Les roux ressentent la douleur différemment des autres personnes


Les roux ont longtemps eu leur part de stéréotypes, allant de l’association avec les vampires et la sorcellerie dans l’histoire ancienne à l’absence d’âme aujourd’hui.

Rien de tout cela n’est basé sur la réalité. Cependant, la science a suggéré que les personnes ayant les cheveux roux peuvent ressentir plus de douleur. Ce n’est pas exactement vrai non plus – ils perçoivent simplement la douleur différemment. Tout cela remonte au gène qui rend leurs cheveux roux et influence de nombreux autres aspects de leur biologie.

Qu’est-ce qui rend les cheveux roux rares ?

Un à deux pour cent de la population humaine a les cheveux naturellement roux, ce qui en fait la couleur de cheveux la plus rare par une large marge. Les humains tirent la couleur de leur peau, de leurs cheveux et de leurs yeux d’un pigment appelé mélanine. La plupart des gens produisent deux formes de mélanine : la phéomélanine rougeâtre et l’eumélanine brun-noir. Le ratio de ces pigments détermine la couleur de vos cheveux et de votre peau, donc une personne avec beaucoup d’eumélanine aurait les cheveux et la peau foncés qui se bronzent facilement.

Les roux, par contre, produisent surtout de la phéomélanine. Ils possèdent une version récessive d’un gène appelé MC1R, qui contient généralement des instructions pour fabriquer des récepteurs de mélanocortine 1 qui stimulent la production d’eumélanine. Cette mutation perturbe l’activation de ces récepteurs, provoquant une abondance relative de phéomélanine qui se présente sous forme de cheveux roux ou blonds et de peau claire et tachetée.

L’inconvénient d’avoir peu ou pas d’eumélanine est que le pigment protège votre peau contre les rayons UV. La phéomélanine n’a pas les mêmes propriétés protectrices, donc les personnes à la peau claire qui n’ont pas d’eumélanine ont un risque plus élevé de dommages cutanés liés au Soleil. Même les personnes non rousses ayant un seul allèle récessif du gène MC1R pourraient avoir un risque accru de cancer de la peau.

Les implications du gène MC1R ne s’arrêtent pas aux cheveux et à la peau. Le récepteur de la mélanocortine 1 est également impliqué dans la réponse immunitaire et inflammatoire de votre corps, et il a été trouvé dans des zones du cerveau associées à la perception de la douleur.

Ressentir la douleur

Plusieurs scientifiques ont étudié comment les roux peuvent ressentir la douleur différemment du reste de la population. Une étude de 2006 a révélé que les roux sont plus sensibles à la douleur des températures chaudes et froides. Cependant, les roux pourraient être moins sensibles à d’autres types de douleur, comme les chocs électriques, les piqûres d’aiguille et la douleur piquante. Ce n’est donc pas que les roux ressentent plus ou moins de douleur que quiconque, ils ressentent simplement certains types de douleur un peu différemment de la population générale.

L’idée fausse que les roux ressentent plus de douleur pourrait venir du fait qu’ils ont généralement besoin de plus d’anesthésie. Julia Griffin écrit pour PBS NewsHour qu’elle et son médecin ont tous deux été stupéfaits lorsqu’une injection d’anesthésie locale n’a pas réussi à engourdir le site d’une incision sur son gros orteil. Elle a eu besoin du double de la dose normale pour atténuer la douleur. Cette disparité pourrait aussi expliquer pourquoi tant de roux ont peur des visites chez le dentiste.

La plupart des roux ont besoin d’environ 20 % plus d’anesthésie pour être mis sous sédation par rapport au reste de la population. Mais en ce qui concerne les analgésiques, un type de médicament différent qui supprime la douleur sans engourdir les autres sensations, les roux ont en fait un seuil inférieur. Une étude de 2005 a révélé que les roux avaient besoin de beaucoup moins de morphine opioïde pour atténuer leur douleur.

Il peut sembler contre-intuitif que les roux réagissent à différents types d’analgésiques de façon si opposée, mais cela reflète les diverses façons dont les drogues agissent sur votre corps. En étudiant la façon dont les roux réagissent aux analgésiques et ressentent la douleur en général, les scientifiques pourraient en apprendre davantage sur la réaction de chacun à la douleur, quelle que soit la couleur de ses cheveux.

Lire aussi : Des scientifiques découvrent une femme qui ne ressent aucune douleur ni anxiété

Source : Curiosity – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *