Bientôt, vous pourrez peut-être lutter contre le changement climatique en buvant de la bière


Les chercheurs ont peut-être trouvé une forme d’action climatique que même les plus apathiques sur l’avenir de la planète peuvent soutenir.

bière-climat-Airthena

Airthena est une unité de démonstration qui aspire le dioxyde de carbone de l’atmosphère. Parmi ses applications probables figure la fabrication de bière, et il pourrait être le point d’entrée dont la technologie a besoin pour passer à des choses beaucoup plus importantes.

Airthena exploite la puissance des cadres métallo-organiques (MOF), des réseaux dont les trous peuvent être réglés pour capter un gaz spécifique même à de faibles concentrations. Il y a dix ans, les scientifiques étaient enthousiasmés par la possibilité de collecter le dioxyde de carbone libéré lors de la production d’électricité afin de le stocker sous terre plutôt que d’aggraver le réchauffement climatique. Aujourd’hui, les combustibles fossiles luttent pour concurrencer les coûts en chute libre de l’énergie éolienne et solaire, ce qui semble moins économique, mais le Dr Aaron Thornton du CSIRO australien pense que la même technologie pourrait refroidir le monde d’autres façons.

Outre la fabrication de boissons pétillantes, le dioxyde de carbone est utilisé pour le nettoyage industriel, et le premier Airthena permettra de nourrir les tomates hydroponiques. Une partie de ce CO2 est produite par la levure dans le processus de production de la bière, tandis qu’une autre partie est actuellement collectée dans les flux de déchets des centrales électriques ou des usines d’ammoniac. Cependant, en Australie, une partie est délibérément extraite ou provient de la combustion de méthane sur place, ce qui rend sa libération dans l’atmosphère après la consommation des boissons mauvaise pour la planète.

De plus, a déclaré M. Thornton à IFLScience, même lorsque le carbone qui aurait été libéré de toute façon est capturé, “il y a beaucoup d’énergie utilisée dans les transports”, un problème particulièrement important dans les pays étendus comme l’Australie où la capture à grande échelle ne se fait que sur quelques sites. Ces problèmes touchent bien plus les petits utilisateurs de CO2 comme les microbrasseries que les grandes. Capturant deux tonnes par an sans avoir besoin de beaucoup d’espace, Airthena pourrait bien s’adapter à ce marché.

“Comme il ne nécessite que de l’air et de l’électricité pour fonctionner, Airthena offre une option rentable, efficace et écologique pour recycler le CO2 afin de l’utiliser sur place, à la demande”, a déclaré M. Thornton dans un communiqué.

Bien que cela soit meilleur pour l’environnement que de consommer des boissons fabriquées avec du dioxyde de carbone provenant d’autres sources, le Dr Thornton reconnaît volontiers que les clients expirent le gaz plutôt que de le séquestrer. La bière fabriquée de cette façon n’est pas directement bénéfique pour l’environnement, contrairement à l’eau du robinet.

Les effets indirects sont cependant tout autres. Au départ, les nouvelles technologies coûteuses ont besoin d’un créneau pour démarrer. Une fois qu’elles en ont trouvé un – comme les panneaux solaires sur les satellites ou les téléphones portables pour les agents de change du début des années 90 – une meilleure production et des économies d’échelle font baisser les coûts jusqu’à ce que des utilisations plus larges deviennent viables.

Si les économies de transport et l’or de la commercialisation convainquent certains brasseurs d’installer un Airthena, ce pourrait être le point d’entrée dont la technologie a besoin. D’autres utilisateurs de CO2, tels que les brasseries qui utilisent le gaz pour faire passer la bière du fût au robinet, sont souvent encore plus éloignés. Un jour, un Airthena plus avancé pourrait rendre viable l’élimination à grande échelle du dioxyde de carbone atmosphérique pour le stockage souterrain.

Bientôt, vous pourrez y parvenir en achetant la bonne marque de tomates, mais la bière suscitera probablement plus d’enthousiasme.

Lire aussi : Les bières fortes peuvent contenir les mêmes bactéries que le yaourt

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *