Les pilotes confus lisaient le manuel du Boeing 737 alors que l’avion s’écrasait

“C’est comme un test où il y a 100 questions et quand le temps est écoulé, vous n’avez répondu qu’à 75.”

Détails de l’accident

Reuters a publié aujourd’hui un article horrifiant, révélant que les pilotes à bord de l’avion condamné Boeing 737 MAX de Lion Air “ont parcouru un manuel en cherchant à comprendre pourquoi l’avion se dirigeait vers le bas”.

Il s’agit d’une révélation apparemment accablante sur les caractéristiques très sophistiquées de la gamme populaire de jets commerciaux de Boeing – et peut-être aussi d’un avertissement sur les systèmes de vol automatique trop complexes.

Boîte noire

Le vol Lion Air 610 s’est écrasé en octobre, tuant les 189 personnes à bord. Un deuxième Boeing 737 MAX, exploité par Ethiopian Airlines, s’est écrasé le 10 mars, faisant 157 morts.

Les enquêteurs ont reconstitué les détails de l’épave d’octobre, mais la nouvelle révélation marque la première fois que des informations sur l’accident ont été révélées au public, selon Reuters.

Comme échouer à un test

Après avoir trouvé un problème sur l’écran du commandant de bord, le commandant de bord a demandé au copilote de “vérifier le manuel de référence rapide, qui contient des listes de vérification des événements anormaux”, selon des sources Reuters. Le nez du jet n’arrêtait pas de piquer parce qu’il avait détecté un décrochage.

Même si les pilotes donnaient des ordres de correction d’altitude, le nez du jet n’arrêtait pas de descendre.

“C’est comme un test où il y a 100 questions et quand le temps est écoulé, vous n’avez répondu qu’à 75”, a déclaré une source anonyme à Reuters. “Alors vous paniquez. C’est une condition de temps mort.”

Neuf minutes plus tard, le jet s’est écrasé dans l’eau.

Améliorations logicielles

Au lendemain de l’accident survenu ce mois-ci chez Ethiopian Airlines, Boeing a promis une “amélioration” logicielle pour l’ensemble de ses Boeing 737 Max. Inclus dans la mise à jour : “Entrées d’angle d’attaque (AOA), limite les commandes de compensation du stabilisateur en réponse à une lecture erronée de l’angle d’attaque”.

Malgré ces nouvelles informations, la cause exacte de l’accident d’avion de Lion Air – et de l’accident de l’Ethiopian Airlines – n’a toujours pas été confirmée.

Lire aussi : Voici à quoi ressemble un drone qui heurte une aile d’avion à 383km/h

Source : Futurism – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *