Lâcher un peu nos smartphones peut améliorer la santé

Ce n’est peut-être pas une surprise, mais il s’avère que les smartphones ne nous facilitent pas vraiment la vie.

Qu’il s’agisse de la tentation constante d’attirer notre attention, de la tentation de jouer sur nos téléphones à toute heure du jour, de la lumière bleue des écrans LED dégradant notre vue et nos habitudes de sommeil, de la croissance inexorable d’une culture de distraction ou de la preuve croissante que les médias sociaux peuvent rendre notre vie difficile, les preuves sont devenues irréfutables : nous devrions probablement réévaluer notre dépendance envers nos smartphones.

Il s’avère qu’il y a une raison simple qui sous-tend la nature problématique de nos téléphones. Ils augmentent de façon chronique notre taux de cortisol – la principale hormone liée au stress dans notre corps – et ce faisant, menacent notre santé et raccourcissent notre espérance de vie.

Alors que la plupart des discussions sur les effets biochimiques des téléphones portaient sur la dopamine – la substance chimique du cerveau reliée aux habitudes, que les développeurs de smartphones et d’applications ont utilisée pour nourrir notre dépendance et nos addictions – la relation entre nos téléphones et le cortisol est encore plus choquante.

Comme l’a écrit la journaliste Catherine Price, auteure de How to Break Up With Your Phone, pour le New York Times :

“Le cortisol est notre principale hormone de combat ou de fuite. Sa libération déclenche des changements physiologiques, tels que des pics de tension artérielle, de fréquence cardiaque et de glycémie, qui nous aident à réagir et à survivre à des menaces physiques aiguës.

Ces effets peuvent vous sauver la vie si vous êtes en danger physique – comme, par exemple, si un taureau vous charge. Mais notre corps libère aussi du cortisol en réponse à des facteurs de stress émotionnel où une augmentation de la fréquence cardiaque ne sert pas à grand-chose, comme vérifier votre téléphone pour trouver un email de colère de votre patron.”

Maintenant, c’est une chose si une notification occasionnelle envoie nos niveaux de cortisol vers le haut en raison d’un problème lié au téléphone, mais ce n’est pas si simple.

Dans le cas de l’Américain moyen – et de plus en plus de gens à travers le monde – on passe en moyenne quatre heures par jour à regarder dans le “miroir noir” de nos smartphones, qui sont toujours à portée de la main. Et alors que beaucoup d’entre nous sautent de joie lorsque nous recevons le dernier téléphone ou tablette, même Google rapporte que ces “appareils mobiles chargés de médias sociaux, d’emails et d’applications de nouvelles” créent “un sentiment constant d’obligation, générant un stress personnel non voulu”.

Et gardez à l’esprit que les quatre heures ne sont pas un bloc solide de temps consécutif, mais s’étirent et s’étalaient tout au long de la journée – augmentant constamment nos niveaux de cortisol et causant du stress même lorsque nous anticipons une notification stressante.

David Greenfield, professeur de psychiatrie clinique à la faculté de médecine de l’Université du Connecticut et fondateur du Center for Internet and Technology Addiction, a déclaré au Times :

“Votre taux de cortisol est élevé lorsque votre téléphone est en vue ou à proximité, ou lorsque vous l’entendez ou même lorsque vous pensez l’entendre… C’est une réaction de stress, et c’est désagréable, et la réaction naturelle du corps est de vouloir vérifier le téléphone pour faire disparaître le stress.”

Le résultat ? Augmentation des facteurs de risque pour une série de problèmes graves, notamment la dépression, le diabète de type 2, les crises cardiaques, la démence, l’hypertension artérielle, les AVC, l’obésité, le syndrome métabolique et les problèmes de fertilité.

Robert Lustig, professeur émérite d’endocrinologie pédiatrique à l’Université de Californie à San Francisco et auteur de The Hacking of the American Mind, a déclaré :

“Toutes les maladies chroniques que nous connaissons sont exacerbées par le stress… et nos téléphones y contribuent absolument.”

De plus, l’élévation constante du taux de cortisol entraîne un puissant coup de poing qui nuit à notre cortex préfrontal – cette partie cruciale du cerveau sur laquelle nous comptons pour prendre des décisions en toute confiance et réfléchir rationnellement – qui diminue notre maîtrise de soi et nous pousse à faire des activités normalement contre-intuitives ou dangereuses comme envoyer des messages texte au volant.

Alors, que pouvons-nous faire pour briser le cycle ? Comment pouvons-nous réduire ces “vibrations fantômes” et ces réflexes rapides qui accompagnent le son d’une notification qui ne vient peut-être même pas de notre propre appareil ?

Voici quelques conseils :

  • Désactivez toutes les notifications autres que celles que vous souhaitez réellement recevoir.
  • Évaluez les applications que nous vérifions en raison de l’anxiété et celles qui nous profitent réellement. Supprimez, masquez mettez les applications en silencieux si nécessaire.
  • Prenez des pauses régulières, comme des congés sabbatiques numériques d’une journée.
  • Soyez plus attentif aux moments où nos dépendances ou nos envies dictent notre utilisation du téléphone.

Après tout, nous ne pouvons peut-être pas nous débrancher complètement de nos téléphones en raison du besoin de notre travail, de nos relations ou de nos routines quotidiennes.

Mais comme l’explique Jack Kornfield, professeur bouddhiste :

“Si tu t’entraînes à remarquer ce qui se passe à l’intérieur de toi, tu comprendras que tu peux choisir comment répondre… Nous n’avons pas à être à la merci d’algorithmes qui favorisent la peur de l’échec.”

Lire aussi : Essayez ces 5 habitudes quotidiennes pour améliorer votre vie cette année

Source : The MInd Unleashed – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *