d’étiquetage ne serait pas utile : « ils savent que [les UPF] sont mauvais pour la santé de leur enfant », a déclaré Coleman – mais ils n’ont « pas d’autre choix que d’acheter ces options malsaines […] Les produits à faible coût et à long terme […] Les étagères de collations malsaines en font l’option la plus logique, même si les parents souhaitent faire des achats sains. »

De même, alors que Monteiro établit une comparaison avec les produits du tabac, d’autres scientifiques rejettent l’analogie : « Il n’existe pas de cigarette sûre, même d’occasion, donc les interdire est relativement simple dans la mesure où les arguments en matière de santé sont très clairs », Hilda Mulrooney, lecteur en nutrition et santé à la London Metropolitan University, a déclaré au Guardian.

« Cependant, nous avons besoin d’une gamme de nutriments, notamment de matières grasses, de sucre et de sel, et ils ont de multiples fonctions dans les aliments – structurels, durée de conservation – et pas seulement le goût, la saveur et les propriétés hédoniques », a-t-elle expliqué. « Il n’est pas aussi facile de reformuler certaines catégories d’aliments pour les réduire et ils ne sont pas les mêmes que le tabac parce que nous avons besoin de nourriture – mais pas dans les quantités que la plupart d’entre nous consommons. »

Le Congrès international sur l’obésité 2024 se déroule du 26 au 29 juin 2024 à São Paulo, au Brésil.

Lire aussi : De nouvelles études montrent que les aliments ultra-transformés peuvent exacerber le déclin cognitif

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *